• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Football 
  • > Pas d'équipe professionnelle de football à Québec: Saint Marché plaint les joueurs de l'UL 

Pas d'équipe professionnelle de football à Québec: Saint Marché plaint les joueurs de l'UL

Christina Saint Marché trouve «triste» que les joueurs... (Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Christina Saint Marché trouve «triste» que les joueurs du Rouge et Or ne puissent pas poursuivre leur carrière dans la capitale.

Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La femme d'affaires Christina Saint Marché, qui souhaite amener une franchise de la Ligue canadienne de football (LCF) à Québec, trouve dommage que les joueurs du Rouge et Or de l'Université Laval doivent quitter Québec s'ils souhaitent pour­suivre leur carrière chez les pros.

«Je trouve ça triste que les joueurs de Laval ne puissent pas poursuivre leur carrière dans les rangs professionnels dans la même ville où ils ont évolué à l'université», a déclaré la propriétaire de la maison de haute couture qui porte son nom dans un courrier électronique envoyé au Soleil hier.

Mme Saint Marché, qui se trouvait en Suisse hier, a également fait l'éloge de l'avocat Marc Bellemare, lui aussi promoteur de la venue de la LCF dans la capitale et qui avait manifesté le désir de la rencontrer.

«Je considère M. Bellemare comme un homme très intègre. Comme moi, il se préoccupe davantage d'amener du football professionnel à Québec que de réaliser des profits. Il fait ce qu'il fait pour les joueurs et pour les amateurs», a-t-elle résumé, ajoutant qu'elle souhaitait elle aussi rencontrer Me Bellemare pour discuter de ses projets.

Un joyau

Par ailleurs, Christina Saint Mar­ché s'est dite renversée d'entendre que la LCF pourrait lever le nez sur Québec pour plutôt implanter une équipe dans les Maritimes. «J'espère que la Ligue ne fera pas ça! Québec est le joyau de la province et l'une des meilleures villes au Canada.»

La femme d'affaires, maintenant basée à Londres, voit un potentiel commercial important à Québec. «C'est une ville qui a plus en commun avec Paris et plusieurs villes de France que n'importe quel autre endroit au Canada. Je crois que les compagnies françaises considéreraient davantage Québec comme un marché pour leurs produits si elles y étaient davantage exposées», poursuit-elle.

Commanditaires français

Soulignant la valeur de l'euro à 1,56 $CAN, elle ajoute que Québec constitue un excellent potentiel d'investissement pour les compagnies et entrepreneurs de France, qui pourraient y créer de l'emploi. «Tout ça commence par quelque chose d'aussi simple qu'une équipe sportive. Ce n'est pas différent de la façon dont les commanditaires soutiennent les équipes de soccer en Europe.»

«Selon moi, les commandites et l'argent provenant de la publicité stimulent la consommation et la consommation amène les compagnies étrangères à envisager de réaliser des activités manufacturières dans les régions où sont les consommateurs», conclut-elle.

 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer