Le Drakkar à court d'énergie

L'entraîneur-chef du Drakkar de Baie-Comeau, Martin Bernard... (Le Quotidien)

Agrandir

L'entraîneur-chef du Drakkar de Baie-Comeau, Martin Bernard

Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) Le Drakkar a démontré assez de résilience pour mériter un point vendredi au Cap-Breton, mais il a conclu ce voyage de trois matchs en trois jours dans les Maritimes en s'inclinant 5-3 devant les Screaming Eagles.

Tirant de l'arrière 3-1 après deux périodes, les hommes de Martin Bernard avaient créé l'égalité avec trois minutes à faire à la troisième. Mais le second de la soirée de Massimo Carozza, en avantage numérique, avec 1:56 à jouer, a fait la différence en faveur des locaux.

«J'ai bien hâte de revoir cette pénalité», a lancé Bernard au bout du fil au sujet de la punition imposée à Yan Aucoin pour avoir fait trébucher. «Ça me semblait très discutable. On s'est fait refuser deux buts, des reprises que j'ai hâte de revoir aussi, on se fait imposer une punition douteuse, mais on aurait pu sortir d'ici avec un point malgré tout. Les gars ont tout donné.»

Il a bien noté que ses hommes semblaient manquer d'essence en début de match, particulièrement en deuxième, mais il ne pouvait les blâmer. «Avec le paquet de kilomètres qu'on a faits et eux qui sont à la maison depuis mardi, c'était sûr qu'on aurait un déficit au chapitre de l'énergie. En se levant ce matin, ça se voyait dans la face des gars qu'ils n'avaient pas le même niveau d'énergie.»

Les Screaming Eagles ont inscrit deux buts en l'espace de 75 secondes en première pour prendre les devants 2-0. Oublié dans l'enclave, Drake Batherson a ouvert le pointage. Le défenseur Leon Gawanke a enchaîné avec son premier en carrière dans le circuit Courteau. Jordan Martel (6e) a par la suite marqué pour le Drakkar, d'un faible tir du revers que le gardien Colten Ellis aurait dû stopper.

Un seul but a été marqué en deuxième avec 37,2 secondes à faire à l'engagement. Durant un avantage numérique, l'ex-Remparts Carozza, bien alimenté par Pierre-Luc Dubois, a battu Antoine Samuel. Avec seulement deux tirs dans cette période, les visiteurs pouvaient difficilement faire bouger les cordages.

Simon Chevrier (3e) et Antoine Girard (4e), d'un beau tir dans la partie supérieure, ont ramené les compteurs à zéro, jusqu'au but décisif de Carozza. Peyton Hoyt a complété la marque dans un filet désert. Dans la défaite, Samuel a stoppé 31 tirs. Ellis a affronté 19 rondelles, dont seulement 8 dans les deux premiers engagements.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer