L'équipage du Drakkar rajeunit

L'entraîneur-chef du Drakkar de Baie-Comeau, Martin Bernard, entend... (Le Quotidien)

Agrandir

L'entraîneur-chef du Drakkar de Baie-Comeau, Martin Bernard, entend «pousser dans le derrière de» certains vétérans, dont il n'est pas satisfait de la forme. Il veut travailler leur endurance «pour jouer un match de 60 minutes complètes».

Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) Le visage qu'aura le Drakkar de Baie-Comeau pour ses 20 ans commence à prendre forme et il sera jeune.

L'entraîneur-chef Martin Bernard a maintenant 25 joueurs sous la main, dont 9 recrues. Ce nombre inclut le premier choix de la formation, Gabriel Fortier, qui ne donnera toutefois pas de sitôt ses premiers coups de patin dans la LHJMQ.

Fortier devra passer sous le bistouri prochainement, lui qui a été blessé à une épaule lors du camp estival des moins de 17 ans d'Hockey Canada. Il manquera de quatre à cinq mois d'activité. «On va étudier les scénarios qui vont se présenter devant nous, mais c'est sûr qu'il faut régler cette situation [l'absence à long terme de Fortier] au plus vite», a réagi l'entraîneur.

Parmi les recrues qui se sont démarquées, Bernard mentionne les noms de Christopher Benoît, choix de cinquième ronde de l'équipe en 2015, et le fougueux Shawn Élément, l'une des quatre sélections du Drakkar en première ronde en 2016. «Ces deux-là font très bien. Ils travaillent fort et ils s'inscrivent dans l'identité de l'équipe.»

Pour ce qui est des vétérans, «il y en a certains qu'on va pousser dans le derrière», déclare sans ambages Bernard, qui n'est pas satisfait de leur forme. «Il y a des standards à atteindre et il y a du travail à faire là-dessus. On va travailler l'aspect physique, question d'avoir plus d'endurance pour jouer un match de 60 minutes complètes. On va aligner tout le monde comme il faut dans cette direction.»

Martin Bernard refuse de deviner dans quelles eaux son Drakkar pourra naviguer au classement général en 2016-2017. «Ça reste encore un paquet de spéculations et c'est dur à dire. Si je me souviens bien, tout le monde mettait Rouyn-Noranda en milieu de peloton l'an dernier et ils ont été champions. L'important pour nous, ça va être de se concentrer sur le processus. L'équipe a fait un bon repêchage, il faut construire là-dessus et être patient».

Beauchamp échangé à Cap-Breton

En plus de retrancher huit joueurs dans les derniers jours, le Drakkar a conclu vendredi une transaction avec Cap-

Breton, cédant l'attaquant Anthony Beauchamp en retour du choix de sixième ronde des Screaming Eagles en 2017. Parmi les joueurs retranchés, on trouve les Baie-Comois Vincent Migneault, Jérôme Pelletier et Jérôme Tremblay. Isaiah Gallo-Demetris, choix de neuvième ronde en 2015 qui n'avait pas mal fait lors de son rappel l'an dernier, est aussi tombé sous le couperet.

Les partisans du Drakkar pourront voir leurs favoris pour la dernière fois du camp d'entraînement au Centre Henry-Leonard samedi à 14h, avec le passage des Remparts de Québec.

L'Océanic retranche trois vétérans

Au jour 5 du camp d'entraînement et à l'issue de trois vagues de retranchements, les vétérans Raphaël Bastille, Ewan Scott et Samuel Beck ont appris qu'ils ne seraient pas de retour avec l'Océanic cette saison. «Dans un camp d'entraînement, tu batailles pour une place dans l'alignement. Puis, il y a de jeunes loups qui arrivent et ils te montrent de très belles choses. Un moment donné, tu fais un bilan de cette compétition-là, mais aussi de leur capacité à progresser», a expliqué Serge Beausoleil, directeur-gérant et entraîneur-chef de l'Océanic

C'est à regret que Beausoleil a pris la décision de retrancher Bastille. «Mais, en même temps, il faut regarder les choses en face», justifie-t-il. «Raphaël, avec même pas 5'8" et 140 livres, c'est un joueur offensif qui ne pourrait pas percer notre top 6. L'année passée, on a beaucoup souffert de joueurs de soutien qu'on n'avait pas. Donc, pour nous, il fallait faire des choix qui sont malheureusement rationnels, mais pas plaisants à faire.»

L'alignement de l'Océanic est donc finalisé à un joueur près. «On a jusqu'à lundi pour déterminer notre alignement», précise Beausoleil. «On jongle avec certains scénarios. Il reste un joueur de cégep à retrancher.»  Johanne Fournier (Collaboration spéciale)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer