Québec 0/Baie-Comeau 4: «une plate dans le système»

Les Remparts n'ont guère été menaçants, jeudi, autour... (COLLABORATION SPÉCIALE, GÉRALD POIRIER)

Agrandir

Les Remparts n'ont guère été menaçants, jeudi, autour du filet de Philippe Cadorette, qui n'a reçu que 18 tirs.

COLLABORATION SPÉCIALE, GÉRALD POIRIER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) Solide dans les trois zones durant la majeure partie de la rencontre, le Drakkar de Baie-Comeau a signé une victoire de 4-0 face aux Remparts de Québec, qui s'inclinaient pour une première fois à leurs six dernières sorties.

Maxime St-Cyr a ouvert la marche en première... (Photothèque Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Maxime St-Cyr a ouvert la marche en première période lors d'un avantage numérique. 

Photothèque Le Soleil

Les hommes de Marco Pietroniro ont limité les visiteurs à une maigre récolte de 18 lancers, dont seulement 4 au premier engagement. Avec sept jeux de puissance, les Remparts n'ont pourtant pas manqué d'occasions de prendre d'assaut la cage de Philippe Cadorette, qui a signé son deuxième blanchissage de la saison.

«On en avait une plate dans le système», a lancé l'entraîneur-chef Philippe Boucher, qui, même s'il a jonglé avec ses trios, n'a pas vu beaucoup d'offensive de ses hommes. «On l'avait vu un peu venir contre Rimouski, même si on s'en était tirés. Vraiment, on avait la tête ailleurs aujourd'hui [jeudi].»

Avec ce revers, les Remparts n'ont récolté qu'un seul gain en cinq matchs à l'étranger. Ils n'iront évidemment nulle part s'ils n'améliorent pas cette fiche. «On a appris à bien jouer à la maison, il va falloir apprendre à bien jouer sur la route, a signalé Boucher.

«C'est certain que ça fait du bien de ne pas accorder de buts, ça montre qu'on est capables de rester dans le match jusqu'au bout», a déclaré pour sa part le pilote du Drakkar, évidemment satisfait du travail défensif des siens. «On croit qu'on peut générer beaucoup d'attaque en étant sharp défensivement. On est sur la bonne voie. On s'améliore de match en match et on est plus précis sur les petits détails.»

Malgré deux jeux de puissance dès le début de la rencontre, les Remparts ont dû patienter jusqu'à la huitième minute pour prendre un premier tir. À l'autre bout, Brassard a fait face à 10 lancers du Drakkar. Le tout premier, celui de Maxime St-Cyr, lui a donné le plus de mal.

Les Remparts n'ont guère été plus menaçants en deuxième. Ils ont pourtant bénéficié de trois autres avantages numériques, dont un cinq contre trois de 26 secondes avant lequel Boucher a demandé son temps d'arrêt, mais rien n'y fit.

Le Drakkar a finalement ouvert le pointage à la 34e minute du match, à sa cinquième supériorité numérique. St-Cyr a battu de vitesse Brassard en faisant le tour du filet pour adroitement enfiler son 11e de la campagne, son huitième avec l'avantage d'un homme.

BUT REFUSÉ

Dès le début de la troisième, Luca Ciampini a fait mal aux Remparts en battant Brassard d'un tir vif de loin. Le cerbère des Remparts avait la vue voilée par deux joueurs. Six minutes plus tard, Marcus Cuomo croyait bien avoir brisé la glace pour les hommes de Boucher, mais son but a été refusé à la reprise vidéo en raison d'un hors-jeu sur la séquence.

Guillaume Beaudry, avec son premier de la saison, a fait 3-0 dans un filet désert à 17:39. Avec 12 secondes à jouer et Brassard de retour dans son filet, Jamie Clavet a complété la feuille de pointage.

NOTES : Le Drakkar a marqué une fois en six avantages numériques... Éric Brassard a affronté 30 lancers... Une modeste foule de 1857 personnes était du match au Centre Henry-Leonard...La Semaine de la rivalité du Drakkar se poursuit ce soir avec la visite de l'Océanic de Rimouski.

Les Remparts trop «cute»

Perdre un match, ce n'est pas nécessairement une raison pour un coach de s'interroger, mais quelquefois, c'est la manière qui laisse perplexe. Avec seulement 32 lancers à leurs deux dernières rencontres, les Remparts ont laissé leur patron plutôt soucieux, jeudi soir. «Oui, deux matchs avec moins de 20 lancers [14 contre Rimouski dimanche et 18 jeudi], c'est inquiétant», a avoué Philippe Boucher, exaspéré de voir ses joueurs chercher le jeu parfait, qui se retrouvera dans les jeux de la semaine. «On veut être cute au lieu de prendre des tirs. Le [lancer sur le] but de Ciampini, c'est exactement ce qu'on demande aux gars.» Le vétéran du Drakkar a surpris Éric Brassard d'un tir sans avertissement alors qu'il venait de pénétrer en zone adverse.

L'entraîneur refuse cependant de paniquer et rappelle que les siens avaient peut-être un excès de confiance après cinq triomphes consécutifs. «C'est la nature humaine. Des fois, il y a un relâchement. On fait des choses pour ne pas que ça arrive, mais ça arrive quand même. On a maintenant la chance de jouer dès demain [vendredi soir, à Chicoutimi].»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer