Mathieu Bilodeau: en marche pour les JO

Mathieu Bilodeau lors des Mondiaux de Pékin en... (Photo fournie par Athlétisme Canada, Claus Andersen)

Agrandir

Mathieu Bilodeau lors des Mondiaux de Pékin en 2015. Le Québécois a mis seulement 7 mois pour passer sous la barre des quatre heures sur 50 km, 9 mois avant de se qualifier pour ses premiers Championnats du monde et 23 pour obtenir une invitation aux JO.

Photo fournie par Athlétisme Canada, Claus Andersen

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Pleins feux

Sports

Pleins feux

Rencontres avec des acteurs de la scène sportive. »

(Québec) Mathieu Bilodeau a toujours rêvé aux JO. Natation, course, vélo, triathlon, ski de fond; il a tout fait pour. Mais une blessure au genou a soufflé sa flamme. Jusqu'à ce qu'il découvre la marche athlétique, il y a deux ans. Ce comptable de 32 ans originaire de Québec avance depuis à une vitesse fulgurante vers les Jeux olympiques de Rio, où il est qualifié pour l'épreuve de 50 kilomètres.

«Tout le monde qui fait de la marche est un peu gêné de son sport», admet Mathieu Bilodeau au cours d'une longue entrevue entre Québec et Rome, où il participait aux Championnats du monde par équipe, début mai. «Mais si on se met à juger tous les sports, on n'a pas fini!» s'esclaffe-t-il. Sérieux dans sa démarche, sans trop se prendre au sérieux.

«La marche athlétique est mal comprise. On n'a pas l'air de forcer! Mais ceux qui me connaissent savent que je n'étais pas une merde en vélo, en ski de fond, en natation et je n'ai jamais été aussi brûlé qu'après un 50 km de marche.»

Sans le savoir, c'est avec ces idées préconçues qu'il attaquait à la course la piste de l'ovale olympique de Calgary. Débarqué avec son amoureuse en Alberta en 2011, d'abord à Jasper par les hôtels Fairmont, il s'est établi dans la métropole l'année suivante grâce à un emploi au service des finances d'une entreprise gazière.

À l'aube de la trentaine et victime d'une vilaine chute aux Championnats du monde de cross-triathlon de 2013, il était prêt à renvoyer le sport au rang de loisir dans sa vie pour laisser toute la place à sa carrière de comptable.

«Je me suis mis à courir, c'était plus facile à gérer avec mon horaire de travail. Je voyais une madame qui courrait à l'ovale les mardis et jeudis. Je voyais qu'elle portait une bague olympique et ça m'intriguait. J'ai fait des recherches, posé des questions et j'ai découvert que c'était Janice McCaffrey, une bonne marathonienne qui avait aussi fait trois Jeux en marche. C'est là que j'ai eu un flash : la marche!

«Alors je lui ai demandé de me montrer. Elle m'a d'abord fait passer un test. Si je faisais 200 mètres en moins de 56 secondes, il y avait du potentiel. J'ai fait 55 secondes! On a encore la vidéo, c'était catastrophique. Je ne sais pas comment elle a pu voir quelque chose en moi, mais elle était impressionnée.

«Puis elle m'a dit : ''Tu viens de faire 200 mètres en 55 secondes, mais es-tu sûr de vouloir faire 50 km à ce rythme-là?'' J'ai répondu : ''J'aime les défis. Si tu me dis que ça va, je m'essaie.'' Ç'a fait deux ans en mars.»

Il était au bon endroit. Outre McCaffrey, l'Alberta abrite Tim Berrett, marcheur à cinq Jeux olympiques et auteur d'une 10position sur 50 km à Atlanta en 1996. Berrett est aujourd'hui gérant de l'équipe canadienne de marche, dont fait partie Bilodeau.

Gagner le respect des marcheurs mondiaux

Le Québécois a mis seulement sept mois pour passer sous la barre des quatre heures sur 50 km, repère-clé pour l'élite de la discipline. Neuf mois avant de se qualifier pour ses premiers Championnats du monde, en 3h59. Vingt-trois pour obtenir une invitation aux JO.

Le 13 mars dernier, aux Championnats de France, il a arrêté le chronomètre à 3h53:56, 24 secondes plus rapide que le critère olympique imposé par Athlétisme Canada. Ce temps lui aurait valu le 27e rang aux Jeux de 2012. Le standard olympique international est de 4h06.

«Depuis, j'ai plus de respect de mes collègues et même des marcheurs mondiaux. Ils voient que je suis sérieux. Je marchais même sur une base de 3h51, mais j'ai ralenti vers la fin parce que je m'étais blessé à une cheville en janvier et je ne voulais pas prendre trop de temps à récupérer, explique-t-il.

«Je veux revenir en force pour Rio, y aller plein gaz. J'aimerais faire 3h45 [ce qui valait un top 12 aux JO de 2012], mais peut-être que je suis trop gourmand après juste deux ans... Je saute des étapes!» lance celui qui s'en fait une fierté.

Apprendre dans la souffrance

Produit du programme natation-études de l'école secondaire Cardinal-Roy, dans le quartier Saint-Roch, Bilodeau a entre autres passé une année au sein du club d'athlétisme de la State University of New York à Plattsburgh, où il a beaucoup appris à propos du sport d'élite.

Mais depuis son entrée dans l'univers de la marche athlétique, il apprend chaque jour. Parfois dans la souffrance, comme lors du 50 km des Mondiaux d'août 2015, à Pékin. À 40 km, il a vu noir. Zigzaguait. Aucun souvenir des huit derniers kilomètres. Trois mois à s'en remettre. Son 20 km du 7 mai, à Rome, n'est pas passé à l'histoire non plus, 89e sur 122 concurrents.

Ce dimanche, il tentera sa chance dans un 5000 mètres sur piste des Interclubs de France, à Reims. Un meeting professionnel l'attend à Nancy le 14 juin, avant le retour à Calgary. Puis une épreuve à Vancouver et l'annonce officielle de l'équipe canadienne olympique lors des Championnats canadiens d'athlétisme, début juillet, à Edmonton.

Tous de la Colombie-Britannique, Ben Thorne, Inaki Gomez et Evan Dunfee sont les autres Canadiens déjà sélectionnés pour marcher à Rio. L'épreuve olympique de 20 km se tient le 12 août et celle de 50 km, où concourra Bilodeau, le 19 août.

Le gaillard de 6' 1'' et de 161 lb se voit marcher jusqu'aux JO de 2020. Son but ultime : être sacré champion du monde de la distance en 2021, à Eugene, en Oregon, endroit mythique de l'athlétisme pour être le berceau de la compagnie Nike.

«Ç'a une signification particulière. Je suis déjà allé en vacances à Eugene et je me suis dit : ''Je vais être champion ici, ce serait le top!'' Et 2021... ça me laisse le temps!» conclut-il en riant, comme quoi s'il prend la marche très au sérieux, il ne se prend jamais lui-même trop au sérieux.

Dodo sous le bureau

Si la cote de Mathieu Bilodeau monte en flèche dans le monde de la marche athlétique, cela n'a rien d'un hasard. L'athlète de 32 ans y met le paquet. «J'ai souvent vu le cadran à 4h du matin», fait-il valoir. «Je me lève, je prends un petit expresso et je pars marcher 30 ou 35 km en suivant le canal qui mène jusqu'au centre-ville de Calgary. Avant de partir, je prépare mon sac et ma conjointe, que je remercie beaucoup, prend le train vers 7h30 et m'apporte mon sac au travail. Je prends ma douche et je rentre au bureau.»

Faire des étirements en bossant à la comptabilité de la pétrolière MEG Energy, troquer sa chaise pour un ballon d'exercice. Sans oublier la courte, mais ô combien salutaire sieste d'une vingtaine de minutes chaque midi sous son bureau! Le manège du matin se répète en fin de journée, quand il rentre à pied. Sa chère Marie-Pier rapporte ses effets personnels et va le cueillir en voiture dans un parc à une quinzaine de kilomètres de la maison. Bilodeau accumule ainsi 24 heures d'entraînement en marche, natation et musculation par semaine.

Mathieu Bilodeau sur...

Marcel Jobin... (Archives Le Soleil) - image 4.0

Agrandir

Marcel Jobin

Archives Le Soleil

Marcel Jobin (Saint-Boniface, Québec, 74 ans)

2 JO (4 qualifs), vice-champion du Commonwealth en 1982 sur 20 km

En contact régulier avec Bilodeau, le fou en pyjama et père de la discipline au Québec ne lésine pas sur les conseils. Mais on est loin de l'ostracisme linguistique vécu par Jobin il y a 40 ans comme seul francophone de l'équipe canadienne. Ses 3h47:48 réussies sur 50 km en 1981 ont résisté près de 35 ans sur la scène canadienne, avant d'être battues en décembre dernier, et Bilodeau se donne au plus un an pour faire sien ce record québécois.

Guillaume Leblanc  ... (Archives Le Soleil) - image 5.0

Agrandir

Guillaume Leblanc  

Archives Le Soleil

Guillaume Leblanc (Sept-Îles, Québec, 54 ans)

3 JO, médaillé d'argent olympique en 1992 sur 20 km

«C'est la légende, l'inspiration!» affirme Bilodeau, à propos de celui qui est devenu en 1992 le premier Québécois médaillé individuel en athlétisme depuis 1904. Ses records canadiens au 10 000 m sur piste et 30 km sur route tiennent depuis 1990, tandis que sa marque sur 20 km n'a été surpassée que l'an dernier. Sa médaille d'argent de Barcelone fait oublier que Leblanc avait fini quatrième aux JO de Los Angeles (1984) et 10e à Séoul (1988).

 Yohann Diniz ... (Photothèque Le Soleil) - image 6.0

Agrandir

 Yohann Diniz 

Photothèque Le Soleil

Yohann Diniz (Épernay, France, 38 ans)

2 JO, détenteur du record du monde sur 50 km

«Comme on dit en France, c'est mon super pote!» rigole Bilodeau, à propos du marcheur étoile qui l'a pris sous son aile avec son entraîneur, Gilles Rocca. Le Québécois loge chez Diniz lors de ses séjours en France. Il puise auprès du champion plus que des avis sportifs. «Il s'occupe de moi, il me nourrit! Je le vois comme mon ami, presque un frère.» Personne ne pourra rattraper le Français à Rio, prévient celui qui se considère comme son dauphin.

Alex Schwazer ... (Photothèque Le Soleil) - image 7.0

Agrandir

Alex Schwazer 

Photothèque Le Soleil

Alex Schwazer (Vipiteno, Italie, 31 ans)

1 JO, champion olympique 2008 sur 50 km

«Je suis dégoûté de son retour et on lui a fait savoir», a indiqué Bilodeau, à la suite des Championnats du monde par équipe où Schwazer revenait à la compétition après trois ans et demi de suspension pour dopage. «Les Canadiens, les Australiens et les Britanniques, on lui a crié des bêtises toute la course. Même qu'un membre de l'équipe canadienne s'est fait sortir du stade lors de la cérémonie des médailles parce qu'il lui a dit : ''Tu es un sale tricheur!''»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer