Raphaël Gagné n'est pas à Rio en touriste

Raphaël Gagné serait satisfait de terminer dans les... (Archives La Press)

Agrandir

Raphaël Gagné serait satisfait de terminer dans les 15 premiers, mais il sait qu'un top 10 est possible... et pourquoi pas un top 5?

Archives La Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Pleins feux

Sports

Pleins feux

Rencontres avec des acteurs de la scène sportive. »

(Québec) Après des années de préparation, de rêves et de sacrifices, le grand rendez-vous olympique est enfin là pour plusieurs athlètes du territoire desservi par Le Soleil. Nous vous proposons de découvrir un de ces athlètes aujourd'hui: le cycliste Raphaël Gagné.

«Je ne veux pas avoir de regrets.» Dans les dernières semaines, Raphaël Gagné a répété cette phrase tel un mantra. Elle illustre une chose par-dessus tout : le cycliste de Québec met l'accent sur Rio depuis longtemps.

La compétition olympique sera le pinacle d'une année bien remplie pour le spécialiste du cross-country. Un solide début de saison lui a permis de confirmer sa sélection olympique. Il a entre autres terminé 12e lors de la première Coupe du monde, en Australie. Gagné a ensuite été frappé par une sinusite, ce qui l'a ennuyé aux Championnats du monde en République tchèque (54e), début juillet. Puis, dans une moindre mesure, aux Championnats canadiens de Baie-Saint-Paul. Dans Charlevoix, il a terminé au quatrième rang, perdant au passage son titre officieux de meilleur au pays. Lors de la Coupe du monde au mont Sainte-Anne, le 7 août, il a fini au 45e échelon, reconnaissant au fil d'arrivée avoir ressenti une petite crainte de se blesser. Et c'est à Rio qu'il songeait...

Lors d'une année olympique, les priorités changent. Forcément. Sinusite ou non, Gagné savait déjà qu'il ne serait pas à 100 % de ses capacités pour les Mondiaux. L'idée étant d'arriver au sommet de sa forme à la fin août au Brésil.

«Je veux bien performer, mais je fais certains sacrifices ou choix pour le mois d'août. Les Championnats du monde, c'est généralement la course de l'année. Cette année, je les vois au même titre qu'une Coupe du monde», avait indiqué Gagné, à la fin juin.

Aucune recette secrète

Cette approche, ses adversaires à Rio l'ont sûrement adoptée aussi. Gagné ne concocte pas une recette secrète qui le rendra invincible au Brésil. «Je ne ferai rien de nouveau. Je ne réinventerai pas la roue. J'ai déjà une solution qui me permet de performer. Si j'avais une solution miracle, je m'en serais déjà servie pour gagner des Coupes du monde!» prévient en souriant celui qui se décrit comme un «athlète hyper sérieux».

S'il met tant d'accent sur Rio, c'est justement parce qu'il n'y va pas pour jouer les touristes. Oui, l'annonce de sa sélection au détriment d'autres athlètes performants a été une petite victoire en soi. Mais Gagné voit plus grand.

«Ce que j'ai en tête depuis deux ans, c'est d'y aller et de performer», a-t-il dit, mettant l'accent sur la conjonction. «Faire un top 15, je serais vraiment super content. Je sais qu'un top 10 est possible. Puis, pourquoi pas un top 5?» énumère-t-il. «Je sais que si tout clique au bon moment, que j'ai une belle course, c'est possible. Je ne m'empêche pas de rêver.» Son meilleur résultat parmi l'élite : une sixième place à Windham (New York), en août 2015.

À Rio, le cycliste de 29 ans se servira de son expérience pour ne pas être avalé par le moment. Rester concentré sur la tâche à accomplir demeure la meilleure façon de faire. «C'est pas comme si j'avais jamais rien vu. J'ai pas 20 ans. J'ai fait les Jeux du Commonwealth, j'ai fait les Jeux panaméricains», souligne-t-il.

Gagné pourra célébrer après l'épreuve, une fois la pression retombée. Il sera à la cérémonie de fermeture. Et prévoit rester quatre ou cinq jours de plus à Rio avec ses parents. C'est ironiquement rendu là, en plein coeur de la mégalopole brésilienne, qu'il pensera sans doute un peu moins... à Rio.

10 questions à... Raphaël Gagné

1. Quand tu penses aux Jeux olympiques, quel souvenir te vient en tête?

La médaille d'or de Jean-Luc Brassard [ski acrobatique] en 1994. Je faisais du ski alpin. J'avais six ou sept ans. J'avais trouvé ça inspirant. 

2. Un athlète olympique actif d'une autre discipline qui t'impressionne?

Alex Harvey. C'est un bon ami. Je le trouve inspirant, je le suis beaucoup. Sinon, les Usain Bolt et Michael Phelps de ce monde. J'ai pas vraiment de punchline. Je pense que tout le monde est impressionné par ces athlètes.

3. Plus jeune, as-tu rêvé de pratiquer un autre sport que le tien?

Oui, natation et triathlon. Je me voyais aller loin là-dedans jusqu'à ce que j'aie d'autres opportunités. Mais aussitôt que j'ai commencé le vélo de montagne, à neuf ans, c'est devenu ma discipline numéro 1.

4. On te donne le choix : la fortune ou la gloire olympique...

[Sans hésitation] La gloire olympique. Ce que je vise, c'est gagner des courses. La fortune... Je ne cours pas après être riche. Je cours après du succès dans le sport.

5. Séries télévisées ou films, et lesquels?

Séries télévisées. Ça fait un bout, mais j'avais bien aimé Les invincibles. Mais j'écoute pas énormément la télé, je n'écoute pas énormément de films.

6. Une lecture qui t'accompagne...

Je lis beaucoup de biographies de sportifs, et surtout en vélo, parce que c'est ce qui me passionne. Il y en a presque seulement en vélo de route. Présentement, je lis le livre de Mark Cavendish [At Speed].

7. Tu écoutes quelle musique, présentement?

Je ne suis vraiment pas musique. Je n'ai pas de goûts de musique définis. J'aime mieux avoir mon Google Play et découvrir. Je pense que mon intelligence musicale n'est pas énorme. [rires]

8. Une personne qui t'impressionne, qui t'inspire...

Je te dirais n'importe quel week-end warrior. Je trouve ça impressionnant des gens qui font des semaines de 40-60 heures et qui font des courses la fin de semaine. 

9. Une destination vacances favorite?

Je dirais plus un endroit où j'aime m'entraîner en vélo. J'aime beaucoup la Californie, autant pour la qualité des routes que pour celle des sentiers en vélo de montagne. Sinon, en vélo de route, joindre l'utile à l'agréable : petites vacances avec camp d'entraînement à Cuba, c'est dur à battre. J'aimerais aussi découvrir l'Asie.

10. Une gâterie que tu te permets n'importe quand?

[Hésitation] Une crème glacée une fois de temps en temps, c'est correct. Chocolats Favoris, trempée...

Carte de visite

  • Nom: Raphaël Gagné
  • Sport: vélo de montagne (cross-country)
  • Âge: 29 ans
  • Meilleurs résultats: champion des Jeux panaméricains en 2015; 6e en Coupe du monde
  • Date de compétition: 21 août

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer