Audrey Lacroix: un «bonus» avant la retraite

Audrey Lacroix participera à ses troisièmes Jeux olympiques.... (Photothèque Le Soleil, PC)

Agrandir

Audrey Lacroix participera à ses troisièmes Jeux olympiques.

Photothèque Le Soleil, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Pleins feux

Sports

Pleins feux

Rencontres avec des acteurs de la scène sportive. »

(Québec) Après des années de préparation, de rêves et de sacrifices, le grand rendez-vous approche pour plusieurs athlètes du territoire desservi par Le Soleil. Le 5 août, la flamme olympique brillera sur Rio de Janeiro. À l'approche des XXXIes Jeux d'été, nous vous proposons de découvrir ces athlètes.

Avant de penser à la retraite, qui pointe à l'horizon, Audrey Lacroix veut profiter pleinement de sa troisième envolée olympique au 200 m papillon. Lorsqu'elle sortira définitivement de la piscine, ce sera au moment où la plus vieille membre de l'équipe canadienne de natation l'aura choisi. Pour l'heure, elle n'a que Rio en tête.

«Je vois ma présence aux Jeux comme un bonus parce que je ne pensais pas me rendre aussi loin», lance la nageuse de Pont-Rouge avec l'enthousiasme et la sagesse de ses 32 printemps.

En 2008, Lacroix avait pris le 13e rang de cette course pour ensuite finir 12e, en 2012. Entre les deux, elle avait réussi à contrôler un trouble d'anxiété, qui la suit sans toutefois lui causer de problème.

«Ce sera toujours présent, mais ça ne me demande plus autant de travail qu'il y a quatre ou cinq ans. Cette expérience m'a obligée à faire plus attention. Maintenant, la préparation est l'une de mes forces, je suis capable de gérer mon stress, ça me rend plus performante. Sans ce travail, je n'aurais pas pu aller à Londres [2012].»

Lacroix fait figure d'exception. Pour devenir triple olympienne, il faut se maintenir longtemps parmi les meilleures au monde. À part de nager le plus vite possible, ses attentes ne sont pas les mêmes qu'à ses deux précédents Jeux.

«Ce n'est pas comme si le résultat allait déterminer la suite de ma carrière comme à 24 ans. Il n'y aura pas de suite, et ce que j'avais à faire, je l'ai fait. Ça n'arrive pas souvent dans la vie d'un athlète d'aller aux Jeux trois fois de suite, je suis consciente de ma chance et je suis fière d'avoir réussi cela. Oui, je veux nager vite, oui, je veux faire de mon mieux, mais en même temps, je ne ressens pas la pression d'accomplir quelque chose en particulier. Je veux juste voir ce que je peux faire.»

Plus d'endurance

Lacroix a passé l'année pré-olympique à Toronto, où elle s'entraînait avec Ben Titley, un Britannique qui a déjà dirigé l'équipe nationale de la Grande-Bretagne. Expérience aidant, elle a eu son mot à dire dans sa préparation.

«Je me suis entraînée vraiment fort, le programme à Toronto est relevé et exigeant. Pour le soutenir, il faut être athlète à temps plein, je n'aurais pas réussi en allant à l'Université comme dans le passé. La grande différence avec 2012, c'est que j'ai beaucoup plus d'endurance.»

Lacroix occupe le 23e rang mondial sur la distance, mais les temps sont relativement rapprochés entre les 4e et 20e positions. «C'est dommage pour le sport, mais bon pour moi. Je suis dans une épreuve qui progresse un peu moins vite que les autres même s'il y a plus de profondeur.

«Pour moi, c'est ambitieux de faire la finale, et si j'y parviens, je serai vraiment contente. Je ne suis pas dans les filles assez rapides pour rentrer dans le chrono que ça va prendre, je vais être dans les filles regroupées de la 6e à la 16e position et qui vont se battre pour les trois ou quatre places qui resteront pour la finale», analysait-elle avec franchise.

Le 200 m papillon pourrait être sa dernière course, mais son entraîneur lui a suggéré de s'inscrire aux Championnats du monde FINA de Windsor en bassin court, histoire de ne pas avoir la retraite en tête à Rio. «Si ça me tente, je pourrais continuer, peut-être que je n'aurai pas le goût non plus. Mais je vais avoir la possibilité de partir quand j'en aurai le goût!»

Cin questions à... Audrey Lacroix

1. Quel est ton héros olympique?

Le nageur canadien Mark Tewksbury [médaillé d'or en 1992]. J'ai vu sa course plusieurs fois, et quand je l'ai rencontré, il était humble et sympathique et confirmait l'image que j'avais de lui.

2. Tu n'es pas athlète, tu fais quoi dans la vie?

J'aurais aimé travailler dans les ambassades, mais ça n'arrivera pas. Aussi journaliste, ce qui va peut-être arriver... 

3. Une gâterie que tu te permets n'importe quand?

Le chocolat noir. Comme on est dans un sport où l'on dépense beaucoup d'énergie et qu'on n'a pas à faire un poids, nous n'avons pas à nous restreindre.

4. Un athlète olympique actif d'une autre discipline qui t'impressionne?

Milos Raonic [le joueur de tennis canadien] . J'ai adoré sa réaction dans la défaite à Wimbledon, il est resté positif et souriant. Il va remporter un grand chelem, mais si ça devait être sa meilleure performance, je serai autant en admiration devant lui. 

5. Plus jeune, as-tu pratiqué un autre sport que le tien?

J'ai joué pendant sept ans au tennis, mais ça m'avait pris deux ans avant de frapper la balle deux coups de suite, à avoir du plaisir parce que je n'étais pas très douée.

Carte de visite

Nom: Audrey Lacroix

Sport: natation

Âge: 32 ans

Meilleur résultat:

  • 7e au 200 m papillon des Championnats du monde FINA (2007)
  • Or au 200 m papillon des Jeux du Commonwealth (2014) et des Jeux panaméricains (2015)
Dates de compétition:

  • Mardi 9 août: qualifs et demi-finales du 200 m papillon
  • Mercredi 10 août: finale du 200 m papillon

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer