La médaille de la classe à Evan Dunfee

«Même si une requête en appel au TAS... (AP)

Agrandir

«Même si une requête en appel au TAS avait été acceptée, je n'aurais pas été capable de recevoir cette médaille avec la conscience tranquille. Et c'est quelque chose dont je n'aurais pas été fier», a commenté Evan Dunfee.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

La Presse Canadienne
Rio de Janeiro, Brésil

En l'espace de quelques heures, le marcheur canadien Evan Dunfee a vécu la déception d'une quatrième place, l'euphorie d'être ensuite décoré de la médaille de bronze et la douloureuse réalité de voir cette breloque lui être retirée. Les Jeux olympiques peuvent parfois être cruels.

La courageuse performance de Dunfee à l'épreuve du 50 km marche aux Jeux de Rio, vendredi, fait partie des plus grandes jamais réalisées par un Canadien. L'athlète de 25 ans de Richmond (Colombie-Britannique) a d'abord terminé au quatrième rang, à 14 secondes de Hirooki Arai. Mais les responsables d'Athlétisme Canada ont déposé une réclamation. Ils considéraient que le Japonais avait bousculé Dunfee avec moins de deux kilomètres à franchir, causant une perte de cadence.

Les officiels de course ont donné raison au Canada et ont disqualifié Arai. Mais ce dernier a déposé un protêt à son tour en appel. Et plusieurs heures après l'épreuve, les officiels ont renversé la disqualification et remis la médaille de bronze au Japonais. Dunfee était de retour en quatrième position.

Jambes molles comme du Jell-O

Le marcheur canadien a déclaré qu'il avait le pouvoir de déposer une requête au Tribunal arbitral du sport (TAS), mais il a plutôt décidé d'accepter la décision du jury. Et il l'a fait avec beaucoup de classe.

«Peu de gens peuvent comprendre la douleur dans laquelle les athlètes se trouvent pendant trois heures et demie d'une course si éreintante. Je crois que le Japonais et moi nous sommes accrochés. Mais ce qui me brise, c'est le fait que j'ai laissé cette situation me déranger. Et une fois que j'ai perdu cette concentration, mes jambes sont devenues aussi molles que du Jell-O.»

Selon Dunfee, le contact fait partie du sport de la marche. «Je ne crois pas qu'il s'agissait d'un geste malicieux ou intentionnel. Même si une requête en appel au TAS avait été acceptée, je n'aurais pas été capable de recevoir cette médaille avec la conscience tranquille. Et c'est quelque chose dont je n'aurais pas été fier.

«Je vais bien dormir ce soir, et pendant le reste de ma vie, sachant que j'ai pris la bonne décision», a-t-il ajouté.

Dunfee s'est effondré à l'arrivée, comme plusieurs autres concurrents qui ont bravé des conditions difficiles, ayant besoin des soins du personnel médical. Aucun marcheur canadien n'a gagné une médaille dans la discipline du 50 km, l'une des plus épuisantes des Jeux. Guillaume LeBlanc avait remporté l'argent au 20 km en 1992.

Comme plusieurs autres marcheurs, Evan Dunfee s'est effondré... (AFP, Jewl Samad) - image 2.0

Agrandir

Comme plusieurs autres marcheurs, Evan Dunfee s'est effondré à l'arrivée.

AFP, Jewl Samad

Dunfee a franchi la distance en 3h41:38 minutes, améliorant son propre record canadien de 3h43:45. Son coéquipier Mathieu Bilodeau, originaire de Québec, n'a pas complété l'épreuve.

Résultats prometteurs

Même s'il n'est finalement pas monté sur le podium, la performance de Dunfee, qui avait raflé l'or au 20 km aux Jeux panaméricains l'été dernier, se veut la plus récente d'une série de prometteurs résultats pour les marcheurs canadiens. Jusqu'à tout récemment, le Canada n'avait jamais eu une véritable occasion d'aspirer à un podium dans cette discipline qui était largement dominée par une équipe russe dopée.

Les marcheurs russes ont remporté 11 médailles au cours des cinq dernières éditions des Jeux olympiques. Mais l'équipe a été la cible de plusieurs cas de dopage. D'ailleurs, toute la délégation russe d'athlétisme a été bannie des Jeux de Rio dans la foulée du scandale de dopage avec la complicité de l'État.

Les marcheurs russes étaient également absents des championnats du monde l'été dernier, où Ben Thorne, 23 ans, a gagné la médaille de bronze. Puis en mai, Thorne, Dunfee et Inaki Gomez ont décroché la médaille d'argent au Championnat de marche par équipes. Ils s'entraînent tous les trois sous la supervision de Gerry Dragomir, un ancien champion du monde des maîtres.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer