Des juges de boxe mis K.-O.

Plusieurs combats, dont celui qui a mené à... (AP, Frank Franklin II)

Agrandir

Plusieurs combats, dont celui qui a mené à la défaite dimanche de la Québécoise Ariane Fortin (à droite), ont vu leurs résultats contestés. L'Association internationale de boxe amateur a annoncé mercredi qu'elle écartait quelques juges à la suite de décisions controversées.

AP, Frank Franklin II

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

<p>Ian Bussières</p>

(Québec) L'Association internationale de boxe amateur (AIBA) a annoncé mercredi qu'elle écartait des compétitions olympiques quelques juges à la suite de décisions controversées. Par contre, il n'est pas question de revoir le résultat des combats concernés.

Plusieurs combats de boxe, dont la défaite de la Québécoise Ariane Fortin face à la Kazakhe Dariga Shakimova et celle du Canadien Arthur Biyarslanov devant l'Allemand Artem Harutyunyan, ont vu leurs résultats être contestés.

L'Irlandais Michael Conlan, champion du monde des poids coq, a aussi vertement critiqué la décision des juges après sa défaite contre le Russe Vladimir Nikitin, mardi, faisant des doigts d'honneur et accusant le président russe Vladimir Poutine d'être à l'origine de la décision. Il a même juré qu'il ne boxerait plus jamais dans un événement sanctionné par l'AIBA. 

Mercredi, l'AIBA a dit avoir mené une enquête approfondie à la suite de récentes décisions de juges et a décidé «d'agir immédiatement de façon appropriée», selon son communiqué publié mercredi.

«Depuis le début des Jeux olympiques, l'AIBA a tenu 239 combats. La Commission des juges et des arbitres de l'AIBA a revu toutes les décisions et a déterminé que moins d'une poignée de décisions n'étaient pas du niveau espéré. Par conséquent, il a été décidé, en accord avec le Comité d'évaluation des juges et des arbitres de l'AIBA, que les juges et les arbitres concernés n'officieraient plus durant les Jeux de Rio», indique l'AIBA, qui précise d'un même souffle que conformément à ses règles, les résultats de tous les combats demeureraient toutefois en force.

L'AIBA a aussi nié toute allégation de corruption. «Nous voudrions fortement répéter qu'à défaut de preuves tangibles, pas des rumeurs, nous continuerons d'utiliser tous les moyens, y compris les moyens légaux et les actions disciplinaires, pour protéger notre sport et sa communauté de juges et d'arbitres dont l'intégrité est constamment remise en question», poursuit l'Association.

«Notre organisation ne sera pas influencée indument par les opinions subjectives de parties mécontentes. Nous encourageons ces parties à fournir des preuves de ce qu'elles avancent afin de pouvoir agir immédiatement de façon appropriée», termine le communiqué de l'AIBA.

Le boxeur irlandais Michael Conlan a fait un... (Photo Jae C. Hong, AP) - image 2.0

Agrandir

Le boxeur irlandais Michael Conlan a fait un doigt d'honneur aux juges après sa défaite, mardi.

Photo Jae C. Hong, AP

Pas une première

«J'ai regardé plusieurs fois les combats d'Ariane et d'Arthur et, pour moi, c'est clair qu'ils ont gagné», a déclaré au Soleil le président de Boxe Canada, l'ex-maire de Regina Pat Fiacco, qui avait lui-même été juge et arbitre à la boxe lors des JO d'Athènes en 2004 et superviseur adjoint à ceux de Londres en 2012.

«C'est difficile de se prononcer sur la décision de l'AIBA, car elle n'a pas dit combien de juges et arbitres étaient écartés et qu'on ne sait pas lesquels, ni les raisons précises. Une chose est certaine cependant, il n'y a qu'une seule raison qui peut expliquer une telle décision : la mauvaise performance des juges et arbitres concernés.»

Fiacco sait de quoi il parle puisque près du quart des juges et des arbitres de boxe aux JO de Londres avaient également été visés par une décision semblable. «Nous en avions mis six ou sept de côté et nous en avions carrément renvoyé deux autres chez eux, sur un total de 34 juges et arbitres», se souvient-il.

«Ça doit cesser»

Pour Pat Fiacco, président de Boxe Canada, les mauvaises décisions comme celles rendues dans les combats d'Ariane Fortin et d'Arthur Biyarslanov sont encore trop fréquentes et n'ont pas leur place aux JO. «C'est très mauvais pour le sport quand un pays est victime d'une mauvaise décision. Malheureusement, ça arrive à tous les Jeux olympiques. Ça doit cesser une fois pour toutes», a-t-il déclaré lors d'un entretien téléphonique avec Le Soleil.

Il estime que les JO sont une compétition très importante et que les juges et les arbitres se doivent d'être à la hauteur. «Un arbitre ou un juge peut avoir une mauvaise journée, mais il n'y a pas de place pour des mauvaises décisions flagrantes comme celles-là», a-t-il ajouté en faisant référence aux cas des deux boxeurs canadiens. Il n'a identifié aucun juge, mais le Grec Evangelos Bougioukas et le Danois Clause Bedemann ont été à l'origine de la défaite de Fortin, ayant donné l'avantage à son adversaire kazakhe, alors que le juge marocain Hassan Mourdrikah avait remis une carte de 39-37 en faveur de la boxeuse de Saint-Nicolas.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer