Lutter contre l'interdit

Battsetseg Soronzonbold est maintenant une célébrité en Mongolie,... (AP, John Locher)

Agrandir

Battsetseg Soronzonbold est maintenant une célébrité en Mongolie, pays où les femmes ont dû aussi lutter en dehors de l'arène pour faire tomber les interdits sociaux et pouvoir pratiquer leur sport.

AP, John Locher

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

Agence France-Presse
Bayanchandmani

Pendant toute la durée des Jeux, nous vous présentons des portraits d'athlètes qui, par leur histoire ou par leurs performances, connaissent un parcours hors du commun. Aujourd'hui : les lutteuses mongoles et indiennes

Avant de défendre leurs couleurs sur les tapis de Rio mercredi et jeudi, avec pour certaines de réelles chances de médailles, les lutteuses en Mongolie et en Inde ont dû combattre l'interdit social d'un sport considéré comme exclusivement masculin.

Et si ces lutteuses jouissent aujourd'hui d'une popularité nationale sans égale en Mongolie et en Inde, aucune n'oublie combien elle a été conspuée avant d'atteindre ces glorieux sommets. «Les gens nous lançaient des regards vicieux à chaque fois que nous nous mettions en shorts pour l'entraînement», raconte l'Indienne Vinesh Phogat, 21 ans, issue d'une famille de lutteurs prestigieux d'une ville du nord du pays, où les femmes sont en principe couvertes de la tête aux pieds.

Le parallèle est saisissant avec l'histoire de Soronzonboldyn Battsetseg, 26 ans, une fille de nomades qui a défié la steppe mongole en combattant avec des garçons de son âge. Puis, elle a vu sa vie basculer en arrachant le bronze en moins de 63 kilos à Londres, en 2012. «C'est plus facile pour un homme de devenir lutteur en Mongolie. Les femmes sont obligées d'être mentalement beaucoup plus fortes», assure-t-elle. 

Tumendembereliin Sukhbaatar, l'un des entraîneurs - tous masculins - du centre d'entraînement de la région d'Oulan-Bator, en convient en se souvenant de ses débuts en 2000. «Les hommes pensaient que le tapis était un lieu sacré et que les femmes ne devaient pas y être autorisées parce qu'elles étaient impures.»

Tout, pour ces femmes, s'est donc joué à force de courage et de persévérance. Ce fut le cas de Vinesh (moins de 48 kg), sa cousine Babita Kumari (moins  de 53 kg) et sa coéquipière Sakshi Malik (moins de 58 kg), qui ont grandi à Haryana et sont toutes les trois à Rio. Cette ville voisine de New Delhi est régie par de rigoureux conseils de village, au sein desquels les hommes s'assurent que les femmes ne défient en rien les valeurs traditionnelles.

Le mariage hors caste ou hors religion y est passible de punitions, y compris les crimes d'honneur. Et les avortements sélectifs ont valu à la ville le pire ratio du pays en terme de genre, avec 877 femmes pour 1000 hommes, contre 940 dans tout le pays, selon le dernier recensement de 2011.

Lorsque Sakshi s'est éprise de lutte vers l'âge de 12 ans, les villageois ont copieusement admonesté ses parents, arguant qu'elle finirait les oreilles en chou-fleur et deviendrait impossible à marier, car indésirable. «Je ne comprenais pas pourquoi les gens disaient de telles bassesses alors que j'étais encore si jeune. Ça m'a fait douter.»

Des victoires qui changent tout

Comment, alors, secouer une société si convaincue d'elle-même? Le regard des Indiens a commencé à changer après la breloque en or de Geeta Phogat, la soeur aînée de Babita, aux jeux du Commonwealth de 2010. Elle est devenue par la même occasion la première Indienne à se qualifier pour les JO, en 2012 à Londres.

Sakshi, quant à elle, est devenue une célébrité locale après sa médaille d'argent aux Jeux du Commonwealth de 2014. «C'est vraiment bizarre de voir combien les gens peuvent s'intéresser à moi maintenant que je suis devenue célèbre», se réjouit Sakshi en parlant des villageois désormais avides de selfies avec elle.

Idem en Mongolie où le sourire de Battsetseg orne désormais les panneaux publicitaires d'Oulan-Bator depuis sa troisième place à Londres, la première médaille olympique du pays depuis 1980. «Quand je rentre à la maison, les gens m'accueillent comme si j'étais le président.»

La victoire de ces femmes est peut-être ailleurs, dans cette vie improbable qu'elles ont su s'offrir alors que les attendait le carcan serré des obligations des femmes soumises. «Ma vie est très spéciale par rapport à celle de mes amies. Certaines ont fait un peu d'études avant de retourner aux travaux ménagers. Celles qui sont mariées s'occupent de leur mari et de leurs enfants», constate Sakshi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer