Les Paralympiques de Rio aux urgences

L'athlète A.J. Digby, des États-Unis, est un des... (The Blade via AP, Cameron Hart)

Agrandir

L'athlète A.J. Digby, des États-Unis, est un des coureurs attendus aux Paralympics... Si le comité organisateur trouve les fonds nécessaires pour présenter les compétitions.

The Blade via AP, Cameron Hart

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

Pierre Ausseill
Agence France-Presse
Rio de Janeiro, Brésil

Les Jeux paralympiques de Rio en septembre sont-ils menacés ? Les autorités brésiliennes et le Comité d'organisation jurent que non, mais ils ont cruellement besoin d'une urgente perfusion d'argent public, pour le moment interdite par une magistrate brésilienne.

À six jours de la cérémonie de clôture des premiers JO en Amérique du Sud et à deux semaines du coup d'envoi des Paralympiques, les caisses du Comité d'organisation Rio-2016, financé à 100% par des fonds privés, sont vides.

Et si la situation ne se débloque pas rapidement, ce ne sont pas juste les athlètes paralympiques russes, suspendus pour dopage, qui risquent de ne jamais voir le Corcovado. Mais aussi les compétiteurs des fédérations paralympiques de 40 à 60 pays pauvres qui n'ont pas encore vu la couleur de leur billet d'avion.

Rio-2016 aurait dû verser déjà il y a plus de deux semaines les bourses promises à leurs comités.

«Ce serait une honte pour le Brésil de ne pas faire ces Jeux», a affirmé lundi le maire de Rio, Eduardo Paes, après s'être entretenu avec le président du Comité international paralympique (IPC), Philip Craven, et son directeur général Xavier Gonzalez.

M. Paes a offert de débourser jusqu'à 150 millions de réais (61,1 M $CAN) si nécessaire. Sauf qu'une juge de Rio a interdit vendredi à la mairie et au gouvernement fédéral de verser le moindre denier public, faute de transparence sur l'utilisation des fonds.

Faible vente de billets

Rio-2016 et la mairie ont annoncé qu'ils feraient appel de cette décision. «Bien que la situation soit très précaire, les rumeurs selon lesquelles les Paralympiques n'auront pas lieu ou que certaines compétitions seraient supprimées sont totalement infondées», a tenu à rassurer Philip Craven.

Le patron de l'IPC a qualifié de «très positifs» ses entretiens avec le maire de Rio, puis dans la capitale Brasilia avec Eliseu Padilha, le chef de cabinet du président par intérim Michel Temer.

«Malheureusement, a-t-il toutefois souligné, si des fonds supplémentaires ne sont pas libérés, alors les coupes budgétaires additionnelles affecteront les services offerts aux athlètes qui ont dédié des années de leurs vie pour participer à ces Jeux.»

Or, le temps presse. Rio-2016 n'a que quelques jours pour donner des gages de transparence pour convaincre la justice.

«Ce qui affecte les Jeux paralympiques, c'est évidemment les faibles ventes de tickets et un manque de commanditaires. Mais jusqu'à présent, nous n'avons pas été en mesure de chiffrer exactement de combien d'argent nous allons avoir besoin», a expliqué le porte-parole de Rio-2016, Mario Andrada.

Un peu gênant. Car, comme l'a admis M. Andrada lui-même, «il est évident que pour qu'une entreprise privée reçoive de l'argent public, il faut suivre un certain nombre de règles, notamment sur les dépenses qui peuvent être couvertes par de l'argent public».

La question est ultra sensible au Brésil, où le méga scandale de corruption Petrobras ébranle presque toute l'élite politique, trois ans à peine après les manifestations massives contre la lourde facture publique du Mondial-2014 de football.

«Confiance affectée»

Le Comité Rio-2016 a subi de plein fouet les conséquences de la sévère récession économique qui frappe le pays.

Son budget est passé de 4,2 à 7,4 milliards de réais (2 mds EUR) entre 2009 et 2015 en raison de l'inflation et de l'ajout de quatre sports dans les programmes olympique et paralympique. Mais les recettes n'ont pas été à la hauteur, notamment les ventes de tickets pour les Paralympiques.

Son président, Carlos Nuzman, a obtenu début juin une avance de paiement sur le total de 1,5 milliard de dollars versé par le CIO au comité organisateur après les Jeux.

Relations tendues

Et selon des sources proches du mouvement olympique, consultées par l'AFP, «les relations entre M. Bach et M. Nuzman début juin étaient très tendues, car M. Bach n'a pas reçu suffisamment d'explications sur la façon dont les premiers versements du CIO avaient été dépensés. La confiance entre les deux hommes en a été fortement affectée».

Certaines dépenses imprévues de dernière minute n'ont rien arrangé: à quelques jours de l'ouverture des Jeux, Rio-2016 a dû recruter en catastrophe des centaines d'électriciens et plombiers pour réparer les appartements défectueux du Village olympique où logent quelque 10.500 athlètes.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer