Un rêve de 12 minutes pour Ariane Fortin

Ariane Fortin, à gauche, a livré un solide... (AP, Frank Franklin II)

Agrandir

Ariane Fortin, à gauche, a livré un solide combat à Dariga Shakimova, mais les juges ont tranché en faveur de la Kazakhe.

AP, Frank Franklin II

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
Québec

Il n'y a pas de défaite plus cruelle que celle qu'a subie la boxeuse canadienne Ariane Fortin aux Jeux olympiques de Rio. À son premier combat chez les 75 kg, celle qui a été deux fois championne du monde, en 2006 et 2008, a perdu une décision partagée très controversée face à la 23e boxeuse mondiale, la Kazakhe Dariga Shakimova.

Les pointages des trois juges retenus sur les cinq en fonction ont été de 39-37 en faveur de Fortin (de la part du Marocain Hassan Mourdrikah), 39-37 en faveur de Shakimova (pour le Grec Evangelos Bougioukas), tandis que le juge danois Clause Bedemann a donné deux rounds de chaque côté, pour un 38-38.

Un officiel donnant un combat nul doit identifier la pugiliste qui a été la plus active, porté les meilleurs et le plus grand nombre de coups selon lui. Bedemann a choisi la championne en titre d'Asie.

«Je croyais qu'elle avait le combat. Elle était plus précise, un petit peu plus active», a pour sa part estimé l'entraîneur-chef de l'équipe canadienne, Daniel Trépanier, qui s'expliquait mal cette décision. «Mais quand on a vu que la décision prenait du temps à venir et qu'ils jouaient du crayon dans le coin, là, nous avons commencé à être nerveux.

«Au dernier round, elle a démontré sa supériorité. Mais bon, les juges en ont décidé autrement. [...] C'est un jugement, ils voient les combats différemment de nous. En tout cas, ils ne sont pas du même avis que nous.»

Trépanier et les autres membres de la délégation canadienne doivent être très prudents dans leurs commentaires afin de ne pas froisser la toute puissante fédération internationale, l'AIBA, puisque deux autres de leurs protégés, Mandy Bujold et Arthur Biyarslanov, sont toujours en lice. Mais un haut dirigeant de la fédération nationale - sous le couvert de l'anonymat - n'a pas mâché ses mots. «Nos trois boxeurs devaient revenir des Jeux avec une médaille. Le Danemark et la Grèce viennent de nous en priver d'une», a-t-il dit sans détour, ajoutant que «clairement, Ariane Fortin a gagné ce combat. C'est scandaleux de dire autrement.»

«Je dirais que si tu as cinq officiels qui jugent un combat, ce serait logique d'utiliser les cinq, pas juste trois au hasard, a avancé Fortin. Mais ça, c'est l'AIBA et il ne faut pas parler contre l'AIBA, alors je ne dirai plus rien.»

Convaincue d'avoir gagné

«Je pensais vraiment que je l'avais, surtout parce que j'avais commencé fort et terminé fort», a enchaîné la boxeuse de 31 ans, admettant que les rounds deux et trois étaient serrés. «Même si tu veux lui donner les deuxième et troisième, il faut départager à 38-38. Tu es censé donner le combat à la personne qui a provoqué l'action tout au long du combat. C'est sûr qu'à ce niveau-là...», a-t-elle laissé en suspens.

«Je pèse mes mots, car je ne veux pas être cette personne qui se plaint du travail des juges», a ajouté Fortin, la voix brisée par l'émotion. «Je suis vraiment fière de moi sur tous les plans. Je ne peux pas avoir de regret par rapport aux choses que j'ai faites ou pas. Je suis quelqu'un de fondamentalement positif et pour moi, c'est important que ça reste ainsi. Le système est ce qu'il est. J'espère avoir de meilleurs souvenirs [quand j'accrocherai mes gants].»

Cette défaite est d'autant plus cruelle que ces Jeux seront les seuls que vivra Fortin, qui n'a pas l'intention de poursuivre sa carrière après les Mondiaux 2018. Exclue des Jeux de Londres à la faveur de Mary Spencer, Fortin avait même failli tout lâcher à ce moment.

«Oui, j'aurais pu. Je te dirais qu'aujourd'hui je me dis : "Est-ce que ç'a valu la peine?" Pas sûre! Mais je suis certaine qu'en fin de compte, je me dirai que ça m'a fait vivre de belles affaires quand même. C'est beaucoup de déception, mais ça reste que je suis une olympienne et ça c'est quelque chose qui va rester tout le temps. Le plus important, c'est d'être fière de ma performance et c'est là-dessus que je vais tenter de rester accrochée, malgré l'immensité de la déception.

«En venant aux JO, je disais que je ne voulais pas juger ma carrière en fonction de ce que j'y aurai fait. Ce n'est pas vrai qu'on juge 15 ans par un tournoi. Je suis vraiment fière de ma performance, pour le moment, c'est là-dessus que je veux mettre l'accent.»

Ses partisans ne comprennent pas

Le rêve olympique de la boxeuse lévisienne Ariane Fortin a pris fin au terme d'un seul et unique combat âprement disputé en huitième de finale chez les moins de 75 kilos. Une défaite qui survient sur fond de controverse entourant le travail des juges. «Elle méritait le combat.» Bertrand Pelletier est administrateur et entraîneur au Club de boxe olympique de Lévis, où Ariane a appris les rudiments du noble art. Comme plusieurs partisans de l'athlète olympique, il a assisté au combat au Cégep de Lévis-Lauzon. Pour lui, la décision ne reflète pas ce qu'il a vu. «Oui, c'était partagé, c'était serré. Mais je suis surpris de la décision. Ariane offrait de belles séries de coups. Je voyais beaucoup d'impact. Le quatrième round appartient à Ariane, elle a touché plus souvent», résume-t-il. Malheureusement, un des juges a pensé l'inverse, soulevant même une controverse. Chez les partisans rassemblés au cégep, dimanche, c'était l'incompréhension. «C'est jugé par des humains. On ne peut rien faire contre ça», laisse tomber M. Pelletier, visiblement déçu. «Ariane a quand même fait une belle performance. Elle a livré la marchandise. Elle a travaillé très fort du début à la fin. Elle s'est même ajustée en cours de combat. Elle n'a pas à rougir», conclut-il.  Avec Jean-François Néron

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer