Le marathon voit triple

Le cas des triplées estoniennes Lily, Liina et... (AP, Vitnija Saldava)

Agrandir

Le cas des triplées estoniennes Lily, Liina et Leila Luik, toutes trois qualifiées pour le marathon dimanche, est sans précédent.

AP, Vitnija Saldava

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

Maris Hellrand
Agence France-Presse
TARTU

Pendant toute la durée des Jeux, nous vous présentons des portraits d'athlètes qui, par leur histoire ou par leurs performances, connaissent un parcours hors du commun. Aujourd'hui: les triplées estoniennes Lily, Liina et Leila Luik

Ceux qui jetteront un oeil sur le marathon féminin dimanche risquent de se demander s'ils ne voient pas triple. C'est plutôt une page d'histoire qui va s'écrire sous leurs yeux.

Les triplées estoniennes Leila, Liina et Lily Luik sont en effet parvenues à se qualifier pour les Jeux olympiques de Rio. Leur cas est sans précédent. «On n'a jamais vu des triplés participer aux JO, qu'il s'agisse de la même édition ou de Jeux successifs», assure Bill Mallon, historien des JO vivant en Caroline du Sud.

Aucune des trois soeurs n'est en mesure d'envisager accrocher une médaille. Mais cela n'a pas empêché celles qui se surnomment le «Trio à Rio» de s'entraîner d'arrache-pied.

À l'approche des JO, les trois soeurs ont été souvent vues dans leurs maillots fluo sur les pistes longeant la rivière Emajogi («Mère»), dans leur vieille ville universitaire de Tartu. Elles ne courent le marathon que depuis six  ans après une enfance et une adolescence consacrées à la danse et à la natation, mais cela leur a suffi pour décrocher leur billet pour les Olympiques.

Leila est la meilleure du trio, avec un temps de 2h37 pour couvrir les 42,195 km de la distance mythique, encore loin des 2h 23min 7s de l'Éthiopienne Tiki Gelana en 2012, médaille d'or aux JO de Londres. Et encore plus du record féminin, propriété de la Britannique Paula Radcliffe, lors du marathon de Londres 2003 (2h 15min 25 s).

Mais l'essentiel est ailleurs, et l'exploit, en fait, a déjà été réalisé. Leila assure que les trois soeurs ne chercheront qu'à faire leur meilleur temps personnel. «Nous nous soutenons mutuellement, nous espérons courir ensemble du début jusqu'à la fin. C'est une grande motivation», ajoute-t-elle.

Nées le 14 octobre 1985, cinq ans avant que l'Estonie secoue le joug soviétique, les triplées ont toujours été inséparables. «Nous avons été actives et remuantes depuis notre prime enfance», dit Lily. Les étés passés à la ferme de leur grand-mère leur ont appris à travailler à la sueur de leur front.

Il est difficile de les distinguer l'une de l'autre. Seules leurs coupes de cheveux les différencient. Pour leur entraîneur, Harry Lembert, pas besoin de regarder leurs têtes pour les identifier : chacune court différemment. «Ce serait une bonne idée de les faire courir ensemble sur la plus grande partie du parcours, mais malheureusement, elles n'ont pas le même niveau.»

Du hip-hop au marathon

Avant de se lancer dans la course à pied, les trois soeurs étaient danseuses professionnelles de hip-hop. À cause de la densité de leur entraînement, elles n'ont plus le temps pour s'adonner à cette passion. 

Un temps que Lily et Leila parviennent toutefois à dégager pour peindre, une autre de leurs passions. «La peinture me permet de penser à autre chose, de me détacher de la course», dit Leila. Sur sa page Facebook, on peut voir le tableau d'un cygne, dont le nom en estonien est aussi celui de sa famille.

Menues et sveltes, les trois jeunes femmes de 1,65 m n'en sont pas moins gourmandes. «Les glaces, nous pourrions en manger des kilos! Surtout quand il fait chaud en été. Chaque dimanche matin, nous faisons des crêpes, et mangeons des glaces», raconte Liina.

Les triplées anticipent déjà l'après-Jeux, misant sur leur popularité à venir. «Nous rêvons d'une firme de produits de beauté ou peut-être d'un café accueillant», confie Lily, spécialiste en gâteaux et en desserts. «Nous devons réfléchir comment exploiter le fait que nous sommes trois et comment cela pourra faire venir les gens à notre café. Nous sommes inséparables.

«Il n'y a pas de chef, nous sommes une équipe, nous discutons et décidons de tout toujours ensemble, ajoute Lily. Nous sommes nées sous le signe de la Balance, et il nous faut beaucoup de réflexion avant de prendre une décision.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer