Rien ne sert de courir, il faut plonger à point

Après une erreur qui l'a projetée temporairement au... (AP, Wong Maye-E)

Agrandir

Après une erreur qui l'a projetée temporairement au 17e rang des 18 plongeuses, Jennifer Abel a refusé de «lancer la serviette» et a terminé au troisième rang des demi-finales.

AP, Wong Maye-E

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne
Rio de Janeiro

Jennifer Abel et Pamela Ware peuvent toujours espérer quitter Rio de Janeiro avec une médaille au cou. Dimanche au tremplin de 3 m individuel, elles participeront à leur première finale depuis leur quatrième place crève-coeur au tremplin de 3 m synchro.

La route menant les Québécoises vers le podium est très longue, surtout dans une compétition qui s'étale sur trois jours, comme c'est le cas au tremplin de 3 m individuel. C'est pourquoi Aaron Dziver, l'entraîneur-chef de l'équipe canadienne de plongeon,  semble s'inspirer de la fable Le lièvre et la tortue de La Fontaine : rien ne sert de courir, il faut partir à point.

«Le but, ce n'est pas d'être première, deuxième ou troisième en demi-finales, a dit Dziver. L'objectif, c'est de réaliser cinq bons plongeons, d'avoir une petite discussion afin de déterminer ce qui peut être amélioré pour la finale, et d'exécuter le lendemain.»

Abel (Laval) a pris le troisième rang des demi-finales avec 343,45 points. Elle a été devancée par les Chinoises Tingmao Shi (385) et Zi He (364,05). Ware (9e rang, 318,25), qui participe à ses premiers Jeux, a dû travailler d'arrache-pied afin de se tailler une place parmi les 12 finalistes. 

Dziver a souligné que l'objectif de samedi avait été atteint, puisque ses deux plongeuses sont en finale. Il a cependant indiqué qu'il ne se lancera pas dans une envolée oratoire pour motiver ses troupes.

«En fait, j'ai parlé à Pam. Tout ce que je lui ai demandé après l'épreuve, c'est qu'elle cesse de craindre de commettre des erreurs, comme ce fut le cas pendant les préliminaires et les demi-finales. Je veux qu'elle se sente plus libre en finale. C'est le seul mot d'inspiration que j'ai donné.»

Abel a commencé la compétition d'une bien mauvaise façon. Elle a commis une erreur lors de son entrée à l'eau au premier tour, se retrouvant temporairement 17e sur 18 plongeuses. À ce moment-là, Dziver a dit qu'il n'était pas inquiet pour elle. «Jennifer, elle a du caractère, elle ne lâche jamais. C'est une combattante. Elle s'est dit lors de son troisième plongeon : "OK, c'est à mon tour. Allez ch..., tous les autres." Et ça, c'est bien correct. C'est ce qu'il faut pour grimper sur le podium aux Jeux.»

La plongeuse de 24 ans s'est donc reprise en réalisant à la perfection son troisième plongeon. Le triple saut périlleux et demi avant l'a propulsée du 11e échelon au troisième.

Abel est à la recherche d'une première médaille olympique dans une épreuve individuelle. La Lavalloise a remporté le bronze au tremplin de 3 m synchro avec Émilie Heymans à Londres en 2012.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer