Les JO express

Les Italiennes Guendalina Sartori, Claudia Mandia et Lucilla Boari... (AP, Natacha Pisarenko)

Agrandir

Les Italiennes Guendalina Sartori, Claudia Mandia et Lucilla Boari ont raté de peu la médaille de bronze.

AP, Natacha Pisarenko

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

Agence France-Presse

Italiennes grassouillettes?

Les Italiennes Guendalina Sartori, Lucilla Boari et Claudia Mandia ont raté d'un cheveu la finale du tir à l'arc par équipes (une dernière flèche inexplicable à 3 points alors qu'elles avaient aligné des 9 et des 10). Elles se sont ensuite inclinées devant les Taïwanaises lors du match pour la médaille de bronze. Un exploit salué à sa juste mesure par la presse azzurra, mais pas toujours avec élégance. «Le trio des grassouillettes effleure le miracle olympique», a titré le Resto del Carlino. Les réseaux sociaux se sont alors enflammés, tant et si bien que le rédacteur en chef du journal de Bologne fondé en 1885 a été contraint de présenter publiquement ses excuses. Et d'annoncer le licenciement du chef du service des sports...  AFP

Pour le judo... et pour la vie

Même sa défaite contre l'Israélienne Linda Bolder (11e tête de série) avait une saveur de victoire pour la judoka Yolanda Bukase. L'athlète réfugiée originaire du Congo a peut-être perdu son combat de première ronde dans la catégorie des 70 kg, mais elle a confié que c'était déjà beaucoup de disputer un combat sur la plus grande scène du sport. Ell a fui son pays ravagé par la guerre il y a plusieurs années après avoir été séparée de ses parents. Après le combat, elle a confié qu'elle était «heureuse, même dans la défaite parce que j'ai la chance de livrer un combat aux Jeux olympiques.» Elle a ajouté que son message pour sa famille dans son pays d'origine était qu'elle avait continué de se battre «non seulement pour le judo, mais pour ma vie». Et qu'ils devraient faire de même.  AP

Le cadeau d'Eleanor

Eleanor Harvey, du Canada, a célébré cette importante... (AP, Andrew Mecichini) - image 4.0

Agrandir

Eleanor Harvey, du Canada, a célébré cette importante victoire contre Arianna Errigo, mercredi.

AP, Andrew Mecichini

Le tournoi d'escrime aux Jeux de Rio est ponctué de plusieurs surprises. La plus importante est survenue, mercredi matin, à l'aréna Carioca 3. La Canadienne Eleanor Harvey, non classée, a surpris la favorite au fleuret, l'Italienne Arianna Errigo, 15-11 en 16es de finale. Errigo est considérée par certains comme la meilleure escrimeuse au monde toutes armes confondues. Mais le style de Harvey a déconcerté Errigo et le match a rapidement échappé à l'Italienne. Après avoir signé la victoire, Harvey a retiré son masque, s'est tournée vers le contingent de partisans canadiens ébahis à proximité et a tapé sur son plastron comme si elle disait «Moi? J'ai réussi ça?» Harvey s'est plus tard inclinée 15-13 en quarts de finale contre la Tunisienne Ines Boubakri.  AP

Un autobus de journalistes frappé par des projectiles

La police militaire de Rio de Janeiro entend renforcer ses mesures de sécurité après que des projectiles eurent heurté un autobus transportant des journalistes vers le principal parc olympique. Une dizaine de passagers ont été légèrement blessés. Une enquête préliminaire démontre que l'autobus a été atteint par des pierres et non par des balles. Une capitaine retraitée de l'armée de l'air américaine, Lee Michaelson, est néanmoins certaine d'avoir entendu des tirs. Le comité organisateur des Jeux de Rio a toutefois indiqué dans un communiqué  que le conducteur du véhicule en question aurait entendu un bruit provenant de l'intérieur de l'autobus. Ce dernier a dit croire qu'il s'agissait de la chute d'un appareil photo. Les deux trous laissés par les projectiles ressemblaient à ceux qu'auraient laissés des balles, estime David Davies, un photographe de l'agence de presse britannique Press Association.  AP 

Un combat pour l'Irak

Waheed Abdulridha, porte-drapeau et seul boxeur de la délégation irakienne de 22 membres, tous masculins, ne «comprend pas pourquoi il a perdu» face au Mexicain Uziel Rodriguez alors qu'il a «contrôlé tout le combat». Mais le militaire de 33 ans est fier d'avoir représenté son pays aux JO. «La boxe est un combat, comme le terrorisme. Je veux juste la paix pour mon pays. C'est très important que l'Irak soit représenté sur le plan international.» Son entraîneur confirme : «C'est crucial pour l'Irak de participer aux Jeux olympiques. Tous les jours, nous avons des problèmes de sécurité, même si Bagdad est devenue plus sûre maintenant. Je n'ai qu'un combattant pour le moment, mais j'espère en avoir cinq ou six aux prochains JO», souligne Hussein Ali.  AFP

Pour grand-papa

Carlos Zenon Balderas Jr. a dédié sa victoire... (AFP, Yuri Cortez) - image 8.0

Agrandir

Carlos Zenon Balderas Jr. a dédié sa victoire en huitième de finale des poids légers à son grand-père.

AFP, Yuri Cortez

«Vous devez aller mieux parce que votre petit-fils va disputer les Jeux olympiques dans deux mois...», a ordonné une infirmière à David Balderas, qui aura 84 ans en septembre, alors qu'il se trouvait entre la vie et la mort. Réponse du grand-père : «Bien sûr, si c'est possible. Sinon, je serai fier de lui de là-haut!» À Rio, son petit-fils Carlos, un boxeur américain d'origine cubaine de 19 ans, lui a dédié sa victoire en huitième de finale des poids légers. «C'est très important pour moi de l'avoir à Rio. Il y a deux mois, il était victime de grippe et était tout près de nous quitter», raconte Carlos, premier enfant de la famille, très unie et très croyante, à avoir vu le jour aux États-Unis. Une vingtaine de membres de sa famille et des amis l'accompagne d'ailleurs au Brésil.  AFP

Shi inspiré par... Shi!

Le Chinois Shi Zhiyong a remporté une médaille... (AP, Mike Groll) - image 10.0

Agrandir

Le Chinois Shi Zhiyong a remporté une médaille d'or en haltérophilie. 

AP, Mike Groll

Shi Zhiyong, qui a apporté mardi une nouvelle médaille d'or à la Chine en haltérophilie (-69 kg), explique qu'il a été inspiré par son compatriote... Shi Zhiyong! Il y a 12 ans, son homonyme était devenu champion olympique aux Jeux d'Athènes, en égalant le record du monde des -62 kg d'alors. «Nous nous sommes rencontrés il y a quelques années. Le vieux Zhi [36 ans] m'a encouragé et soutenu. Il a beaucoup d'influence sur moi. En 2012, il m'avait dit de ne pas laisser tomber le nom Shi Zhiyong. Ce qui m'a poussé à tenter de donner toujours le meilleur de moi-même et de ne jamais renoncer», explique le jeune Zhi, âgé de 22 ans.  AFP

Une page d'histoire canadienne

La Canadienne Kia Nurse a récolté 14 points... (La Presse Canadienne, Frank Gunn) - image 12.0

Agrandir

La Canadienne Kia Nurse a récolté 14 points dans la victoire de 68-58 contre le Sénégal, mercredi.

La Presse Canadienne, Frank Gunn

Pour la première fois de son histoire, l'équipe féminine de basketball du Canada a gagné ses trois premiers matchs aux Jeux olympiques. Mercredi, Kia Nurse a récolté 14 points dans la victoire de 68-58 contre le Sénégal, championnes d'Afrique. Le Canada n'avait jamais gagné plus de deux matchs aux JO. Les Canadiennes avaient accédé aux quarts de finale il y a quatre ans, à Londres, avec seulement deux victoires. Le meilleur classement du Canada dans l'histoire des Jeux est une quatrième place - également avec deux victoires - dans un tournoi olympique réunissant six équipes à Los Angeles, en 1984.  La Presse canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer