Les JO express

Les esprits se sont échauffés dans les estrades... (AFP, Martin Bernetti)

Agrandir

Les esprits se sont échauffés dans les estrades lors du match entre l'Argentin Juan Martin Del Potro et le Portugais Joao Sousa.

AFP, Martin Bernetti

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

Associated Press

Que la paix règne entre Argentins et Brésiliens...

«Nous avons besoin de paix entre Argentins et Brésiliens. Le tennis, ce n'est pas du foot», a supplié Juan Martin Del Potro après sa surprenante victoire sur Novak Djokovic, N.1 mondial, au premier tour du tournoi de tennis. L'Argentin, vainqueur de l'US Open 2009, fait allusion aux sifflets (des Brésiliens) et aux cris de joie (des Argentins) avant son match gagné de lundi. «Le public donne toujours une atmosphère spéciale à la partie en dehors de l'incident du début. Après, il y a eu beaucoup de respect. C'était très beau», a ajouté Del Porto.  AFP

Dites 43...

Les basketteuses américaines ont aligné leur 43e succès d'affilée en écrasant l'Espagne 103-63. «Si on ne joue pas à 150 % de nos possibilités contre ces femmes, elles vont gagner avec 40 points d'écart. Mais même en jouant à 150 %, on pourra peut-être aussi prendre 40 points», a résumé la capitaine espagnole Laia Palau. «C'est possible de les battre, bien sûr, mais c'est très, très difficile. Physiquement, elles jouent avec un autre rythme et une autre vitesse», a-t-elle ajouté. Et ce ne sont pas les Sénégalaises, laminées 121-56, qui la contrediront En chiffres, c'est encore plus impressionnant : sept titres olympiques au cours des huit derniers Jeux, 60 victoires contre trois petites défaites...  AFP

Conditions parfaites!

«Ce sont des conditions parfaites, on ne peut pas en espérer mieux», affirme l'Américain Pedro Pascal après une première journée de régates en planche à voile dans la baie de Guanabara, si décriée pour sa pollution et son eau nauséabonde. «Je pense que c'est le meilleur endroit pour faire de la voile, techniquement parlant», confirme la Danoise Anette Viborg, en lice en Nacra 17. «C'est très agréable même si chaque endroit a ses défauts», ajoute l'Américaine Caleb Paine (Finn). Depuis quelques mois, Rio2016 a mis le parquet pour nettoyer l'eau de la baie avec une flotte de douze bateaux nettoyeurs qui ont retiré en moyenne 45 tonnes d'ordures par mois.  AFP

Irlandais et receleur...

Un Irlandais, qui revendait à des prix exorbitants des billets olympiques, a été arrêté par la police dans un hôtel de Rio alors qu'il était en train de servir 20 clients. 781 billets, vendus à des prix «extrêmement élevés», selon les autorités, ont été saisis. Kevin James Mallon est un habitué de ce petit commerce lucratif. Directeur de la firme britannique THG, il avait été mêlé au même trafic lors du Mondial 2014 de football, toujours au Brésil. Selon l'inspecteur Ricardo Barbora, THG, agence officielle de vente de billets des Jeux de Londres, proposait des billets pour la cérémonie d'ouverture de vendredi à 8000 dollars alors que la place la plus chère était de 1300 dollars. Dix receleurs brésiliens ont aussi été pris dans les mailles de la police, la plupart devant le stade Maracana où se déroulait la cérémonie d'ouverture, vendredi soir.  AFP

Bolt adore le Village olympique

«Le seul problème que j'ai rencontré (au Village olympique) est que je dois acheter moi-même un poste de télévision. Sinon, tout est bien», a commenté le roi du sprint Usain Bolt. Le Village olympique a été l'objet de critiques sévères dès son inauguration officielle, le 24 juillet, la délégation australienne l'avait même quitté par peur d'accident (de l'eau coulait le long des murs, forte odeur de gaz, court-circuit dans certains appartements, etc.). Un incendie, sans gravité, s'est aussi déclaré dans le bâtiment australien...  AFP

Solidarité : George veut voir

Le basketteur américain Paul George veut absolument rencontrer Samir Ait Said. Comme le gymnaste français, la vedette des Pacers de l'Indiana a été victime d'une terrible fracture de la jambe, en 2014. Il veut lui raconter comment il s'en est remis. «Je ne le connais pas et il ne me connaît pas. Mais il faut que je le voie cette semaine à un moment où à un autre. J'ai vécu la même chose que lui et j'espère que quelques mots pourront lui être utiles. Après ma blessure, je suis revenu plus fort que jamais. Ce qu'il faut, c'est s'encourager, garder la tête à ça. C'est dur pour lui. Il a dû s'entraîner toute sa vie pour cette occasion. Je suis à fond avec lui», a dit l'ailier après la victoire de l'équipe américaine sur le Venezuela lundi. AFP

Un égoportrait qui unit les deux solitudes coréennes

Hong Un Jong, de la Corée du Nord... (AP) - image 8.0

Agrandir

Hong Un Jong, de la Corée du Nord et Lee Eun-ju, de la Corée du Sud, ont fraternisé en marge des entraînements et des compétitions.

AP

Rien n'est anodin entre les deux Corées rivales, même le geste généralement innocent de l'égoportrait aux Jeux olympiques.

Comme des dizaines d'athlètes aux Jeux de Rio, les gymnastes Hong Un Jong, de la Corée du Nord, et Lee Eun-ju, de la Corée du Sud, ont fraternisé en marge des entraînements et des compétitions.

Lee Eun-ju, 17 ans, qui en est à ses premiers Jeux, a posé souriante pour un égoportrait avec Hong Un Jong, athlète d'expérience âgée de 27 ans. Cette rencontre amicale et d'autres entre ces deux athlètes ont été captées par des journalistes - et ont pris aussitôt une symbolique plus large pour les deux pays encore techniquement en guerre.

Hong Un Jong est devenue la première gymnaste de la Corée du Nord à remporter une médaille d'or en 2008, et Lee Eun-ju n'avait que neuf ans et résidait dans son Japon natal à ce moment. Lee Eun-ju a déménagé en Corée du Sud en 2013, car son père coréen souhaitait qu'elle se familiarise davantage avec la culture du pays.

Quelques jours après que l'égoportrait eut été pris, les deux gymnastes ont interagi de nouveau, dimanche, durant les compétitions préliminaires. Lee Eun-ju a été éliminée, tandis que Hong Un Jong prendra part à la finale du saut de cheval.

Les photos de leurs accolades ont réjoui plusieurs Sud-Coréens et ont offert une rare note d'harmonie dans des relations autrement exécrables entre les pays rivaux. De telles rencontres ne sont pas illégales en Corée du Sud, mais elles sont compliquées par la longue histoire d'animosité et de bain de sang entre les deux pays.

La loi oblige les Sud-Coréens à obtenir l'autorisation gouvernementale pour toute rencontre ou communication planifiée avec les Nord-Coréens. L'exigence est levée pour les interactions spontanées avec les Nord-Coréens qui peuvent survenir durant les voyages à l'étranger, notamment lors des Jeux olympiques.  AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer