Le bronze pour les Canadiennes en rugby à sept

Karen Paquin de Québec se jette dans les... (AFP, Philippe Lopez)

Agrandir

Karen Paquin de Québec se jette dans les bras de Kelly Russell après la conquête de la médaille de bronze par l'équipe canadienne de rugby.

AFP, Philippe Lopez

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

Neil Davidson
La Presse Canadienne
Rio de Janeiro

Après avoir encaissé un revers décevant en demi-finale, le Canada s'est racheté en écrasant la Grande-Bretagne et en décrochant la première médaille de bronze olympique de l'histoire du rugby à 7, lundi aux Jeux de Rio.

Les Canadiennes, qui avaient subi une défaite de 22-0 face aux Britanniques lors du tour préliminaire, ont offert une performance dominante lors du match pour le bronze et elles ont gagné 33-10. L'Australie, qui avait défait le Canada 17-5 plus tôt lundi en demi-finale, a eu le meilleur 24-17 sur la Nouvelle-Zélande dans le match pour la médaille d'or.

Pour plusieurs Canadiennes, le bronze est un résultat spécial après une aventure de cinq ans.

La capitaine Jen Kish, qui a sacrifié son corps pour son pays dans les deux matchs lundi, était sur un nuage lors qu'elle a rencontré les journalistes après la victoire.

«Je me sens comme une superhéroïne, a déclaré Kish, qui avait laissé couler des larmes pendant les dernières secondes du match. Je sais que 11 autres de mes coéquipières ont la même sensation.

«C'est un moment historique pour nous. Je sais maintenant ce que l'équipe féminine de soccer avait ressenti quand elle avait gagné le bronze (en 2012 à Londres). C'est fantastique.»

Les Canadiennes espèrent avoir inspiré une nouvelle génération de jeunes filles, même si l'entraîneur John Tait voyait le bronze comme un prix de consolation.

«C'est déchirant parce que je pense que si nous avions pu offert une meilleure performance contre l'Australie, nous aurions joué pour l'or, a dit Tait. C'est une leçon à retenir. La bonne nouvelle par contre est que nous avons quand même gagné une médaille et les filles peuvent en être fières.»

Le Canada s'est compliqué la vie régulièrement pendant le tournoi, se retrouvant avec l'Australie dans son chemin en demi-finale en vertu de sa défaite contre la Grande-Bretagne lors du tour préliminaire.

Les Canadiennes devaient être à leur meilleur pour espérer vaincre les Australiennes, qui ont perdu seulement trois de leurs 30 matchs en Séries mondiales cette saison. Elles sont toutefois tombées à plat.

«Il y a plusieurs fois au cours du tournoi où nous n'avons pas joué au meilleur de nos capacités, a admis Ghislaine Landry, qui a inscrit 18 points dans le match pour le bronze. C'est décevant, mais nous pouvons être fières de notre dernier match.

«Je suis heureuse de savoir que les gens ont pu voir ce que nous accomplissons habituellement sur une base régulière. Nous n'avons toutefois pas pu le faire pendant tout le tournoi.»

Tait a répété que la médaille de bronze n'était «pas celle que nous souhaitions». Mais son équipe l'a remporté avec style, marquant 19 points d'affilée pour mener 26-5 à la mi-temps.

Landry a marqué deux essais et a ajouté quatre convertis. Le Canada a aussi profité d'essais inscrits par Karen Paquin, Bianca Farella et Kelly Russell.

«Si nous avions joué comme ça pendant tout le tournoi, nous aurions eu l'or, c'est certain», a dit Landry.

Mais pour Kish, le bronze était un signe du caractère de l'équipe après une contre-performance face à l'Australie.

«Nous étions dévastées. Le rêve de l'or était terminé, a-t-elle raconté. Mais nous n'avons pas laissé cette défaite nous définir. L'important est de savoir s'en remettre et nous avons répondu à l'appel.»

Le Canada s'était présenté au tournoi comme un prétendant au podium après avoir enlevé la médaille d'or aux Jeux panaméricains l'été dernier et s'être classé troisième au circuit mondial cette saison.

Karen Paquin en pleine action, lundi... (La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick) - image 2.0

Agrandir

Karen Paquin en pleine action, lundi

La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick

À la recherche de la nouvelle génération

Le rugby féminin faisait ses débuts olympiques à Rio.

Certaines joueuses canadiennes vont faire la transition vers de nouveaux défis après les Jeux. Tait est déjà à la recherche d'une nouvelle génération de joueuses.

«S'il y a des filles qui veulent jouer en 2020, vous pouvez m'écrire directement à jtait@rugbycanada.ca», a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer