Antoine Bouchard échappe le bronze en s'inclinant par ippon

Le judoka Antoine Bouchard (en blanc), 21 ans,... (La Presse Canadienne, Ryan Remiorz)

Agrandir

Le judoka Antoine Bouchard (en blanc), 21 ans, est venu bien près de grimper sur le podium chez les 66 kg, lui qui s'est incliné dans son duel pour la médaille de bronze après un parcours de rêve.

La Presse Canadienne, Ryan Remiorz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
Rio de Janeiro

Le Québécois Antoine Bouchard est passé bien prêt de réaliser le même genre de surprise qu'Antoine Valois-Fortier avait causée à Londres il y a quatre ans. Mais le judoka de 21 ans a dû s'avouer vaincu contre le Japonais Masashi Ebinuma dans son duel pour la médaille de bronze chez les 66 kg.

L'expérimenté Japonais - triple champion du monde qui a ajouté une deuxième médaille olympique à son palmarès - l'a emporté par ippon après 4:06.

Pourtant, après avoir éliminé les judokas classés nos 2 (le Mongol Tumurkhuleg Davaadorj) et 3 (le Russe Mikhail Puliaev) plus tôt en journée, le Jonquiérois y croyait, à cette médaille.

«Je me disais qu'après avoir battu ces gars-là, même si le Japonais est un triple champion du monde, j'abordais ce combat avec confiance.»

Bouchard a réussi à limiter les dégâts pendant près de la moitié du duel, mais quand Ebinuma a inscrit un yoku pour prendre les devants par un point, le vent a tourné.

«Ebinuma, c'est fort probablement l'un des meilleurs de sa génération, a souligné Nicolas Gill, entraîneur-chef de la délégation canadienne. C'était l'un des trois grands favoris du tournoi.

«Le combat allait relativement bien, mais il a des habiletés hors du commun. Je crois que lorsqu'il a inscrit le yuko, ça a été le coup de poignard au coeur (pour Antoine). Il savait que ce serait plus difficile de le marquer. Pour le battre, il aurait fallu compter sur une non-combativité de sa part. Une fois qu'il tirait de l'arrière, ça a été un dur coup. Le Japonais l'a sûrement senti; ça a été le début de la fin.»

«C'est un judoka d'expérience. Il en a vu passer des adversaires, a indiqué Bouchard. Je n'étais sûrement pas le premier gars qui se battait comme ça (face à lui).»

Puliaev: le combat-clé

Selon Gill, le combat-clé de cette journée de rêve, c'est celui face au Russe Puliaev.

«Le premier combat (gagné en 43 secondes par ippon contre Raymond Ovinou, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée) était pour moi un indicateur de son état d'esprit, a analysé Gill. C'était un adversaire qui normalement n'est pas de niveau pour lui, mais c'était une façon de voir s'il était nerveux. J'espérais que ce combat dure assez longtemps pour qu'il prenne le pouls et soit confortable. Il s'est bien déroulé et je me suis dit: 'C'est bon signe'.

«S'il passait le Russe, toutes les portes étaient ouvertes par la suite. C'est ce qu'il a fait.»

Le combat pour la médaille de bronze était le sixième de la journée pour Bouchard. Après sa victoire contre Puliaev, vice-champion du monde au cours des deux dernières années, il a défait le champion d'Afrique en titre, le Marocain Imad Bassou. Une défaite contre le Slovène Adrian Gamboc en quarts l'a forcé à passer par le repêchage, où il a vaincu Davaadorj.

«Il a eu une journée remarquable. Il a élevé son judo à un niveau que je ne crois pas qu'il ait atteint auparavant, a relevé Gill. Ce sont des choses qu'on voyait, qu'il avait faites ici et là, mais pas de façon régulière. De pouvoir arriver aux JO et de performer à son mieux, c'est un talent que peu ont. La fenêtre de performance, théoriquement, il n'est pas dedans encore: on parle de 23-27 ans. Il lui reste encore de très bonnes années.»

«En ce moment, c'est vraiment difficile de penser que je sois passé si près d'une médaille, a admis Bouchard. J'imagine qu'avec le recul, je réaliserai ce que j'ai accompli. Mais je pense que c'est la meilleure journée de ma vie.»

Guica éliminée d'entrée

La Montréalaise d'origine roumaine Ecatarina Guica a a connu une journée moins faste, devant s'avouer vaincue devant la Russe Natalia Kuziutina à son premier combat chez les moins de 52 kg.

La 24e judoka au monde a livré un combat inspiré, mais son adversaire, classée septième et médaillée de bronze des Mondiaux 2010 et 2014, a su contrer toutes ses attaques pour l'emporter 2-0, grâce à deux yukos. La Canadienne a de plus été sanctionnée en une occasion pour non-combativité.

Pourtant, l'athlète de 22 ans y croyait.

«Le combat d'Antoine m'a inspirée, je me disais que tout était possible. J'étais bien préparée, mais je devrai revoir le combat pour comprendre comment il se fait que je n'aie pas pu me créer des ouvertures. Je n'ai pas réussi beaucoup d'attaques, ni à placer ma main gauche.

«À mes deux autres combats contre elle, elle m'avait battue, mais je n'avais pas trouvé que j'avais fait de mauvais combats. Je ne pensais pas ça inatteignable.»

Cette défaite d'entrée de jeu ne lui a pas permis d'accéder aux matchs de repêchage. Malgré tout, elle repartira de Rio comblée par son expérience.

«C'est vraiment incroyable quand même! Présentement, c'est certain que je suis déçue, mais d'être ici, c'est toute une expérience. On ne réalise pas qu'en fait, en ce moment, on est en train de vivre un rêve. C'est ce qui me motive pour les prochains quatre ans. En allant courir dans le Village, j'ai réalisé que pendant toutes mes années de judo, c'est à ce moment-là que je pensais.»

Le Québécois Antoine Bouchard est passé bien prêt de réaliser... (AFP, Jack Guez) - image 2.0

Agrandir

AFP, Jack Guez

En 16es de finale, Bouchard l'avait emporté 1-0 en prolongation contre Puliaev. Il avait réussi à faire passer le médaillé d'argent des deux derniers Mondiaux par-dessus ses épaules pour le clouer au sol après seulement 15 secondes d'action.

Le premier judoka à inscrire un point en prolongation - ou à voir son adversaire pénalisé - l'emporte.

À son premier combat de la journée, Bouchard avait facilement pris la mesure de Raymond Ovinou, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, par ippon après 43 secondes.

Guica éliminée d'entrée

La Montréalaise d'origine roumaine Ecatarina Guica a eu moins de veine, devant s'avouer vaincue devant la Russe Natalia Kuziutina à son premier combat chez les moins de 52 kg.

La septième tête de série a livré un combat inspiré, mais son adversaire a su contrer toutes ses attaques pour l'emporter 2-0.

Guica a été sanctionnée en une occasion pour non-combativité.

Cette défaite d'entrée de jeu ne lui permettra pas d'être repêchée plus tard dans le tournoi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer