La dernière quête de Michael Phelps

À Rio, Michael Phelps pourrait franchir la barre des... (AP, Matt Slocum)

Agrandir

À Rio, Michael Phelps pourrait franchir la barre des 20 médailles d'or en carrière.

AP, Matt Slocum

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

Agence France-Presse
Los Angeles

Le meilleur nageur de l'histoire Michael Phelps retrouve à Rio la scène olympique où il a écrit les plus belles pages de sa carrière et bientôt de sa légende, car il l'a promis et répété : les JO de 2016 sont bien son dernier défi.

L'Américain de 31 ans devrait entreprendre sa dernière quête olympique dès dimanche avec le relais 4 X 100 m libre, dont la composition est tenue secrète jusqu'au jour de la compétition. Il est déjà assuré de participer aux 100 m et 200 m papillon et au 200 m 4 nages.Si l'on ajoute les relais, il pourrait passer la barre des 20 médailles d'or en carrière.

Phelps visera aussi un quatrième titre olympique consécutif sur ses deux distances de prédilection (100 m papillon et 200 m quatre nages), un exploit réalisé dans le sport américain seulement au lancer du disque par Al Oerter (1956, 1960, 1964 et 1968) et au saut en longueur par Carl Lewis (1984, 1988, 1992 et 1996).

Phelps avait pourtant fait ses adieux à la compétition, il y a tout juste quatre ans. Le 4 août 2012, après la victoire des États-Unis dans le relais 4 X 100 m quatre nages des Jeux de Londres, la star de la natation a tiré sa révérence, une 18e médaille d'or autour du cou. «Je me suis dit que je ne voulais pas nager à 30 ans, sans vouloir manquer de respect aux nageurs trentenaires. J'ai réussi tout ce que je voulais accomplir dans ma carrière», avait-il alors assuré.

Pendant 18 mois, il a oublié sans mal la natation, les heures d'entraînement dans les bassins au petit matin et les sacrifices consentis depuis son adolescence pour devenir le plus grand nageur de tous les temps avec ses 22 médailles olympiques, ses 26 sacres planétaires ou encore ses 39 records du monde.

Comme d'autres légendes du sport avant lui, il a tenté de rattraper le temps perdu : il est sorti, beaucoup, tard et souvent, a bu plus que de raison et s'est perdu dans les jeux d'argent notamment, puis, il s'est ennuyé et a réalisé que la natation lui manquait, bien plus qu'il ne s'y attendait.

Et en janvier 2014, il a replongé, toujours sous la direction de son entraîneur de toujours Bob Bowman, officiellement pour perdre ses kilos en trop, mais rapidement avec Rio en point de mire. «Je ne voulais pas avoir à me poser la question : "Et si j'avais continué?"» a-t-il expliqué à l'issue des sélections américaines, où il a décroché fin juin son billet pour ses cinquièmes JO.

«Ce périple vers Rio a été incroyable : je suis retombé amoureux de mon sport», a insisté Phelps. Car même s'il avait ramené de Londres six médailles, dont quatre d'or, la préparation des Jeux de 2012 reste sans conteste le pire souvenir de sa carrière. Depuis, il a raconté qu'en panne de motivation, il disparaissait pendant des jours, voire des semaines, et séchaient l'entraînement à la grande colère de Bowman, avec qui il ne s'entendait plus du tout.

Un homme nouveau

Mais ce qu'il met alors sur le compte de son écoeurement de la natation est bien plus profond et plus grave, comme il s'en est rendu compte à l'automne 2014. Alors que ses chronos dans les bassins sont prometteurs, son incroyable retour vire au cauchemar : arrêté pour conduite en état d'ivresse et excès de vitesse, il est suspendu six mois par la Fédération américaine, qui le prive ainsi des Mondiaux 2015.

Phelps sombre alors au plus bas : dépressif, il songe même au suicide, avant d'entrer dans une clinique spécialisée pour traiter ses problèmes avec l'alcool. Désormais installé en Arizona, Phelps est devenu un nouvel homme. Réconcilié avec lui-même, il est devenu père d'un petit Boomer en mai et bientôt marié à Nicole, une ancienne Miss Californie.

«On est à un moment de nos vies, Nicole et moi, où on est bien», a-t-il reconnu, tout simplement.

Épanoui, plus abordable, l'ogre Phelps, qui s'était offert huit médailles d'or durant les JO de 2008 à Pékin pour effacer le mythique record de sept breloques dorées son compatriote Mark Spitz aux Jeux de Munich (1972), veut aider ses jeunes coéquipiers à Rio et rêve de faire encore plus pour promouvoir ce sport qu'il aime à nouveau. Il ne sait pas encore comment, mais il y une certitude : on ne le verra plus nager en compétition après Rio.

«C'est fini, mon corps ne peut pas aller plus loin, c'est le dernier rendez-vous», a-t-il promis, tout sourire.

Bébé porte-bonheur

Athlète le plus médaillé de l'histoire olympique avec 22 médailles, dont 18 titres, le jeune papa Michael Phelps pourra compter sur un coup de pouce de son tout jeune fils avant de plonger dans le bassin carioca, où il cherchera à agrandir encore sa collection. Une empreinte de pied de Boomer, qui a fêté ses trois mois le jour même de la cérémonie d'ouverture vendredi, est en effet imprimée sur la semelle intérieure d'une de ses espadrilles, a rapporté NBC. Dans l'autre, les initiales «MP» du nageur américain.  AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer