Le joueur de ping-pong qui carbure à... l'alcool

Considéré comme le meilleur joueur de ping-pong de... (AP, Joshua Paul)

Agrandir

Considéré comme le meilleur joueur de ping-pong de l'histoire, Ma Long a de la difficulté à contrôler son stress.

AP, Joshua Paul

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

Benjamin Carlson
Agence France-Presse
Pékin

Pendant toute la durée des Jeux, nous vous présentons des portraits d'athlètes qui, par leur histoire ou par leurs performances, connaissent un parcours hors du commun. Aujourd'hui: le pongiste chinois Ma Long.

Le meilleur pongiste mondial, le Chinois Ma Long, a ajouté un insolite «produit dopant» à son régime alimentaire spécial JO 2016: l'alcool, une substance qui l'aide à surmonter le stress récurrent dont il est victime.

Le numéro un chinois domine depuis longtemps la hiérarchie internationale, mais il n'avait pu se qualifier pour les Jeux olympiques de Londres en 2012. L'an passé, il a remporté les Championnats du monde en individuel au bout de sa cinquième tentative, une victoire tardive qui a soulevé des interrogations sur sa force mentale.

Le musculeux jeune homme de 27 ans originaire de la province du Liaoning, dans le nord-est du pays, doté d'un bagage technique impressionnant, est réputé pour son service fulgurant et ses déroutants effets de balle. Mais ses difficultés à gérer la pression ont contraint le capitaine de l'équipe de Chine de tennis de table Liu Guoliang à lui trouver des méthodes de relaxation.

«Pour Ma Long, deux choses sont importantes. La première, c'est d'aller dans un bar pour boire de l'alcool lorsque la pression est trop forte.» La deuxième est de bavarder avec lui pour le divertir, ajoute-t-il.

Ma Long consomme avec modération, précise son entraîneur, l'objectif étant uniquement que le joueur, obnubilé par ses performances, «se détende un peu». Car «les contraintes qu'il s'impose d'ordinaire sont très strictes».

À Rio, Ma Long disputera les tournois individuel (à compter de samedi) et par équipes, aux côtés de son compatriote Zhang Jike, médaillé d'or aux JO de Londres en 2012, qu'il compte bien empêcher de devenir le premier pongiste à conserver son titre olympique. «Je pense que Ma Long est le favori pour la médaille d'or», déclare son coach Liu Guoliang. «Maintenant, on doit juste faire attention à son mental et évacuer son stress.»

Pour certains observateurs, Ma Long est le meilleur pongiste de l'histoire, plus puissant et rapide encore que le légendaire Suédois Jan-Ove Waldner, le dernier Européen à s'être imposé en tennis de table. C'était en 1992, à Barcelone.

Un statut qui rajoute de la pression sur les épaules du jeune Chinois, l'or olympique étant maintenant le seul titre majeur manquant à son palmarès. «Je dois m'affranchir de ce fardeau», explique Ma Long. «C'est le seul moyen de décrocher l'or.»

Fierté nationale

Plus d'un milliard de Chinois auront les yeux rivés sur Rio et le joueur, une célébrité dans un pays où le «ping-pong» est source de fierté nationale. Dans le passé, les jeunes sportifs chinois avaient peu d'alternatives au tennis de table, dans un pays pauvre dépourvu d'installations de niveau international.

Depuis plusieurs décennies, la Chine est une pépinière de talentueux pongistes. Ils ont d'ailleurs remporté 24 médailles d'or en sept Jeux depuis l'arrivée du sport aux JO, à Séoul en 1988. «Le tennis de table est vraiment considéré en Chine comme le sport national», souligne Liu Guoliang : «La clé, c'est la passion et la popularité du ping-pong. C'est cet aspect que les autres pays n'arrivent pas à égaler.»

À Londres en 2012, la Chine a remporté pour la deuxième fois consécutive l'ensemble des quatre titres en tennis de table. Les quatre meilleurs pongistes mondiaux actuels sont tous chinois, et à Rio, le principal concurrent de Ma Long sera probablement... son compatriote Zhang Jike, le tenant du titre.

La domination de la Chine est si outrancière qu'elle pourrait décourager les autres pays de participer, s'alarment les autorités, un officiel de la Fédération internationale de tennis de table décrivant l'hégémonie chinoise comme «dévastatrice».

Mais à en croire Ma Long, ni lui ni Zhang Jike ne sont favoris pour l'or olympique, le joueur insistant sur les chances de ses rivaux allemands et japonais. Les coups de théâtre sont fréquents aux Jeux olympiques, souligne-t-il. «Mais j'espère bien remporter la bataille.»

Un sport inventé par un coureur

Inventé par un coureur anglais de cross-country, James Gibb, à la fin du XIXe siècle, le ping pong - nom provenant du bruit que faisait la balle sur les raquettes de l'époque -  a d'abord pris son essor en Europe centrale au début du XXe siècle. Adopté dans les pays asiatiques dans le sillage de la colonisation anglaise à partir des années 50, le tennis de table est depuis largement dominé par ce continent, où les joueurs vont adopter et populariser la prise porte-plume d'abord inventée par les Yougoslaves. Côté matériel, ce sont les Japonais qui ont inventé les raquettes recouvertes de caoutchouc. Le tennis de table est sport olympique depuis 1988 et les Jeux de Séoul.  AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer