Cinq équipes canadiennes à Rio

L'équipe canadienne de rugby à sept, dont fait... (La Presse Canadienne, Chris Young)

Agrandir

L'équipe canadienne de rugby à sept, dont fait partie Karen Paquin (troisième à partir de la droite), de Québec, compétitionnera à Rio.

La Presse Canadienne, Chris Young

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

Donna Spencer
La Presse Canadienne

Le Canada envoie cinq équipes aux Jeux de Rio, trois de plus qu'à ceux de Londres, en 2012.

Chez les dames, l'unifolié y sera au soccer, au basket-ball et au rugby, en plus des joueurs de volleyball et de hockey sur gazon.

À Londres, il n'y avait que les équipes féminines de soccer et de basket-ball.

Le record de brigades est de neuf en 1976, à Montréal; comme pays hôte, le Canada a pu être représenté dans tous les sports d'équipes.

Les sports d'équipe ont peu souvent été sources de médailles canadiennes l'été, mais en 2010, Ottawa a décidé que 6 millions $ des contribuables devaient être consacrés à cet aspect. À nous le podium (ANP) en gère la distribution.

Anne Merklinger, qui dirige ANP, croit que la décision fédérale a mené à une telle présence cette année, mais elle précise que le financement n'a pas été réparti juste en fonction de Rio.

«Notre approche était davantage à long terme, dit-elle. Nous n'avions pas la base pour une plus brève échéance. Nous savions que c'était un travail de longue haleine que de créer un potentiel de médailles dans les sports d'équipe des Jeux d'été.»

Podiums pour 2020 et 2024

Depuis 2012, l'attribution des fonds s'est donc faite en fonction de projections de podiums pour 2020 et 2024, ce qui a mené à un cas étrange pour une équipe.

Les hockeyeurs sur gazon ont reçu 900 000 $ en 2012-2013, mais rien lors des trois années suivantes.

Ils se sont qualifiés pour Rio, tandis que leurs consoeurs, qui ont reçu 2,5 millions $, n'ont pas réussi à le faire.

Ces dernières années, les hommes ont payé eux-mêmes pour aller jouer en Malaisie, en Inde et en Afrique du Sud.

«Quand la source s'est tarie, il y avait deux façons de voir ça, a dit Scott Tupper, un défenseur de Vancouver. Nous pouvions nous retrousser les manches et d'une certaine façon montrer aux gens qu'ils étaient dans l'erreur, ou bien s'apitoyer sur notre sort en disant "voyez ce que vous avez fait". Nous avons choisi la première option.»

L'équipe masculine de volleyball a reçu environ un million de dollars annuellement depuis cinq ans, ce qui a donné un coup de pouce gigantesque en vue de Rio, a dit l'entraîneur Glenn Hoag,

L'équipe a eu les moyens de jouer en Ligue mondiale, un tournoi annuel d'élite, disputé sur plusieurs semaines et impliquant beaucoup de voyages coûteux.

«La seule façon de mesurer les progrès de vos athlètes, c'est de les voir sous pression dans des grosses compétitions, a dit Hoag. Jouer en Ligue mondiale est une grande étape, et une partie de l'argent a servi à ça. Quand vous affrontez la crème de la crème, vous découvrez ce qu'il faut faire pour s'en approcher.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer