Le CIO considère l'exclusion de la Russie

Le président du Comité international olympique, Thomas Bach,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le président du Comité international olympique, Thomas Bach, en compagnie du président russe, Vladimir Poutine, lors des cérémonies de clôture des Jeux olympiques de Sotchi, en 2014.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les Jeux de Rio

Sports

Les Jeux de Rio

Tous nos textes sur les Jeux de Rio 2016 »

La Presse Canadienne
Londres

Les responsables de l'olympisme international «exploreront les options juridiques» en vue d'une éventuelle exclusion de la Russie des Jeux de Rio. Et ils envisagent de prendre des mesures pour sanctionner les athlètes et les officiels impliqués dans le vaste complot de dopage d'État.

La commission exécutive du Comité international olympique (CIO) a annoncé les mesures, mardi, dans la foulée du rapport accablant de l'enquêteur de l'Agence mondiale antidopage (AMA), qui a accusé le ministère des Sports de la Russie de superviser le dopage des athlètes du pays dans 28 sports olympiques.

L'AMA et d'autres responsables de l'antidopage ont exhorté le CIO à envisager la décision sans précédent d'exclure toute l'équipe russe des Jeux de Rio. Le CIO a coupé court à une telle demande, mais ne l'a pas exclue non plus.

Tout d'abord, le CIO a dit qu'il «évaluera soigneusement» le rapport dévoilé lundi par l'avocat canadien Richard McLaren, qui répertorie 20 sports d'été concernés par cette tricherie systématique en Russie et qui a confirmé la manipulation des échantillons russes aux Jeux de Sotchi en 2014.

Le CIO «explorera les options juridiques en vue d'une exclusion de tous les athlètes russes des Jeux olympiques de 2016 à la lumière des droits individuels à la justice», ont révélé les 15 membres de la commission exécutive dans un communiqué à la suite d'une réunion tenue par téléconférence.

Tribunal arbitral du sport

Le CIO a aussi noté qu'il devra prendre en compte une décision à venir du Tribunal arbitral du sport (TAS), qui statuera jeudi sur l'appel de la Russie contre l'exclusion des membres de l'équipe russe d'athlétisme pour les Jeux de Rio. L'IAAF a imposé cette suspension en novembre et elle a été maintenue le mois dernier.

Pendant ce temps, le CIO a précisé qu'il avait entrepris des mesures disciplinaires contre les fonctionnaires russes du ministère des Sports et d'autres personnes visées dans le rapport de McLaren, y compris un refus d'accréditation pour les Jeux de Rio.

Parmi les autres mesures annoncées par le CIO :

  • il n'organisera pas ou ne «donnera pas sa sanction» à tout événement ou réunion sportive en Russie, y compris le projet de tenir les Jeux européens dans le pays en 2019;
  • il lancera de nouveaux tests, y compris l'analyse médico-légale, des échantillons de dopage des Jeux de Sotchi. L'ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou, Grigory Rodchenkov, a révélé que les échantillons souillés des athlètes russes - y compris des médaillés d'or - ont été échangés en pleine nuit et remplacés par des échantillons propres, avec l'aide des responsables des services secrets russes;
  • il mettra en place une commission pour mener une «enquête complète» sur tous les athlètes russes qui ont participé aux Jeux de Sotchi, ainsi que leurs entraîneurs, les officiels et le personnel de soutien;
  • il demandera à l'AMA de prolonger le mandat de McLaren afin de dévoiler les noms des athlètes russes dont les échantillons positifs ont fait l'objet de manipulation à Sotchi;
  • il invitera toutes les fédérations internationales de sports d'hiver à «mettre sur la glace» leurs projets de tenir des événements majeurs en Russie, y compris les championnats du monde et des Coupes du monde, et à chercher d'autres lieux dans d'autres pays.

Plus tôt dans la journée, les fédérations des sports olympiques d'été ont fait savoir qu'elles n'étaient pas en faveur de l'exclusion pure et simple de toute l'équipe russe, préférant composer avec chaque cas sur une base individuelle.

L'Association des fédérations internationales des sports olympiques d'été, qui représente les 28 sports aux Jeux, a déclaré qu'elle reconnaissait la «gravité et l'étendue des activités de dopage en Russie» comme cela a été détaillé dans le rapport McLaren.

Elle a demandé à l'AMA «de fournir immédiatement toutes les informations détaillées sur les 20 fédérations internationales concernées afin qu'elles puissent commencer à traiter les cas individuels dans le cadre de leurs propres règles et règlements distincts le plus tôt possible, conformément au code de l'AMA et la charte olympique.

La moitié des Brésiliens désapprouvent les JO

À l'heure actuelle, 50 % des Brésiliens désapprouvent la tenue des Jeux olympiques à Rio, qui commencent le 5 août dans un pays secoué par une crise économique et politique sévère, selon un sondage Datafolha diffusé mardi.

Ce sondage, publié dans le journal Folha de São Paulo, montre également que le nombre de Brésiliens opposés à la tenue de ces Jeux a doublé depuis une enquête similaire menée en 2013.

Les JO de Rio (5 au 21 août) sont les premiers organisés en Amérique du Sud. La «ville merveilleuse» avait été choisie en tant que ville hôte des JO de 2016 en 2009, quand le Brésil était en plein boom économique sous la présidence de Luiz Inácio Lula da Silva (2003-2010, photo). Mais le plus grand pays d'Amérique latine est entré en pleine récession au deuxième trimestre de 2015, aggravée par la crise politique et un chômage record (11,2 %).

La présidente Dilma Rousseff, qui a succédé à Lula, a été suspendue de ses fonctions le 12 mai par le Sénat dans l'attente de son jugement définitif, fin août, pour maquillage présumé des comptes publics, l'année de sa réélection, en 2014.

Par ailleurs, pour 63 % des personnes interrogées, les Jeux feront plus de mal que de bien au Brésil, pays de 204 millions d'habitants.

Selon un autre sondage réalisé à la mi-mai et diffusé le 9 juin par le ministère brésilien des Sports, près de deux tiers des Brésiliens (65,9 %) disaient approuver la tenue des JO.

Le sondage a été réalisé les 14 et 15 juillet auprès de 2792 personnes du pays avec une marge d'erreur de 2 %. Agence France-Presse

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer