Motivation facile à trouver pour les Remparts

Les joueurs des Remparts étaient attentifs, mardi, aux... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Les joueurs des Remparts étaient attentifs, mardi, aux directives de Philippe Boucher, même s'ils connaissent bien l'adversaire de mercredi soir, l'Océanic de Rimouski, qu'ils affronteront pour une 18e fois cette saison.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Coupe Memorial

Sports

Coupe Memorial

Les jeux sont faits! À partir du 22 mai, les Rockets de Kelowna, les Generals d'Oshawa, l'Océanic de Rimouski et les Remparts de Québec s'affronteront au Colisée Pepsi, dans le but de décrocher le symbole de la suprématie au hockey junior canadien, la Coupe Memorial. »

(Québec) Avant de crier vengeance, les Remparts chercheront d'abord à améliorer leur sort mercredi soir. En l'emportant face à l'Océanic, mercredi, les protégés de Philippe Boucher accéderaient directement à la phase éliminatoire du tournoi de la Coupe Memorial. Du même coup, ils retourneraient leurs grands rivaux à la maison.

À quelques heures d'un 18e match entre les deux équipes, ces dernières n'avaient pas besoin qu'on leur fasse un dessin sur l'importance de cette rencontre. Dans chaque clan, la victoire est importante : Québec éviterait de disputer le bris d'égalité, tandis que Rimouski survivrait un jour de plus. «On sait ce qui arrive si on gagne ce match», a affirmé Boucher.

Le Diable rouge en chef a déjà vu neiger. Il voyait bien que les questions des journalistes pointaient en direction du thème de la revanche. Après tout, les Remparts ont perdu la Coupe du Président en deuxième prolongation du septième match de la finale de la LHJMQ, en début de semaine dernière.

«Est-ce qu'on aimerait gagner? Oui, mais notre cheminement dans le tournoi est plus important. On n'aime pas perdre contre l'Océanic et on va tout faire pour gagner. Rimouski est un club fier, c'est toute une machine de hockey, Serge [Beausoleil] va tout faire pour que son club soit prêt afin de ne pas retourner chez eux après trois matchs. Vous l'avez vu en finale, ils n'abandonnent jamais, et je suis certain qu'on verra le meilleur de l'Océanic», a-t-il prédit.

Boucher n'empêchera cependant pas ses joueurs de se motiver pour leur troisième match du tournoi. Et cela, même s'il y en a qui souhaitent prendre leur revanche.

«Il n'existe pas une seule source de motivation. Pour certains, c'est de prendre sa revanche; pour d'autres, c'est d'avancer dans le tournoi ou de laisser un bon souvenir aux gens de Québec avant de partir pour leur carrière professionnelle. Peu importe, les gars savent quel est l'enjeu, ils n'ont pas besoin qu'on leur dise», a ajouté l'homme de hockey.

Pas de secret

Chose certaine, les deux équipes n'ont aucun secret l'une pour l'autre. La séance vidéo, mercredi matin, ne sera pas aussi longue que celles avant les matchs contre Kelowna et Oshawa.

«Notre objectif est d'aller directement en demi-finale, et pour cela, il faut passer par-dessus l'Océanic, qui ne se laissera pas faire. On sait qu'il y a une grosse rivalité cette saison et depuis plusieurs années, le fait de se connaître beaucoup n'avantage personne. Les deux équipes commencent à s'haïr. Ils nous ont vaincus en finale et se battent pour leur vie, ça nous ferait du bien de les éliminer. Ça va être un bon match», a déclaré l'attaquant des Remparts, Guillaume Gauthier, le seul joueur actif à avoir enfilé les deux uniformes au cours de sa carrière.

Selon Matt Murphy, il est normal d'avoir en mémoire le résultat de la série finale. Une belle occasion pour se reprendre?

«Nous avons encore cela à l'esprit, mais on veut seulement s'en servir à notre profit et non pas pour leur mettre dans la face. On les connaît tellement, on dirait que ça fait seulement deux jours qu'on disputait le septième match contre eux... Ils ont besoin d'une victoire et d'aborder le match en sachant que leur saison est sur la ligne. On doit faire la même chose, car on veut éviter le bris d'égalité.»

Le sourire de Fucale

Bombardé de 50 lancers, dimanche, par les Generals d'Oshawa, le gardien Zachary Fucale a été aperçu pendant les arrêts de jeu, sourire aux lèvres. «Je ne sais pas si j'étais en train de sourire ou si j'essayais seulement de respirer... Peu importe la situation, je tente d'être calme et de faire un sourire aux gars, ça peut-être le fun. Dans des matchs serrés et un tournoi comme celui-ci, il faut apprécier la chance d'être là», a souligné l'homme masqué des Remparts. Fucale a l'habitude de ces grands rendez-vous. Il a gagné la Coupe du Président et la Coupe Memorial à Halifax, a remporté la médaille d'or avec l'équipe canadienne junior. Mais 50 lancers, c'est un peu trop même si ça aide un gardien à conserver un certain rythme. «Ça te permet de bouger, mais en même temps, on veut limiter les chances et en avoir plutôt 50 pour nous», a précisé celui qui admet que la défaite dans le septième match à Rimouski a été difficile à avaler pour les siens. 

À 5 pieds 11 pouces et 168 livres,... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 3.0

Agrandir

À 5 pieds 11 pouces et 168 livres, le défenseur des Remparts Nikolas Brouillard n'est pas le genre à reculer malgré sa taille.

Le Soleil, Patrice Laroche

Nikolas Brouillard pas impressionné par les «gros gars»

Nikolas Brouillard n'a pas été ébranlé par les commentaires de l'entraîneur-chef des Generals d'Oshawa, DJ Smith, à l'effet que les petits défenseurs des Remparts devraient prendre un peu de muscles. À 5 pieds 11 pouces et 168 livres, le numéro 15 n'est pas le genre à reculer malgré sa taille. «S'il veut nous attaquer comme ça, tant mieux pour lui, mais ça ne vient pas me chercher pantoute... J'ai toujours joué contre des gars plus gros que moi, ça ne m'impressionne pas. J'ai toujours été intelligent avec la rondelle, je me sers bien de mon bâton. Il reste que c'était la première fois qu'on jouait contre une grosse équipe comme Oshawa, mais ça avait bien été», a avoué le général à la ligne bleue des Remparts à propos des Generals.  

Guillaume Gauthier s'en voulait

Guillaume Gauthier a admis avoir passé une nuit blanche, dimanche, après avoir écopé d'une punition coûteuse en fin de match dans la défaite des Remparts en prolongation. «Je ne suis pas un joueur physique, je pense que c'était ma deuxième mise en échec de l'année. Au début, j'ai eu peur qu'il y ait une suspension, mais on m'a assuré du contraire. Ce n'était pas prévu que je fasse cela, c'est arrivé sur le coup. Ç'a coûté un gros but, mais on aurait quand même pu gagner», a indiqué l'ailier, qui était appuyé moralement par Matt Murphy, pris lui aussi en défaut à un moment important dans le septième match de la finale contre Rimouski. «Ce n'est pas facile d'être au banc des punitions. Tu t'y sens seul, et à part de prier, il n'y a rien à faire», a précisé le numéro 55 avec compassion.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer