Coupe Memorial: une autre chance pour McCarron

À 6'6'' et 225 livres, Michael McCarron des... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

À 6'6'' et 225 livres, Michael McCarron des Generals d'Oshawa a le gabarit tout désigné pour camper devant le filet adverse, surtout sur le jeu de puissance.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Coupe Memorial

Sports

Coupe Memorial

Les jeux sont faits! À partir du 22 mai, les Rockets de Kelowna, les Generals d'Oshawa, l'Océanic de Rimouski et les Remparts de Québec s'affronteront au Colisée Pepsi, dans le but de décrocher le symbole de la suprématie au hockey junior canadien, la Coupe Memorial. »

(Québec) Rares sont les joueurs qui disputeront deux tournois de la Coupe Memorial. Michael McCarron en est. Premier choix du Canadien de Montréal en 2013 (25e rang), le centre de 6'6'' et de 225 livres a vécu l'expérience l'an dernier, avec London. Le voilà de retour avec Oshawa.

«J'ai été privilégié d'y jouer l'an passé et cette année, je veux gagner. Je veux être étiqueté comme un gagnant», a affirmé le grand 55, jeudi, après le premier entraînement des Generals à Québec.

Puni pour 120 minutes ou plus à ses deux saisons régulières dans le junior, McCarron a évité le cachot durant toute la série finale de l'Ontario contre Erie. La dernière fois qu'il ne s'était pas assis au banc des pénalités durant cinq matchs consécutifs remontait à novembre... 2013.

«On lui a parlé», reconnaît le pilote DJ Smith. «On ne pouvait pas se le permettre. Connor McDavid et leur attaque massive étaient juste trop forts. Dans des gros matchs comme ça, les joueurs d'élite connaissent l'enjeu. Et Michael fait partie de l'élite, il sait quand se modérer.»

Le principal intéressé acquiesce. «Pour gagner, il fallait être plus intelligent. Durant la saison, je dois être cette imposante présence physique. Sans faire peur aux gars, je dois m'assurer que mes adversaires ne font rien de stupide. En séries, c'est autre chose. La victoire fait foi de tout.»

McCarron assure du coup qu'il ne se sentira en rien obligé d'user de gros bras pour éteindre les nombreuses étoiles offensives dans ce tournoi. «Peu importe contre qui on joue, on vient d'affronter le meilleur joueur junior des 10 dernières années et on l'a contrôlé. Alors mon attention n'est sur personne en particulier, sauf sur les Generals.»

Celui que le directeur général du Canadien Marc Bergevin qualifiait encore tout récemment de «projet» devrait évoluer dans la Ligue américaine, l'an prochain. Même s'il lui reste une année d'admissibilité chez les juniors.

Nette amélioration

Coach Smith estime par ailleurs que McCarron a connu une nette amélioration depuis son arrivée à Oshawa, par transaction, juste après les Fêtes. «Il a commencé lentement, ça lui a pris un peu de temps à savoir ce qu'on attendait de sa part. Mais il l'a enfin trouvé. On s'est aussi aperçu qu'il est meilleur lors des gros matchs et que plus l'importance de l'affrontement augmente, meilleur il devient.»

Auteur de 68 points en 56 matchs réguliers, son jeu défensif a atteint son apogée durant la finale de ligue contre McDavid et les Otters. Il excelle aux mises en jeu grâce à son énorme gabarit, qui en fait également l'homme tout désigné pour camper devant le filet adverse, surtout sur le jeu de puissance.

«J'ai axé mon entraînement en salle là-dessus l'été dernier et mes jambes sont plus fortes. Je peux dorénavant me tenir devant l'autre but durant trois périodes. Et je suis à temps pour le contact, je n'ai plus la seconde de retard.»

Smith l'utilise de temps en temps à l'aile, sa position naturelle. «Mais je l'aime mieux au centre. Il prend tellement de place», constate son patron.

Le CH avait choisi le natif du Michigan juste avant Jacob De La Rose (34e) et Zachary Fucale (36e). Adam Erne (33e, Lightning) et Anthony Duclair (80e, Rangers) avaient aussi été repêchés cette année-là. Fucale, Erne et Duclair font équipe chez les Remparts. Oshawa aligne huit joueurs repêchés dans la LNH, plus fort contingent à ce chapitre parmi les quatre équipes.

Jeremy Brodeur, quatrième de la lignée

Gardien auxiliaire des Generals d'Oshawa, Jeremy Brodeur est voué aux comparaisons avec un autre Brodeur, Martin, son père. Et il s'en accommode. «Je ne jouerai jamais comme lui, c'était quelque chose de spécial. Le nom est toujours dans mon dos et tout le monde y pense. Mais je veux juste être moi, jouer à ma façon», explique dans un bon français le quatrième de la lignée, après grand-père Denis, papa Martin et frérot Anthony, des Voltigeurs de Drummondville.

Il a tenté de faire autrement. «J'ai commencé ma carrière à l'avant. Mais j'ai marqué un seul but à ma première année et je me suis dit : "Non!"» lance en riant le fils de l'un des meilleurs portiers de l'histoire. À 18 ans, Brodeur chérit sa présence comme spectateur à deux Jeux olympiques, 2006 et 2010, ainsi qu'en finale de la Coupe Stanley de 2003, à Anaheim, troisième triomphe des Devils du New Jersey avec Brodeur. En 19 matchs cette saison, le numéro 56 montre 13 victoires et trois jeux blancs. Son frère jumeau, William, est attaquant à Shattuck-St. Mary's, école privée du Minnesota où il est passé. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer