Diego Ulissi remporte le GP cycliste de Montréal

L'Italien Diego Ulissi, 28 ans, a signé l'un de ses... (La Presse canadienne, Peter McCabe)

Agrandir

L'Italien Diego Ulissi, 28 ans, a signé l'un de ses plus beaux succès en carrière, marquée jusqu'ici par six victoires d'étape au Tour d'Italie.

La Presse canadienne, Peter McCabe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne
Montréal

Ce n'est pas cette année que Peter Sagan rejoindra Simon Gerrans dans le livre des records des Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal.

L'Italien Diego Ulissi a remporté le volet montréalais dimanche après-midi, après avoir terminé troisième derrière Sagan et Greg van Avermaet l'an dernier dans les rues de la métropole.

Ulissi (UAE) a complété l'épreuve montréalaise de 205,7 km en 5h22:29. Le cycliste de 28 ans a ainsi signé l'un de ses plus beaux succès en carrière, marquée jusqu'ici par six victoires d'étape au Tour d'Italie. Interrogé à savoir où se situait cette victoire dans son palmarès en carrière, Ulissi n'a pas caché qu'elle se trouvait près du sommet.

«Évidemment, en tant que cycliste italien, mes victoires d'étape au ''Giro'' sont très importantes, a d'abord dit Ulissi. Mais je voulais aussi gagner une course classique comme celle-ci, donc c'est bien de pouvoir l'emporter ici, surtout après avoir fini troisième l'an dernier.

«Je voulais être plus brave cette année en lançant l'attaque plus tôt, et ç'a marché. Donc je suis très heureux», a-t-il résumé.

Ulissi a devancé dans l'ordre au fil d'arrivée Jesus Herrada (Movistar) et Tom-Jelte Slagter (Cannondale). Les favoris, dont Sagan (Boh Bora) et van Avermaet (BMC), ont été piégés derrière et ont abouti septième et neuvième, respectivement.

«Nous savions que Sagan et van Avermaet étaient dans le groupe de poursuite derrière, mais qu'ils ne pouvaient compter sur l'aide de leurs coéquipiers, a expliqué Herrada. Notre groupe était constitué de coureurs aguerris, et nous nous sommes bien entendus dans le dernier tour, donc c'est une grande satisfaction de pouvoir monter sur le podium.»

Sagan espérait compléter le balayage après avoir triomphé vendredi au Grand Prix cycliste de Québec, défendant ainsi son titre acquis l'an dernier dans la Vieille Capitale. Le Slovaque tentait de reproduire l'exploit de Gerrans en 2014, alors qu'il était devenu le premier cycliste à remporter les deux seules épreuves nord-américaines du circuit UCI World Tour au cours de la même année.

Le Grand Prix cycliste de Montréal s'est déroulé de la même manière que lors des éditions précédentes, c'est-à-dire qu'un groupe de fugueurs - d'abord les Canadiens Matteo Dal-Cin (Équipe Canada) et Benjamin Perry (Israel Cycling Academy) lors des 120 premiers kilomètres, puis Ian Boswell (Sky) et Natnael Berhane (Dimension Data) pendant les 44 suivants - s'est échappé du peloton avant d'être progressivement rattrapé, mettant la table pour une fin de course endiablée.

De nombreux cyclistes, dont Antoine Duchesne (Équipe Canada) et Guillaume Boivin (Israel Cycling Academy), se sont ensuite succédé en tête de peloton, sans pouvoir se démarquer.

«Je pensais qu'il restait un tour de moins, a avoué Duchesne candidement. J'étais rendu à trois tours dans ma tête, et quand j'ai vu que j'étais à quatre, ça m'a donné un coup au moral. Puis, quand j'ai vu que seuls trois coureurs me suivaient, et qu'ils n'étaient pas des grosses équipes, alors je me suis dit que ça ne servait à rien de continuer.»

Ulissi, Herreda et Bauke Mollema se sont alors détachés du groupe, et l'Italien a puisé dans ses réserves pour gagner au sprint cette course de 17 boucles de 12,1 km autour du Mont-Royal.

Duchesne, meilleur Canadien

Après avoir complété la distance, Duchesne a mis plusieurs minutes à retrouver son souffle. Ses efforts ont cependant été récompensés puisqu'il a été sacré le meilleur cycliste canadien en verte de sa 42e position, à 1:40 d'Ulissi. Boivin a suivi au 51e rang, dans le même peloton que le cycliste de Saguenay.

«C'était vraiment une dure course, a dit Duchesne. Dès le début, l'échappée est partie. Je crois que ça ne convenait à personne de revivre le même scénario que vendredi à Québec. Ici, c'était beaucoup plus saccadé; Cannondale a mis des coups, et à part quelques petits temps morts, ça n'a jamais vraiment arrêté.»

Les Canadiens Jack Burke et Bruno Langlois ont respectivement fini 90e et 97e. Les autres représentants de l'unifolié, Pier-André Côté, Alexander Cowan, Marc-Antoine Soucy, Ryan Anderson et Dal-Cin n'ont pas eu autant de chance et ont été contraints à l'abandon.

Le Grand Prix cycliste de Québec sera de retour au moins l'an prochain, alors que celui de Montréal est assuré jusqu'en 2019. L'organisateur de ces événements depuis leur naissance en 2010, Serge Arsenault, a déjà exprimé le souhait de prolonger les ententes.

Après la course, alors qu'il dégustait une bière bien méritée, Boivin a réitéré son attachement aux courses québécoises, en dépit de l'incertitude entourant leur avenir.

«C'est toujours ma plus belle fin de semaine de l'année, et ça l'a encore été cette fois-ci, a-t-il mentionné. Honnêtement, j'espère que les courses vont continuer d'exister jusqu'à ce qu'on me mette dans un cercueil, parce que ce sont de si beaux événements. Nous sommes vraiment choyés.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer