Pendrel comme à la maison

Quadruple gagnante à Beaupré, Catharine Pendrel est montée... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Quadruple gagnante à Beaupré, Catharine Pendrel est montée sur le podium du Vélirium pour la huitième fois, dimanche.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les Canadiennes Catharine Pendrel et Emily Batty ont répété leurs exploits de Rio, dimanche, terminant troisième et quatrième de la Coupe du monde de cross-country présentée au Mont-Sainte-Anne. Une course dominée par la petite Yana Belomoina, qui a prouvé une nouvelle fois être une grande cycliste.

Favorites de la foule, Pendrel et Batty ont donné aux nombreux amateurs de bonnes raisons de crier avec leur meilleure performance de la saison. Et les encouragements des spectateurs ont joué un rôle, ont assuré les deux femmes.

Quadruple gagnante à Beaupré, Pendrel est montée sur le podium du Vélirium pour la huitième fois, dimanche. Elle a pris les devants au premier tour, mais Belomoina et la Française Pauline Ferrand-Prévot, deuxième au final, l'ont rapidement rattrapée et distancée.

«J'ai fait ce que j'ai pu, mais je n'avais peut-être pas la force mentale pour continuer à pousser aussi fort dans les derniers tours. [...] Ç'aurait été incroyable de voir le drapeau canadien hissé au sommet, mais c'est difficile d'être déçue d'une troisième place», a affirmé la médaillée de bronze aux derniers Jeux olympiques, gagnante au Mont-Sainte-Anne l'an dernier.

Quant à la populaire Batty, elle comptait une nouvelle fois sur la «Batty Army», un petit groupe d'amateurs qui n'a pas hésité à se mettre torse nu malgré le vent frisquet. Quatrième à Rio deux secondes derrière Pendrel, Batty n'a cette fois-ci eu aucune chance de rattraper sa compatriote, terminant 35 secondes derrière.

La veille, l'UCI avait décrété que l'épreuve des femmes aurait seulement 20,2 km, une décision au dégoût de l'Ontarienne, reconnue pour son endurance et ses fins de course canons. «Je ne comprends pas trop pourquoi ils ont pris cette décision, a-t-elle indiqué. S'il y avait eu un tour de plus, ce que le règlement indique, je suis pas mal certaine que j'aurais pu m'approcher de cette troisième place.»

Quatrième à Rio deux secondes derrière Catharine Pendrel,... (Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 2.0

Agrandir

Quatrième à Rio deux secondes derrière Catharine Pendrel, Emily Batty n'a cette fois-ci eu aucune chance de rattraper sa compatriote, terminant 35 secondes derrière.

Le Soleil, Caroline Grégoire

En tête de la Coupe du monde

Meneuse de la Coupe du monde, l'Ukrainienne Belomoina a remporté son troisième titre de la saison. À seulement 24 ans, elle est la nouvelle athlète à battre sur le circuit. Et pour longtemps, peut-on prédire. «C'est une saison extraordinaire pour moi», a dit la menue jeune femme, gagnante chez les U23 au Mont-Sainte-Anne en 2014. «J'aime cette piste. Elle a des descentes très techniques et trois montées très difficiles», a ajouté Belomoina, neuvième aux Jeux olympiques de Rio.

La doyenne de 44 ans Gunn-Rita Dahle-Flesjaa, deuxième l'an dernier, a connu une journée plus difficile dimanche, avec une 20e place.

Les Québécoises dans la mêlée

Malgré un rhume, Maghalie Rochette (Saint-Jérôme) a été la meilleure Québécoise avec une 27place, - un sommet pour elle au Mont-Sainte-Anne -, tout juste devant Catherine Fleury (Alma). «J'avais pas grand-chose aujourd'hui, mais je me suis quand même battue jusqu'à la fin. Les spectateurs étaient incroyables, c'était fou le son qu'on entendait. C'était important de donner mon meilleur» a dit Rochette, membre comme Pendrel de la formation Cliff Pro Team, gagnante du classement par équipe.

Chez les U23, en matinée, l'Américaine Kate Courtney a devancé la Suissesse Sina Frei par deux petites secondes pour remporter son troisième titre de la saison. Les Québécoises ont toutes terminé en queue de peloton. Anne-Julie Tremblay (19e), Sophianne Samson (20e), Juliette Tétreault (21e), Amélie Simard (22e) et Laurie Arsenault (23e) étaient en piste, tôt dimanche matin.

Les Canadiennes Catharine Pendrel et Emily Batty ont... (Infographie Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

La dynastie Schurter

Cinq courses, cinq victoires cette année. Nino Schurter... (Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 4.0

Agrandir

Cinq courses, cinq victoires cette année. Nino Schurter rafle tout sur son passage.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Jamais vététiste n'a connu séquence aussi brillante. Nino Schurter est devenu dimanche, au Vélirium, le premier homme à remporter cinq épreuves de la Coupe du monde dans la même saison en triomphant au cross-country du Mont-Sainte-Anne.

Cinq courses, cinq victoires cette année. Pour son cinquième titre au cumulatif de la Coupe du monde, après ceux de 2010, 2012, 2013 et 2015. Son 25e triomphe en carrière. Ajoutez à cela l'or olympique à Rio... Si Schurter était une équipe de hockey, on parlerait de dynastie.

Malgré tout, le Suisse se surprend lui-même par sa domination en 2017. «J'ai remporté les Jeux olympiques l'an dernier, puis je me suis préparé de la même manière pour la nouvelle saison. Mais je ressens un peu moins de pression et je m'amuse beaucoup plus en piste. C'est une bonne situation.»

Dimanche, il s'est tenu tranquille au départ, se retrouvant malgré tout dans le groupe de tête. Mais personne n'a pu lui résister lorsqu'il a ouvert la machine. «C'était mon plan de ne pas mener au premier tour. C'est toujours bon d'économiser de l'énergie au début d'une course», a-t-il recommandé.

Derrière Schurter, les Français ont prouvé leur force devant les cousins québécois. Stéphane Tempier (2e), Titouan Carod (4e) et Maxime Marotte (5e) ont fait honneur à l'«autre» bleu-blanc-rouge. Petite déception sans doute pour le légendaire Julien Absalon, 13e, un an après sa victoire de 2016.

Pour sa part, Raphaël Gagné avait le sourire facile, fort de sa 34e place, même s'il a déjà fait mieux au Mont-Sainte-Anne (14e en 2015). L'athlète de Lac-Beauport ne savait trop à quoi s'attendre devant ses partisans.

Raphaël Gagné avait le sourire facile, fort de... (Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 5.0

Agrandir

Raphaël Gagné avait le sourire facile, fort de sa 34e place.

Le Soleil, Caroline Grégoire

«J'ai remonté où je voulais en début de course. J'en ai peut-être payé le prix en deuxième moitié. Mais si on vise gros, il faut être prêt à prendre des risques», a indiqué le meilleur Canadien de la journée, qui s'est retrouvé dans le top 25 à un certain moment.

Des erreurs dans les communications ont par ailleurs joué un tour à Gagné. «On se faisait tous communiquer que c'était le dernier tour, alors qu'il en restait un, a-t-il commenté. Je crois que je ne suis pas le seul à avoir été surpris.»

Après un début de saison laborieux, Gagné retrouve ses repères. Sa deuxième place au Championnat canadien il y a deux semaines, un premier indice. Sa performance de dimanche, un autre. «Ça confirme que les jambes sont là.»

Quant à Léandre Bouchard, il semble suivre une pente inverse. Sa 40e position n'est pas mauvaise, mais elle est loin du top 15 désiré. «Un peu déçu, parce que j'espérais rebondir. Je semble avoir une deuxième moitié de saison un peu plus difficile. J'attends un bon résultat depuis un bon petit bout de temps», a commenté l'Almatois.

Reste une étape de la Coupe du monde, à Val Di Sole, en Italie. Ensuite, place au plat de résistance, les Championnats du monde, tenus en septembre à Cairns, en Australie. Qui sera le favori? On vous laisse deviner, mais voici un indice : «Je n'ai pas fait trop de courses cette année, je me suis concentré sur les plus importantes. Oui, je pense avoir encore de l'énergie», a assuré un certain athlète suisse. Gagné espère pour sa part un top 20; Bouchard un top 15.

Belles sorties en U23

Par ailleurs, plusieurs Québécois ont bien fait lors de la compétition des U23, en fin d'avant-midi. Marc-André Fortier (Victoriaville) a décroché une 12e place, deux rangs de mieux que le vététiste de Québec Raphaël Auclair.

Félix Longpré a quant à lui ravi la 24e position lors de la plus exigeante course de sa carrière. Le résident de Saint-Ferréol-les-Neiges avait d'abord prévu éviter certains obstacles, prendre le chemin le plus sûr. La foule l'a fait changer d'idée, question de fierté! «Il y avait tout le monde. Je me suis dit : je ne peux pas être le gars qui prend les lignes B!» a raconté Longpré, fatigué après une semaine passée aux Jeux du Canada. «Après le premier tour, j'étais fini complètement. Là, c'était de la survie. Une chance qu'il y avait du monde sur le bord de la piste!»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer