Vélirium: tour de force sous la pluie pour Gwin

Dernier concurrent à défier la piste du Mont-Sainte-Anne,... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Dernier concurrent à défier la piste du Mont-Sainte-Anne, l'Américain Aaron Gwin a fait fi de la pluie pour enlever l'épreuve de descente masculine.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La pluie n'a pas fait peur à la foule, mais elle a eu son mot à dire dans la descente des hommes, samedi après-midi, au Vélirium. Alors que la majorité des favoris ont peiné sous le torrent, l'Américain Aaron Gwin a réussi une course fantastique pour ravir cette Coupe du monde disputée au Mont-Sainte-Anne.

Un tour de force. Car les 20 derniers vététistes à descendre la montagne, les meilleurs des meilleurs, l'ont fait sous une pluie diluvienne et dans la boue provoquée par celle-ci. Les 60 premiers avaient eu plus de chance, profitant d'une piste plus sèche. D'ailleurs, l'Australien Dean Lucas, parti en milieu de peloton, a conservé le premier rang jusqu'au bout (ou presque).

Il a fallu attendre le dernier concurrent pour voir la hiérarchie changer. Gwin a soulevé la foule avec une descente à plein régime, où il semblait toujours à la limite de son équilibre, de ses capacités. Il a conclu en 4 min 18 sec et 426 millièmes.

La pluie n'a pas fait peur à la... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

La pluie n'a pas fait peur à la foule réunie au Mont-Sainte-Anne, samedi.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

«Ç'a été une course folle, j'avais de la difficulté avec ma vision, je roulais par-dessus des trucs. C'était vraiment amusant. En arrivant en bas de la piste, j'entendais la foule hurler. Et on peut faire la différence entre une foule qui crie simplement pour vous encourager et une autre qui crie car vous avez une chance de gagner. Ceux-là sonnaient comme des cris de victoire, alors ça m'a galvanisé», a raconté Gwin, une seconde plus rapide que Lucas. Il s'agit d'une troisième victoire en carrière au Mont-Sainte-Anne pour l'Américain.

Le champion du monde Danny Hart (3e) et le Français Loïc Bruni (4e) avaient eux aussi soulevé les nombreux spectateurs avec leurs salissantes prouesses peu de temps avant l'exploit de Gwin. Profitant du temps plus sec, le Québécois Hugo Langevin a terminé au 26e rang, son meilleur résultat en carrière en Coupe du monde.

***

La journée de Seagrave

Auteure d'une descente impeccable, la Britannique Tahnee Seagrave... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 4.0

Agrandir

Auteure d'une descente impeccable, la Britannique Tahnee Seagrave (à droite) a signé sa deuxième victoire en carrière sur le circuit de la Coupe du Monde.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Un peu plus tôt, les femmes avaient eu droit à du temps plus sec. La Britannique Tahnee Seagrave a fait une descente impeccable (4:46,723) pour soutirer sa deuxième victoire en carrière sur le circuit de la Coupe du monde. «Je ne pensais pas aller si vite! Je voulais seulement me rendre en bas. Je pensais à ma famille qui m'attendait», a expliqué la gagnante, troisième l'an dernier.

Meneuse au classement général de la saison, Myriam Nicole a joué de prudence pour malgré tout décrocher la deuxième place, moins de six secondes derrière Seagrave. Une stratégie payante pour la Française, qui a accentué son avance en tête sur l'Australienne Tracey Hannah, troisième samedi.

Et enfin une présence au Mont-Sainte-Anne sans heurts par Nicole, trois fois victime de fracture au Québec dans le passé. Elle admet avoir manqué de «grain de folie» pendant sa finale. «J'appréhendais vraiment ce week-end. Alors j'ai préféré prendre des lignes simples, assurer. [...] Vraiment contente de rentrer à la maison avec l'équipe et pas avec les ambulances», a blagué la cousine, surnommée «Ponpon», du nom de son poney lorsqu'elle était petite.

Visiblement ennuyée par sa dislocation de l'épaule subie il y a quelques semaines, la championne en titre et grande dame de la discipline, la Britannique Rachel Atherton, s'est contentée du cinquième rang.

De son côté, la Québécoise Vaea Verbeeck a pris la huitième position, 38 secondes derrière la championne. Il s'agit de son troisième top 10 de la saison.

«Je ne suis pas tant satisfaite, je suis tombée!» a lancé l'athlète née à Tahiti, élevée à Granby et qui réside à Vancouver. «Avant ta course, tu repasses toutes tes lignes, et il y avait un endroit où je me disais : "ça, il ne faut pas que tu manques ça". Et j'ai vraiment glissé», a raconté Verbeeck en riant.

La veille, elle s'était qualifiée malgré une crevaison, profitant de l'abandon de quatre coureuses. «Le fait d'avoir eu le chance de rouler aujourd'hui, de voir tout le monde, de ne pas juste être dans les estrades et d'être déçue... C'est une belle journée, il va y avoir une bière quand même ce soir», a-t-elle affirmé.

***

Juniors : Iles répond présent!

Finnley Iles a signé samedi sa cinquième victoire... (Mathieu Bélanger) - image 6.0

Agrandir

Finnley Iles a signé samedi sa cinquième victoire en six épreuves de la Coupe du monde cette saison.

Mathieu Bélanger

La jeune sensation canadienne Finnley Iles a répondu aux attentes, samedi, en remportant l'épreuve de descente chez les juniors, sa cinquième victoire en six Coupes du monde cette saison. Au lendemain d'une décevante neuvième place en qualifications, l'athlète de Whistler a enregistré un chrono de 4:18,140 quand ça comptait. Pas mal pour un garçon qui combat un streptocoque au moyen d'antibiotiques. «Je suis très heureux! L'an dernier, j'étais si près de l'emporter ici [2e]. Cette année, j'ai eu une très bonne descente malgré quelques erreurs», a-t-il commenté. Son principal rival cette saison, le Britannique Matt Walker, avait un meilleur chrono que lui au premier temps intermédiaire, mais il a ensuite fait une vilaine chute, terminant bon dernier. Déjà assuré du championnat de la Coupe du monde avant la course de samedi, Iles voit les dernières épreuves de 2017 comme une préparation pour son passage dans l'élite l'an prochain. «J'espère être là-haut avec les meilleurs», projette déjà, confiant, celui qui aura 18 ans le 14 août. Chez les filles, la Française Mélanie Chappaz a triomphé avec un temps de 5:34,414.

***

Dimanche au Vélirium

  • 8h30 : Cross-Country - Finale femmes U23
  • 8h30 à 10h : Course Véli-Kidz (2 à 12 ans)
  • 10h15 : Cross-Country - Finale hommes U23
  • 12h15 : Cross-Country - Finale élite femmes
  • 14h45 : Cross-Country - Finale élite hommes
  • 16h : Pumptrack Epic Jam




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer