Les deux petites secondes de trop d'Emily Batty

L'Ontarienne Emily Batty a terminé au quatrième rang... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

L'Ontarienne Emily Batty a terminé au quatrième rang à Rio, à deux secondes de sa compatriote Catharine Pendrel. Un résultat qui l'a menée à vivre des moments très difficiles après les JO.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Deux petites secondes. Voilà ce qui a privé Emily Batty d'un hiver de célébrations. Pour plutôt lui faire vivre quelques mois de dépression.

L'action se déroule sur la piste de cross-country des Jeux olympiques de Rio. Au prix d'un effort harassant, l'Ontarienne réduit l'écart la séparant de sa compatriote Catharine Pendrel. Mais elle manque de temps. La ligne d'arrivée approche. Pendrel la franchit et s'empare de la médaille de bronze. Derrière, Batty se contente de cette quatrième place dont personne ne veut.

Rencontrée jeudi en marge de la Coupe du monde de vélo de montagne au Mont-Sainte-Anne, la sympathique athlète a révélé avoir vécu des mois difficiles après Rio, une expérience «douce-amère». Pourtant, à travers toutes les meilleures athlètes au monde de sa discipline, elle venait de terminer quatrième!

«J'ai fait comme une dépression pendant l'hiver et le printemps, sans le réaliser tout de suite, a-t-elle candidement raconté. J'ai demandé de l'aide extérieure pour déterminer comment je pouvais revenir au sommet de mes ambitions personnelles et de ma motivation. J'ai retrouvé ça. Mais oui, c'est facile de ne pas voir le bon côté des choses lorsqu'on sent qu'on s'est soi-même laissé tomber et qu'on a laissé tomber le pays. Ç'a été très, très difficile pour moi. Mais maintenant, je suis vraiment fière» de mon résultat.

Batty admet avoir eu beaucoup plus de facilité à accepter sa malchance des JO de Londres, en 2012. Victime d'une fracture de la clavicule trois jours avant la course, elle avait dû se contenter du 24e rang.

Le vélo étant pour elle davantage une passion qu'un travail, Batty a vécu Rio comme un échec sur le plan personnel. «Ç'a été difficile de comprendre que je devais me donner la permission d'être désolée pour moi, de réfléchir, de voir le positif et de l'utiliser pour aller de l'avant», dit-elle.

Selon Batty, les athlètes eux-mêmes ne parlent pas assez des difficultés liées à la période post-olympique. Ils sont souvent mal outillés pour faire face à la déception d'une performance en dents de scie... ou même d'une solide quatrième place!

«Il devrait y avoir moins de pression de performance sur les athlètes après les Jeux olympiques, croit Batty. Il faut les laisser récupérer de façon naturelle. L'énergie que nous mettons pour les Jeux est indescriptible. Chaque minute de chaque jour a un but, un effet sur les performances.»

Piste parfaite

Deux semaines avant Rio, Batty avait effectué une spectaculaire remontée au Mont-Sainte-Anne pour s'emparer de la médaille de bronze lors d'une course remportée par Pendrel. La piste québécoise est parfaite pour ses habiletés, a-t-elle alors constaté. «C'est le parcours le plus technique de toutes les Coupes du monde. Il demande un style de course unique avec des montées très à pic», analyse la populaire cycliste.

À 29 ans, elle est dans la force de l'âge. Elle parle déjà de Tokyo en 2020, et même des Jeux olympiques suivants, en 2024. Mais d'ici là, elle espère remporter sa première Coupe du monde en carrière, un exploit qui lui échappe toujours malgré ses nombreux succès. Elle occupe présentement le huitième rang du classement mondial. Il y a deux semaines, elle a gagné un troisième championnat canadien.

«Je me sens très bien en ce moment. Je suis dans un état de bonheur, d'équilibre et de motivation. Et je suis en forme. Alors tout est possible. Je vise la première place [ici] et on verra ce qui arrivera.»

***

Léandre Bouchard: dompter la bête à la maison

Léandre Bouchard... (Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 3.0

Agrandir

Léandre Bouchard

Le Quotidien, Gimmy Desbiens

«Par le passé, j'ai eu plus de courses difficiles que de faciles ici. J'ai peut-être une petite crotte sur le coeur par rapport à ça, parce qu'on a tout le temps le souhait de bien performer à la maison. Mais ça m'apporte un peu plus de challenge qu'ailleurs dans le monde.»

En vertu de sa 61e place au classement mondial, Léandre Bouchard sera le meilleur Canadien en piste, dimanche, lors du cross-country de la Coupe du monde de vélo de montagne, au mont Sainte-Anne. Une occasion pour lui de dompter la bête qui lui donne du fil à retordre depuis sa première course au Vélirium, en 2010. Un parcours réputé coriace. «Quand t'es dans une journée plutôt moyenne au mont Sainte-Anne, tu le sais!» confirme l'athlète d'Alma, 38e l'an dernier.

Son 61e rang mondial cache quelques solides performances, comme cette 16e position obtenue à la Coupe du monde d'Albstadt, en Allemagne, le 28 mai. Bouchard souhaite d'ailleurs un top 20, dimanche.

Petite ombre au tableau de sa saison, sa troisième place au Championnat canadien, il y a deux semaines, derrière Peter Disera et Raphaël Gagné. «Un petit peu déçu, parce que je souhaitais beaucoup le titre. Je pense que j'allais là comme favori. Je sentais que je m'étais bien préparé, je n'avais pas laissé de choses au hasard. On roulait en groupe et j'espérais les lâcher plus tard. Finalement, c'est moi qui a lâché un peu après la mi-course», a-t-il raconté.

Même si son objectif ultime de la saison demeure les Championnats du monde, disputés en septembre en Australie, Bouchard prend au sérieux ses performances au mont Sainte-Anne. «Si je pouvais choisir le moment dans l'année où je pourrais avancer un peu plus, j'aimerais que ce soit à la maison. Pour pouvoir le partager avec les gens», explique le cycliste de 25 ans. «Je serais bien content d'avoir une belle surprise dans le sac à performances».




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer