Sagan disqualifié du Tour de France

Peter Sagan, à gauche, a donné un coup... (AP, Christophe Ena)

Agrandir

Peter Sagan, à gauche, a donné un coup de coude au Britannique Mark Cavendish, alors qu'il restait une cinquantaine de mètres à négocier à l'épreuve de mardi. Cavendish s'est trouvé coincé dans des barrières situées à sa droite et a lourdement chuté. Deux autres cyclistes sont ensuite tombés sur Cavendish.

AP, Christophe Ena

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Vittel, France

Lundi, Peter Sagan célébrait une victoire. Mardi, le champion du monde originaire de la Slovaquie - l'un des plus grands noms du cyclisme - apprenait qu'il était disqualifié du Tour de France.

Sagan a été exclu de la Grande Boucle après avoir provoqué un accident lors d'une conclusion chaotique à la quatrième étape, remportée par le Français Arnaud Démare.

Vainqueur de la troisième étape, lundi, Sagan a donné un coup de coude au Britannique Mark Cavendish, alors qu'il restait une cinquantaine de mètres à négocier à l'épreuve. Cavendish s'est trouvé coincé dans des barrières situées à sa droite et a lourdement chuté. Deux autres cyclistes sont ensuite tombés sur Cavendish, un vainqueur de 30 étapes du Tour de France en carrière.

«Nous avons décidé de disqualifier Peter Sagan du Tour de France de 2017 après le tumultueux sprint ici à Vittel, où il a mis en danger plusieurs coureurs, dont Mark Cavendish et d'autres participants impliqués dans l'accident», a annoncé Philippe Marien, président du jury des commissaires.

Marien a ajouté que les commissaires avaient mis en application les règles de l'Union cycliste internationale (UCI) qui leur permettent de disqualifier des coureurs lors de «cas sérieux».

Soigné sur place, Cavendish a dû être transporté a l'hôpital après avoir été blessé à l'index de la main droite et à l'épaule droite. «Je vais assurément avoir besoin de points de suture au doigt, car il saigne beaucoup, a fait savoir le Britannique. En ce qui a trait à l'épaule, il pourrait y avoir un lien avec une vieille blessure. Elle est disloquée et je ne sais donc pas si j'ai endommagé le ligament. Je ne suis pas médecin, mais selon ce que je ressens, je ne suis pas optimiste», a déclaré Cavendish.

Si l'on fait exception des cas de dopage, les disqualifications surviennent rarement au Tour de France. 

«S'il y a eu une erreur, il faut alors féliciter le jury d'avoir eu le courage de punir le champion du monde, la grande vedette du cyclisme aujourd'hui», a déclaré Démare, vainqueur de l'étape de 207,5 km en 4h53:54.

Égaler le record

Sagan espérait égaler le record de six maillots verts (classement aux points), qui appartient à Erik Zabel, et il avait amorcé la quête de cet objectif du bon pied en remportant la troisième étape.

«Je m'entends bien avec Peter, mais je ne comprends pas... S'il avait passé devant moi, c'est une chose, mais le coude. Ce n'est pas le genre de geste que j'approuve, a fait remarquer Cavendish. Un accident, c'est un accident. Mais j'aimerais comprendre le coup de coude, vraiment, a ajouté Cavendish. Je voudrais pouvoir lui en parler.»

Après l'accident, Sagan s'est rendu auprès de Cavendish et lui a donné une amicale tape dans le dos, pendant que le cycliste britannique lui montrait ses blessures.

Sagan, qui avait d'abord été pénalisé de 30 secondes à la suite de l'accident, a aussi dit qu'il lui avait présenté ses excuses. «Ce n'est pas plaisant de chuter de cette façon», a reconnu Sagan, qui avait franchi la ligne d'arrivée en deuxième place derrière Démare.

«Nous étions au sprint. Je ne savais tout simplement pas que Mark se trouvait derrière moi, qu'il venait de par la droite, a ajouté Sagan. Mark arrivait très rapidement de l'arrière et je n'ai pas eu le temps de réagir, d'aller vers la gauche, et il est entré dans mon vélo et, après, dans la barrière.»

Des membres d'une équipe médicale se sont précipités pour venir au secours de Cavendish, courant dans le sens contraire des cyclistes pour se rendre jusqu'à lui.

Lorsque Cavendish a finalement pu se lever, son maillot était déchiré et du sang coulait le long de son corps. Il a été aperçu le bras droit près de son corps et la main droite protégée par un bandage.

Pour Cavendish, c'est une année difficile qui se poursuit lui qui a été frappé par une mononucléose causée par le virus d'Epstein-Barr en avril.

À la suite de la disqualification de Sagan, le Norvégien Alexander Kristoff a donc terminé en deuxième place de l'épreuve, devant l'Allemand André Greipel.

Thomas toujours en jaune

Un autre accident, survenu pendant le dernier kilomètre, a retardé le Gallois Geraint Thomas, meneur au classement général. Malgré le fait qu'il ait chuté et subi une éraflure à un genou, Thomas a conservé le maillot jaune.

Au classement cumulatif, Thomas détient une avance de 12 secondes sur le Britannique Chris Froome et sur l'Australien Michael Matthews.

La cinquième étape, mercredi, viendra conclure la première importante ascension du Tour. L'étape de 160,5 km s'amorcera à Vittel et prendra fin à La Planche des Belles Filles.

Deux heures de discussions avant la décision

Peter Sagan... (AP, Daniel Karmann) - image 3.0

Agrandir

Peter Sagan

AP, Daniel Karmann

Près de deux heures ont été nécessaires au jury des commissaires du Tour de France pour exclure le champion du monde, le Slovaque Peter Sagan, après l'arrivée de la quatrième étape à Vittel.

Dans un premier temps, le jury a envisagé de sanctionner Sagan d'une double pénalité, en temps et en points. Mais, les éléments se sont accumulés à l'encontre du champion du monde à la suite des réclamations portées par les équipes du Britannique Mark Cavendish (Dimension Data) et de l'Allemand John Degenkolb (Trek). Tous deux se sont retrouvés à terre dans la ligne droite finale après que le Slovaque a tassé Cavendish le long des barrières.

Pour la défense de Sagan, plusieurs responsables de l'équipe Bora ont argumenté devant le jury. Principalement son entraîneur, l'Espagnol Patxi Vila, qui était prêt à se satisfaire d'un déclassement dans l'étape et cherchait surtout à éviter la disqualification, une sanction jugée «trop sévère». L'examen répété des images de la télévision, semblant montrer un geste intentionnel et soulignant un comportement dangereux, a permis aux commissaires de conclure en défaveur du champion du monde.

«Le jury considérant les faits particulièrement graves prononce la mise hors compétition», précise le communiqué officiel, pour «sprint irrégulier». Il mentionne également une amende de 200 francs suisses.

La dernière exclusion pour comportement dangereux dans le sprint remonte à l'édition 2010. L'Australien Mark Renshaw, puni pour des coups de tête répétés au Néo-Zélandais Julian Dean.  AFP

Blessé, Cavendish doit renoncer

C'est après une visite à l'hôpital que Mark... (AP, Philippe Lopez) - image 5.0

Agrandir

C'est après une visite à l'hôpital que Mark Cavendish a reçu la confirmation qu'il souffrait d'une fracture à l'épaule droite.

AP, Philippe Lopez

Mark Cavendish, la victime de Peter Sagan dans le sprint d'arrivée à Vittel, a été contraint à l'abandon dans le Tour de France en raison d'une fracture de l'épaule droite.

Son équipe Dimension Data a confirmé tard, mardi soir, le forfait du Britannique, le coureur en activité qui compte le plus grand nombre de succès d'étape (30).

Cavendish a été blessé dans la chute survenue dans la ligne droite terminale qui a concerné aussi deux autres coureurs, l'Allemand John Degenkolb et le Britannique Ben Swift.

Après les premiers examens, «Cav» s'était dit «pas très optimiste» sur ses chances de continuer la course au-delà de la quatrième étape. «En termes de douleur, je me suis déjà blessé deux fois à l'épaule auparavant et cela est plus douloureux maintenant que cela l'avait été.»

Le médecin de son équipe Dimension Data avait précisé que les premières radios ne révélaient «ni dislocation ni fracture». Mais Cavendish est allé ensuite à l'hôpital pour passer d'autres examens qui ont permis de conclure à une fracture.

Une saison maudite 

Après l'arrivée, le Britannique s'était dit «un peu gêné par le (coup de) coude» de Sagan tout en le remerciant d'être «venu immédiatement (le) voir après l'arrivée». «J'ai une bonne relation avec Peter» et «je veux parler de cela avec lui», avait-il ajouté.

Cette année, Cavendish va de Charybde en Scilla, après une saison qui l'a vu gagner quatre étapes du Tour de France et décrocher sa première médaille aux JO (argent de l'omnium sur la piste de Rio).

Le Manx Express a gagné une seule fois, une étape du Tour d'Abou Dhabi en février. Il a été ensuite indisponible durant plusieurs mois à cause d'un virus (Epstein Barr) et a repris seulement la compétition à la mi-juin au Tour de Slovénie.

Déterminé à améliorer son score dans le Tour et se rapprocher du record du grand Eddy Merckx (34), Cavendish a tout fait pour être compétitif sans attendre sur le Tour.

Sa quatrième place dans le premier sprint massif du Tour, dimanche à Liège, le mettait en position de pouvoir rivaliser avec les autres grands noms du sprint.

Depuis 2008 et sa deuxième participation alors qu'il disputait sa deuxième saison au sein de l'élite mondiale, «Cav» a davantage connu de hauts que de bas dans la Grande Boucle. L'ex-champion du monde (2011) a empilé les victoires d'étape à chaque fois, sauf en 2014.

Cette année-là, le Tour partait du Yorkshire et la première étape arrivait à Harrogate, sur ses terres. Mais, après une prise de risques excessive, il avait fini son sprint par terre, sous les yeux du premier ministre britannique de l'époque David Cameron, et avait été contraint à l'abandon en raison d'une blessure à l'épaule (déjà!).

Cavendish, annoncé sur le déclin (une seule étape en 2015), avait surgi de plus belle l'an passé en s'imposant à quatre reprises au sprint. Il avait aussi porté pour la première fois de sa carrière le maillot jaune (une journée), de son propre aveu l'une des grandes émotions de sa très riche carrière.  AFP

Démare goûte à sa première victoire à vie à la grande boucle

Arnaud Démare a signé, mardi, sa première victoire... (AP, Christophe Ena) - image 7.0

Agrandir

Arnaud Démare a signé, mardi, sa première victoire sur le Tour de France.

AP, Christophe Ena

Il la tient enfin! Signe de sa montée en puissance cette saison, Arnaud Démare a signé, mardi, à Vittel sa première victoire sur le Tour de France. Et pourquoi pas rêver du maillot vert maintenant que Peter Sagan est exclu?

C'était l'objectif de ce Tour pour Démare, qui a découvert la Grande Boucle dans la douleur en 2014.

Après sa deuxième place à Liège, dimanche, derrière Marcel Kittel et sa sixième à Longwy, lundi, dans une arrivée en montée pas du tout taillée pour lui, le Picard de 25 ans a enfin levé les bras, son maillot de champion de France sur le dos, dans la station thermale des Vosges à l'issue d'un sprint chaotique.

«C'est quelque chose d'énorme!» a lancé le champion du monde espoirs en 2011 à Copenhague, fidèle depuis ses débuts à la FDJ.

Et c'est surtout le signe de sa montée en puissance après une saison 2016 marquée par sa victoire dans Milan-Sanremo après une année 2015 sans éclat. «Ça m'a apporté énormément de confiance de gagner Milan-Sanremo, forcément ça a joué, ça m'a vraiment réconforté», a-t-il assuré.

«Je sais que le travail que j'ai pu faire les années passées porte ses fruits aujourd'hui. Je récupère beaucoup mieux, j'ai gagné en maturité, en confiance pour discuter avec mes coéquipiers pour leur faire comprendre mes souhaits», a-t-il poursuivi.

De chouettes gars

Des coéquipiers à qui le double champion de France sur route (2014, 2017) a dédié sa victoire, alors que son équipe FDJ a mis cinq coureurs à son service sur ce Tour (Le Gac, Konovalovas, Delage, Cimolai, Guarnieri).

«J'ai vraiment une équipe à mon service, des chouettes gars que je remercie et qui font vraiment partie de toutes mes réussites», a remercié Démare.

Et maintenant que Peter Sagan, inamovible détenteur du maillot vert depuis 2012, a été disqualifié du Tour pour son coup de coude à Mark Cavendish dans le sprint à Vittel, Démare peut peut-être voir plus loin. Et pourquoi pas d'arriver sur les Champs-Élysées avec le maillot vert qu'il a endossé mardi?  AFP




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer