Un troisième Mondial de vélo de montagne au mont Sainte-Anne

L'Espagnol José Antonio Hermida Ramos avait été couronné... (La Presse canadienne)

Agrandir

L'Espagnol José Antonio Hermida Ramos avait été couronné champion du monde en cross-country lors des derniers Mondiaux au mont Sainte-Anne, en 2010.

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Plus de doute, le mont Sainte-Anne est La Mecque du vélo de montagne! Pour la troisième fois, un record, le sommet de la Côte-de-Beaupré sera le théâtre des Championnats du monde. La prestigieuse compétition s'y déroulera à la fin de l'été 2019.

L'Union cycliste internationale (UCI) en a fait l'annonce mercredi en marge des Mondiaux sur route, qui se déroulent au Qatar. La quête d'un événement du genre prend souvent plusieurs années, mais ce dossier s'est réglé en quelques mois, s'est réjoui Patrice Drouin, le grand patron de Gestev, habituel organisateur des grands rendez-vous du vélo de montagne au mont Sainte-Anne (MSA).

Timing et confiance ont permis à la région d'obtenir cette série de compétitions convoitée, a indiqué Drouin au Soleil, mercredi. «On a vu un momentum potentiel. On a regardé devant nous et on s'est dit que peut-être l'UCI serait intéressée à faire une alternance [entre les continents]. On a décidé de ne pas attendre que Whistler se propose et qu'on se retrouve derrière.»

Trois régions candidates étaient sur les rangs, croit Drouin, mais il ignore qui elles étaient. Il s'agira des premiers Mondiaux en Amérique depuis ceux de 2010... au MSA, qui avait aussi accueilli cette compétition en 1998.

Les maîtres seront là

Les succès des 26 épreuves de la Coupe du monde présentées au MSA, un autre record, ont pesé dans la balance, selon Drouin. «On ressort d'une des plus belles Coupes du monde jamais vécue [l'été dernier]. Il y a une confiance [de l'UCI] sur les plans techniques et organisationnels.» Les parcours des Mondiaux seront d'ailleurs semblables à ceux utilisés lors des Coupes du monde, a expliqué Drouin. 

En plus des athlètes de l'élite, les meilleurs vététistes juniors, U23 et maîtres seront en action lors de cette compétition, dont les dates exactes n'ont pas encore été annoncées. Les maîtres n'y étaient pas il y a six ans. Drouin les voulait pour 2019, à tel point qu'il en a fait une condition. Leur venue ajoute de 1000 à 1200 athlètes, selon lui. «C'est beaucoup plus attrayant sur le plan des retombées économiques.»

Les Mondiaux de 2019 devraient se dérouler sur une douzaine de jours. Au menu, les traditionnelles courses de cross-country, mais aussi les épreuves de descente, de plus en plus populaires. Il n'y aura pas d'étape de la Coupe du monde au MSA cette année-là, mais Gestev s'assurera de retrouver sa place l'année suivante.

«Il y a un fantastique historique d'événements fabuleux au MSA et nous avons hâte d'accueillir le Monde de nouveau en 2019», a réagi John Tolkamp, le président de Cyclisme Canada. «Avec les Jeux de Tokyo l'année suivante, MSA jouera un rôle critique pour les pays et les athlètes qui lutteront pour une qualification olympique.»

Reste à voir quelles vedettes locales seront en action cet été-là. En août 2019, Raphaël Gagné viendra de fêter ses 32 ans. Léandre Bouchard en aura presque 27 et pourrait se trouver au sommet de son art. Chez les dames, Emily Batty aura déjà 31 ans, tandis que la médaillée de bronze aux derniers Jeux olympiques, Catharine Pendrel, atteindra ses 39 printemps au début de l'automne.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer