Wiggins dopé avant trois grandes courses?

Le Britannique Bradley Wiggins a remporté le Tour... (Archives AP, Christophe Ena)

Agrandir

Le Britannique Bradley Wiggins a remporté le Tour de France en 2012.

Archives AP, Christophe Ena

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

Un ancien médecin de Bradley Wiggins s'est dit «surpris» par les autorisations d'usage à des fins thérapeutiques (AUT) accordées au cycliste avant trois grandes courses, notamment son Tour de France victorieux de 2012, comme l'a récemment révélé le groupe de pirates russes Fancy Bears.

«On est obligé de voir une drôle de coïncidence dans le fait qu'une grosse dose de corticoïdes en intramusculaire soit nécessaire... exactement avant la course la plus importante de la saison», s'est étonné vendredi soir à la BBC Prentice Steffen, le médecin de l'équipe Garmin Slipstream où évoluait Wiggins lorsque le Britannique a terminé quatrième du Tour en 2009 avant de rejoindre Sky.

«J'ai été surpris de voir qu'il y avait des AUT pour l'usage de triamcinolone en intramusculaire juste avant trois courses majeures : deux Tours de France et un Tour d'Italie», a souligné le médecin dans l'émission Newsnight. «Avec le recul, je dirais certainement maintenant que ça ne semble bien ni sur le plan de la santé, ni sur le plan sportif.»

Prentice Steffen faisait référence à l'AUT accordée par l'Union cycliste internationale à Wiggins pour se faire administrer ce puissant corticoïde quelques jours avant le départ du Tour de France 2012, ainsi qu'avant le Tour 2011 et le Giro 2013. Le cycliste britannique doit s'exprimer directement sur cette affaire pour la première fois dimanche sur la BBC.

Ses données et celles de plusieurs dizaines de sportifs détenues à titre confidentiel par l'Agence mondiale antidopage (AMA) ont été divulguées il y a une dizaine de jours par le groupe russe d'espionnage informatique Tsar Team (APT28), également connu sous le nom de «Fancy Bears». Le quintuple champion olympique s'était défendu dans un communiqué en rappelant que «l'injection de triamcinolone était un traitement intramusculaire pour l'asthme approuvé par les autorités du sport».

Comme Armstrong

Lance Armstrong, septuple vainqueur déchu du Tour, avait été contrôlé positif à la triamcinolone en 1999 lors de la Grande boucle, mais celui-ci avait ensuite été effacé, sur la base d'un certificat médical antidaté accepté par l'UCI. Dans son autobiographie parue en 2012, Wiggins avait assuré observer une hygiène de vie «sans seringue».

Les données divulguées par les Fancy Bears concernent aussi notamment les soeurs Serena et Venus Williams (tennis), Simone Biles (gymnastique) ou encore Chris Froome, coéquipier de Wiggins chez Sky. Dans tous les cas, les documents sont des AUT accordées par les instances pour l'usage de certaines substances. Elles ne révèlent donc aucune infraction ni aucun contrôle antidopage positif même si les produits utilisés figurent sur la liste des produits interdits.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer