Sagan a retrouvé la forme!

Peter Sagan a doublé tous ses concurrents directs... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Peter Sagan a doublé tous ses concurrents directs dans le dernier 100 mètres.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) On ne l'a pas vu de la course... sauf au fil d'arrivée! Le champion du monde Peter Sagan a fait honneur à son maillot arc-en-ciel, vendredi, en remportant le septième Grand Prix cycliste de Québec au terme d'un sprint intense.

Sagan a surpassé tous ses concurrents dans le dernier 50 mètres, dont le champion olympique Greg Van Avermaet, qui a terminé dans sa roue. Le Français Anthony Roux a complété le podium de cette épreuve de 201,6 kilomètres.

«Heureusement qu'il n'était pas en forme», a rigolé le Québécois Hugo Houle, dans l'aire d'arrivée. Sagan a plusieurs fois affirmé cette semaine être loin du sommet de son art ces jours-ci. Ce qu'il a d'ailleurs répété en conférence de presse, vendredi.

«Je suis surpris. Je ne pense pas m'être suffisamment préparé pour cette course. Je me suis surtout concentré sur les Jeux olympiques. Puis, j'ai été malade», a dit le Slovaque, auteur d'une 35e place à Rio... en vélo de montagne. Malgré une crevaison.

«C'est un phénomène. Un coureur comme ça, on n'en a pas vu beaucoup dans l'histoire du cyclisme», l'a vanté son ancien coéquipier chez Cannondale, Guillaume Boivin, meilleur Canadien de l'épreuve avec une 17e place.

À quelques centaines de mètres de l'arrivée, le Colombien Rigoberto Uran a tenté d'attaquer comme l'an dernier. Il semblait se diriger vers une deuxième victoire consécutive, mais c'était sans compter sur Sagan, leader de l'équipe Tinkoff.

«Quand j'ai vu partir Rigoberto, je me suis dit qu'on se battrait pour la deuxième place. Mais il n'était pas aussi fort cette fois. Il a ralenti et nous l'avons rattrapé», a expliqué Sagan, remerciant Roux au passage de lui avoir montré la voie dans ces derniers instants. Le gagnant a complété l'épreuve en 5h07:13. Uran a terminé au 10e rang.

De son côté, Van Avermaet (BMC Racing Team) a levé son chapeau au vainqueur. «Peter était juste un peu trop fort aujourd'hui», a dit le Belge, qui a parlé d'une course «très difficile», surtout dans les 4 derniers des 16 tours. Van Avermaet est un habitué des bons résultats à Québec. Il a terminé deuxième en 2012 et troisième en 2013.

Comme Sagan, il avait mentionné avoir eu une préparation déficiente en vue de cette course. La faute à une certaine médaille d'or. «Ce n'était pas facile de faire un bon entraînement, avec les Jeux olympiques et toutes les fêtes», a indiqué Van Avermaet.

L'invité-surprise

Troisième, Roux (FDJ) est l'invité-surprise de ce podium. Lui-même l'a reconnu. «À 100 mètres de la fin, je me suis dit : "Qu'est-ce que je fais là?", a-t-il blagué. J'ai été désigné leader sur cette course ce matin, ce qui ne m'arrive pas souvent. Je suis heureux d'avoir fait honneur à mon équipe.»

La course a été marquée par une longue échappée à huit coureurs, dont a fait partie le Québécois Nicolas Masbourian. Le cycliste de 22 ans s'est fait un nom, vendredi, en tenant tête à des athlètes chevronnés.

L'Italien Gianni Moscon a été sacré roi de la montagne, succédant au Canadien Ryan Roth, absent cette année. Chez les têtes d'affiche, Romain Bardet a fini 22e, Tom Boonen 38e et Julian Alaphilippe 65e.

Encouragée par le beau temps, la foule de Québec a bien répondu à l'appel. Les spectateurs se sont massés tout au long du parcours. À vue de nez, ils étaient plus nombreux que l'an dernier au départ et à l'arrivée.

Le futur retraité adore Québec

«Plus que cinq!» Ryder Hesjedal a pris le 20e rang de l'une de ses dernières courses en carrière, vendredi. Le Canadien a annoncé sa retraite du cyclisme à la fin de la présente saison. «Je me sentais correct. Ç'a été une course assez normale, jusqu'à la fin où ça roulait à plein régime. Il y a tant de bons sprinteurs ici. Je suis content d'être toujours capable de me retrouver près de l'avant», a analysé le vainqueur du Tour d'Italie en 2012.

Le cycliste de 35 ans a reçu un bel accueil de la foule lors de la présentation des coureurs, en matinée. «Ces courses au Canada ont toujours été spéciales pour moi, mais certainement encore plus maintenant que mon parcours s'achève. J'adore Québec, ç'a été une grande partie de ma carrière de coureur.»

Guillaume Boivin a gagné son pari

Guillaume Boivin... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 4.0

Agrandir

Guillaume Boivin

Le Soleil, Yan Doublet

Guillaume Boivin ne voulait pas avoir l'air médiocre. Il a gagné son pari. Avec sa 17e place au Grand Prix cycliste de Québec, l'athlète de Montréal a prouvé être bien remis d'une lacération au genou subie il y a trois semaines.

Boivin a été le meilleur Canadien, vendredi. Il a employé une stratégie semblable à celle du vainqueur, Peter Sagan : garder ses énergies pour le sprint final. «Ceux qui étaient près de la ligne d'arrivée ont dû trouver que j'étais souvent derrière», a lancé Boivin, en référence aux 15 premiers passages effectués en face du Manège militaire.

Après sa chute à l'entraînement en août, Boivin a cru sa saison terminée. La coupure était profonde, jusqu'au tendon. Et il venait de se remettre d'une triple fracture à l'épaule. Mais il a pris sa remise en forme au sérieux. Un entraînement intensif d'une dizaine de jours, pendant lequel sa femme l'a traité aux petits oignons, a-t-il raconté vendredi.

«J'avais des sensations pas mauvaises à l'entraînement, mais quand ça fait trois mois que t'as pas couru, tu ne veux pas avoir trop d'attentes et être déçu. [...] J'ai quand même rêvé depuis une semaine que je faisais un bon résultat ici», a dit Boivin, dont un pied a «déclipé» de sa pédale dans la dernière montée, ce qui lui a fait perdre quelques positions. Peu importe. «Avec l'été que j'ai eu, je suis super content.»

Houle se fait piéger

Hugo Houle... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 5.0

Agrandir

Hugo Houle

Le Soleil, Yan Doublet

Hugo Houle a aussi offert une belle performance à ses partisans avec un 26e rang. Le cycliste de Sainte-Perpétue a tenté de suivre quelques poussées dans les derniers tours, mais celles-ci étaient vouées à l'échec à cause du contrôle exercé sur la course par les meilleures équipes - Tinkoff, BMC.

«J'arrive dans le premier groupe, mais je manquais un peu de jambes», a dit Houle. «J'étais peut-être trop loin au début de Grande Allée. Je me suis fais piéger pour le sprint. Mais c'est la première fois que j'arrive aussi près devant. C'est positif. J'ai appris pour l'année prochaine.»

De son côté, le jeune David Drouin a continué d'impressionner la galerie. Pendant que plusieurs de ses coéquipiers d'Équipe Canada abandonnaient - Alex Cataford, Matteo Dal-Cin - le Beauceron de 21 ans se dirigeait vers une 44e place à sa première épreuve sur le UCI World Tour.

«C'était très amusant. Tout le monde criait mon nom le long du parcours. [...] Je croyais que ça allait être plus dur que ça. Je ne pensais pas finir la course. Mais je pense que je suis quand même de calibre World Tour. Pour les prochaines années, ça va bien aller si je continue à me développer», a souligné le souriant athlète, que l'on a aperçu distribuant des gourdes d'eau à ses coéquipiers pendant l'épreuve.

En chiffres

40,1 km/h: vitesse moyenne du gagnant

168: nombre de cyclistes au départ

50: nombre d'abandons

2 : Peter Sagan tentera de devenir le deuxième cycliste de l'histoire à remporter les deux épreuves lors de la même année. Simon Gerrans, en 2014, est le seul qui peut se targuer d'avoir accompli cet exploit. La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer