Hart, le roi de la montagne

Danny Hart a trimé dur samedi pour décrocher... (Le soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Danny Hart a trimé dur samedi pour décrocher l'or à Mont-Sainte-Anne. Moins de 0,7 seconde a séparé la première de la deuxième place.

Le soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les Britanniques Danny Hart et Rachel Atherton sont roi et reine de Mont-Sainte-Anne. Les deux cyclistes ont remporté samedi l'épreuve québécoise de la Coupe du monde de descente. Victoire à l'arrachée pour le premier; gain en apparence facile pour la seconde.

Les spectateurs étaient nombreux à profiter de la belle journée sur la montagne, samedi. Peut-être la meilleure foule des 26 Véliriums, une donnée toutefois difficile à confirmer.

Les amateurs ont pu assister à une chaude lutte chez les hommes. Avant-dernier à s'élancer, Hart a stoppé le chonomètre à 3:59,754 sur ce parcours de 2,9 km. Après lui, le leader du classement de la Coupe du monde, l'Américain Aaron Gwin, a tout donné en deuxième moitié de parcours. En vain, du moins pour l'or. Au final, moins de 0,7 seconde ont séparé les deux cyclistes.

«C'était une course très rapide, un parcours très sec. La course la plus rapide de la saison. [...] C'est une piste très célèbre, un arrêt très célèbre sur le circuit. C'est excellent de l'emporter», a indiqué le gagnant, deuxième au classement cumulatif.

Le champion du monde, Loic Bruni, a pris le troisième rang, faisant oublier sa crevaison lors des qualifications et sa longue absence en raison d'une clavicule fracturée et d'un traumatisme crânien. «Je ne m'attendais pas à faire un bon retour comme ça. Si j'avais su, j'aurais signé direct!» a dit le Français.

Mark Wallace a été le meilleur Canadien avec une 25e place. Deux Québécois étaient en piste. Hugo Langevin a pris le 71e rang, tandis que Samuel Thibault a été victime d'une crevaison et n'a pas complété l'épreuve.

Impériale Atherton

Chez les dames, Rachel Atherton a remporté sa 12e victoire consécutive sur le circuit de la Coupe du monde, un record. La Britannique de 28 ans a survolé le parcours en 4:37,488, 11 secondes plus rapidement que sa dauphine, Tracey Hannah. Même s'il reste une épreuve à la saison, Atherton s'est assurée du championnat de la Coupe du monde, son cinquième en carrière après ceux de 2008, 2012, 2013 et 2015.

«C'est une journée très spéciale», a dit Atherton de son triomphe au classement général. «Le Mont Sainte-Anne est toujours un parcours très difficile. J'étais très nerveuse aujourd'hui», a-t-elle ajouté, visiblement soulagée.

La présence d'une fille aussi dominante n'a rien de décourageant pour le reste du groupe, assure Hannah. «Ça nous donne l'énergie pour continuer de s'entraîner plus fort», a affirmé l'Australienne, dont l'oeil au beurre noir témoignait d'une chute à l'entraînement, deux jours plus tôt. «Nous adorons la voir courir. Nous pouvons nous inspirer d'elle. C'est la meilleure.»

Avec une cinquième place, Miranda Miller a été la meilleure Canadienne. Elle a terminé 13,5 secondes derrière la gagnante.

La Québécoise Vaea Verbeeck a terminé dixième de... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

La Québécoise Vaea Verbeeck a terminé dixième de la descente samedi.

Le Soleil, Erick Labbé

Les malchances de Vaea Verbeeck

Dixième de la descente samedi, la Québécoise Vaea Verbeeck peut enfin se concentrer sur son sport. Au cours des dernières années, les blessures n'ont pas lâché la native de Granby. En 2014, lacération au foie à la suite d'une chute; l'an dernier, fracture du poignet qui l'a fait rater toute la saison; cette année, fracture de la clavicule lors de la première épreuve de la Coupe du monde.

Avec chaque fois une longue réhabilitation à la clé. «Je m'en viens pas pire à cette

game-là», rigole Verbeeck. «J'ai vraiment eu des accidents malheureux. [...] D'habitude, je rebondis pas pire de mes blessures, mais là ça me prend un peu plus de temps. J'ai eu de la misère à retrouver ma vitesse.»

Toutes ces blessures jouent un peu dans sa tête, comprend-on. Samedi, elle a choisi d'éviter le grand saut en fin de parcours. Une précaution. «Je suis très confiante de faire ces trucs-là, mais ça m'a coûté en début de saison. Alors là, en ce moment, je me dis: "Attends une minute. Ça ne vaut pas le coup de se casser un os."»

Championne canadienne en 2014, septième à Mont-Sainte-Anne cette année-là, Verbeeck a aussi terminé 25e lors des Mondiaux de 2015. À cause de toutes ces blessures, sa carrière n'a jamais vraiment pris son envol. Elle espère toutefois rattraper les membres de l'élite à moyen terme.

Il y a quatre ans, Verbeeck a quitté Granby pour s'installer à North Vancouver. Elle peut ainsi pratiquer son sport favori 12 mois par année. Le ski et le surf des neiges aussi. «C'est vraiment la vie dont rêvent tous les amateurs de plein-air. C'est coûteux, mais on prend ça un jour à la fois et ça fonctionne.» 

À fond la «Chainsaw»

Comme prévu, les amateurs de vélo de montagne ont livré un vibrant hommage à Steve Smith, samedi.

Pour célébrer la trop courte vie du spécialiste de la descente, la foule a fait du bruit pendant une minute avant l'épreuve des hommes. Un scie électrique a même été mise à profit pour augmenter le niveau de décibels: le surnom de l'athlète canadien était «Chainsaw».

Champion de la Coupe du monde en 2013, Smith est mort le 10 mai dernier lors d'un accident de moto. Son décès a provoqué une onde de choc dans le milieu du vélo tout terrain.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer