Le Vélirium, prélude à Rio

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Impossible de les ignorer. Les Jeux olympiques de Rio provoquent un jeu d'ombre et de lumière au-dessus de Mont-Sainte-Anne, théâtre à partir de vendredi du 26e Vélirium.

De la lumière, puisque l'approche de la grande danse du sport attise l'intérêt pour les compétitions qui la précédent. Mais de l'ombre, aussi. Car jamais cette épreuve québécoise de la Coupe du monde de vélo de montagne n'aura autant servi de simple «préparation» pour une autre course.

Et les athlètes du cross-country ne s'en cachent pas. Ils donneront leur plein effort, dimanche, mais parions qu'ils ne tenteront pas l'impossible ou le dangereux pour gagner quelques rangs.

«C'est certain que je ne veux pas qu'il y ait de petites niaiseries qui arrivent», affirme le favori local, Raphaël Gagné. «Je vais tout donner physiquement. Le petit bémol, c'est que je ne me ménage pas du tout à l'entraînement. Donc, je m'entraîne pour Rio dans deux semaines et demie et non pour la Coupe du monde de dimanche. Je ne veux pas avoir de regrets.»

L'an dernier, Gagné avait pris le 14e rang de l'épreuve, alors son meilleur résultat à vie en Coupe du monde. «J'espère en faire une autre bonne... Quoique, c'est le 21 août que ça compte!» ajoute l'athlète de Québec en parlant de Rio.

Petits ajustements

Celui qui accompagnera Gagné au Brésil, l'Almatois Léandre Bouchard, tient un discours semblable. «Je souhaite performer du mieux que je peux ici. La seule chose qui diffère un peu, c'est au niveau de la préparation. À deux semaines des Jeux olympiques, c'est juste parfait pour apporter des petits ajustements, mais un peu trop tôt pour souhaiter être à son meilleur aux deux courses. [...] Je ne m'attends pas nécessairement à mon meilleur résultat ici», dira-t-il un peu plus tard.

Chez les dames, même son de cloche venu de la vétérane Catharine Pendrel. «Ça sera parfait pour notre préparation», lance la championne du monde en 2011 et en 2014. «S'il y a des petits ajustements à faire, nous aurons deux semaines pour y parvenir.»

Même si elle emploie le mot préparation, Pendrel veut gagner dimanche. Entre autres pour se prouver qu'elle est prête pour Rio. Quatrième à Pékin en 2008, la Néo-Brunswickoisede 35 ans a fait une «décevante» neuvième place à Londres, il y a quatre ans. Elle a connu une saison 2016 marquée par une fracture du pouce qui a mis du temps à guérir. Mais la voilà en pleine forme. «Je suis certainement capable d'un top 5 ou d'une médaille», dit Pendrel en parlant des JO. Mais la compétition sera féroce.

Elle viendra entre autres de sa compatriote Emily Batty, absente lors de la conférence de presse, jeudi. Troisième aux derniers Mondiaux, l'Ontarienne de 28 ans sera toutefois en piste dimanche.

Cette légitime attention portée aux Jeux olympiques par l'élite pourrait permettre à des athlètes méconnus de briller dimanche, reconnaît Bouchard. «Ceux qui ont manqué les JO de peu vont souhaiter se faire justice. Oui, on pourrait voir des surprises. Je sais que ce n'est pas tout le monde qui sera à son niveau optimal.»

Les compétitions de descente auront lieu samedi après-midi, à 13h pour les femmes et à 14h pour les hommes. Celles de cross-country se dérouleront dimanche. Les femmes s'élanceront à 11h20, les hommes à 14h20. Pour tous les détails de la riche programmation de cette fin de semaine de compétitions : velirium.com.

Un bel hommage à Steve Smith

Impossible de les ignorer. Les Jeux olympiques... (Le Soleil, Frédéric Matte) - image 3.0

Agrandir

Le Soleil, Frédéric Matte

En décrivant l'hommage qui sera rendu au cycliste Steve Smith, décédé le 10 mai dans un accident de motocross sur l'île de Vancoucer, Chantal Lachance n'a pu retenir ses larmes.

L'athlète britanno-colombien de 26 ans, spécialiste de la descente, n'était pas un ami personnel de la vice-présidente de Gestev, mais il a marqué ceux impliqués dans l'organisation du Vélirium. Au-delà des ses impressionnants résultats à Mont-Sainte-Anne, Smith aura laissé une marque indélébile dans l'histoire du rendez-vous par sa personnalité chaleureuse. «Il finissait ses courses le samedi. Et le dimanche, il venait par lui-même au party des bénévoles pour leur dire merci», raconte Lachance. «C'était ce genre de gars là. C'était un bel athlète dans tous les sens du terme. [...] Vous auriez dû voir l'atmosphère au bureau quand on a appris [sa mort].»

Pour lui rendre hommage, les organisateurs ont nommé une portion ardue du parcours à son nom, une descente technique désormais appelée Steve Smith Drop. Une plaque commémorative a aussi été installée tout près; une télécabine a été peinte à son image; un mur en son honneur a été érigé dans le lounge, au bas de la pente. Un petite boîte y recueille des dons qui seront transmis à la fondation posthume léguée par Smith. Elle vient en aide financièrement aux jeunes cyclistes adeptes de descente. Avant le départ des hommes, samedi, les partisans seront aussi invités à faire une minute de bruit.

«On va crier haut et fort à quel point il nous manque. J'espère que la montagne va vibrer et qu'il va nous entendre», lance Chantal Lachance. À Mont-Sainte-Anne, Smith a gagné la médaille d'argent lors des Mondiaux de 2010, puis l'or en Coupe du monde en 2013.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer