Maintenant ou jamais pour Quintana

Le détenteur du maillot jaune, Chris Froome, a... (AFP, FABRICE COFFRINI)

Agrandir

Le détenteur du maillot jaune, Chris Froome, a profité du deuxième jour de repos du Tour de France pour reprendre des forces en vue du dernier droit. Le vice-champion de 2015, Nairo Quintana devra prendre tous les risques afin de rattraper le Britannique, qui semble déterminé à remporter le titre une troisième fois en quatre ans.

AFP, FABRICE COFFRINI

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Berne

Au moment où le Tour de France aborde les Alpes, Nairo Quintana et Alejandro Valverde n'ont plus que quelques occasions pour tenter de faire dérailler la tentative de Chris Froome de remporter un troisième titre en quatre ans.

Les trois étapes de haute montagne encore au programme et le contre-la-montre en montée devraient être le terrain de jeu idéal pour les coéquipiers de Movistar, qui doivent abandonner leur approche conservatrice et prendre tous les risques pour combler le retard qu'ils ont concédé.

Quintana, vice-champion derrière Froome en 2013 et 2015, occupe le quatrième rang du classement général à 2:59 du maillot jaune. Valverde est à 18 secondes derrière son coéquipier.

Les écarts sont importants, mais Quintana, un pur grimpeur de Colombie, a réussi à prendre du temps sur Froome dans les Alpes l'année dernière.

Sa modeste performance au mont Ventoux et un contre-la-montre décevant la semaine dernière ont toutefois soulevé des doutes sur sa capacité à revenir dans la lutte.

Même son directeur d'équipe, Eusebio Unzue, avoue que Quintana n'est pas à son mieux. «Nous n'avons pas vu le Nairo que nous connaissons au mont Ventoux. Espérons que les choses vont revenir à la normale dans les Alpes», a-t-il dit.

Unzue a vainement tenté de trouver la formule gagnante qui permettra à ses coureurs de contester la suprématie de l'équipe Sky. Si de nombreux observateurs ont eu du mal à comprendre pourquoi Quintana et Valverde n'ont pas harcelé Froome avec des attaques incessantes dans les Pyrénées et les montagnes du Jura, Unzue affirme que son approche prudente était la bonne.

«Attaquer tout le temps serait bon pour le spectacle. Mais c'est irréaliste et pas une garantie de succès, a déclaré Unzue. Nous avons besoin d'attendre le bon moment, le moment qui nous permettra d'être efficaces quand nous faisons une attaque.»

Valverde est d'accord avec son patron, soulignant que Quintana «doit tenter quand il estime qu'il peut faire mal à ses rivaux.»

Le point encourageant pour les coureurs de Movistar, c'est que Froome n'a pas été aussi dominant en montagne qu'à ses précédents Tours. Froome utilisait normalement la première étape avec une arrivée au sommet d'un col pour affirmer son autorité sur la course, ce qu'il n'a pas été en mesure de faire cette année. Il s'est plutôt assuré son avance avec une impressionnante démonstration dans le contre-la-montre, combiné à des coups de maître dans la descente du Peyresourde et avec les bourrasques à proximité de Montpellier.

«Je crois que Froome et ses rivaux sont plus ou moins de même niveau dans les montagnes cette année, a déclaré Unzue. À Andorre et au mont Ventoux, il n'a pas attaqué pour créer de gros écarts, je crois qu'il n'est pas aussi fort qu'il l'était. Le problème, c'est qu'il dispose d'une équipe capable de contrôler la course dans les situations délicates.»

Froome prudent

En dépit des affirmations des journaux français selon lesquelles Froome n'a pas de rival cette année, il est assuré qu'il sera mis au défi dans les Alpes, où il a combattu une infection respiratoire et a perdu près de deux minutes à Quintana, l'an dernier. En conséquence, il a légèrement changé sa préparation pour être en meilleure forme dans la dernière semaine de course.

«Je me sens davantage prêt pour cette troisième semaine que je l'ai été auparavant», a déclaré Froome, qui détient une avance de 1:47 sur son rival le plus proche, le Néerlandais Bauke Mollema. «D'avoir entrepris la saison plus tard a aidé, et j'ai eu un parcours plus tranquille pour le Tour. Je le disais au début de la course, que je voulais être à mon meilleur dans la troisième semaine, et je suis sur la bonne voie pour que ce soit le cas.»

La première étape alpine, mercredi, mènera le peloton sur un trajet de 184,5 kilomètres à la station de ski de Finhaut-Emosson, avec une redoutable ascension de 10 kilomètres menant au fil d'arrivée. Elle sera suivie d'un contre-la-montre en montagne et de deux autres étapes exténuantes en haute altitude avant l'arrivée sur les Champs-Élysées. «Je me sens comme si j'avais attendu ces quatre jours, a déclaré Froome. Peut-être certains autres coureurs aussi.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer