Tour de Beauce: échappée payante de Mihkel Räim

  • L'Estonien Mihkel Räim a apprécié l'accueil chaleureux sur le podium après sa victoire lors de la première étape du 31e Tour cycliste de Beauce, mercredi. (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    L'Estonien Mihkel Räim a apprécié l'accueil chaleureux sur le podium après sa victoire lors de la première étape du 31e Tour cycliste de Beauce, mercredi.

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 1 / 8
  • Première étape du 31e Tour cycliste de Beauce (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Première étape du 31e Tour cycliste de Beauce

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 2 / 8
  • Première étape du 31e Tour cycliste de Beauce (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Première étape du 31e Tour cycliste de Beauce

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 3 / 8
  • Première étape du 31e Tour cycliste de Beauce (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Première étape du 31e Tour cycliste de Beauce

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 4 / 8
  • Première étape du 31e Tour cycliste de Beauce (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Première étape du 31e Tour cycliste de Beauce

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 5 / 8
  • Première étape du 31e Tour cycliste de Beauce (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Première étape du 31e Tour cycliste de Beauce

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 6 / 8
  • Première étape du 31e Tour cycliste de Beauce (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Première étape du 31e Tour cycliste de Beauce

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 7 / 8
  • Première étape du 31e Tour cycliste de Beauce (Hugo Houle) (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Première étape du 31e Tour cycliste de Beauce (Hugo Houle)

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 8 / 8

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Georges de Beauce) «J'étais sûr que mon directeur sportif serait très fâché contre moi. Il m'avait demandé de rester calme et j'étais rendu dans l'échappée ! Mais quand il est arrivé avec la voiture, il m'a dit: ''super travail !'' J'étais soulagé!»

Mihkel Räim venait de gagner la première étape du 31e Tour cycliste de Beauce, mercredi après-midi. Tous les membres de Cycling Academy Team, une équipe très internationale battant pavillon israélien, accourraient pour le féliciter et l'étreindre. Son directeur sportif aussi, Nicki Sorensen, un Danois. Räim est Estonien. Ses coéquipiers Mexicain, Namibien, Américain, Tchèque et Israéliens.

Et Québécois. Victime d'une vilaine chute dans le dernier virage de la troisième étape du Grand Prix de Saguenay, samedi dernier, Guillaume Boivin a subi une fracture de l'épaule et une commotion cérébrale. Donc pas question pour lui de courir en Beauce. Sa saison pourrait même être terminée.

«Guillaume, j'espère que tu vas bien et cette victoire est pour toi !» lui a dédié le vainqueur du jour. «Il est notre capitaine et mentor, surtout ici parce qu'il connaît le parcours et le style de course. Pour nous, Guillaume est comme un directeur sportif dans le peloton», a expliqué Räim, estimant par ailleurs que sa troupe était peut-être sous-estimée.

«Après la journée d'aujourd'hui, tout le monde nous connaît», a souri l'auteur d'une troisième place au cumulatif et d'un podium d'étape à Saguenay. En mai, il avait fini troisième de la dernière étape de la Flèche du Sud, au Luxembourg, et troisième au général du Tour d'Estonie.

Jugeant presque impossible de se maintenir dans le haut du classement en Beauce à cause du contre-la-montre de vendredi, le cycliste de 22 ans raconte que Sorensen l'avait bien avisé d'y aller pour la victoire en réunion d'avant-course, «mais il voulait dire d'attendre au sprint regroupé de la fin».

Occasion en or

Sauf qu'une occasion s'est présentée à 140 km de l'arrivée. Räim ne l'a pas ratée. Sept fuyards, dont trois Cycling Academy, ont passé la grande majorité des 185 km en tête, augmentant même leur avance au-delà des sept minutes au quatrième des huit tours d'une boucle de 15 km à Saint-Odilon-de-Cranbourne. Le départ et l'arrivée étaient plantés à 31 km de là, à Saint-Georges.

Avec un temps de 4 h 28 min 26 s, Räim a tout juste devancé Gregory Daniel (Axeon Hagens Berman) et Chad Beyer (Lupus), deux Américains, mettant 1 min 16 au peloton sur le bitume plus 13 secondes de bonification.

Après avoir passé une longue journée la veille dans l'avion, en provenance de Denver, Daniel ne s'attendait pas à être au plus fort de la course. Âgé de 21 ans et champion des États-Unis, il a terminé sixième au contre-la-montre du Tour de Beauce l'an dernier et croit que son équipe a encore plusieurs cartes à jouer d'ici dimanche.

Des 118 concurrents au départ, 110 ont rallié l'arrivée, le dernier étant Benoît Boulay (Transport Lacombe-De Vinci) plus de 48 minutes après le gagnant. Tous affrontent jeudi un trajet de 169 km reliant le centre-ville de Lac-Mégantic au sommet du mont Mégantic, en plus de passer trois fois par le mont Morne. C'est l'heure des grimpeurs.

Hugo Houle pas alarmé de son 26e rang

Coureur québécois le plus en vue de l'épreuve et seul coureur du WorldTour en lice, Hugo Houle a pris le 26e rang de la première étape du Tour de Beauce, mercredi. Mais ce qui compte vraiment, c'est le retard d'une minute et 29 secondes qu'il accuse sur le meneur.

«Le bilan de la journée est positif. L'objectif était de limiter les gros écarts. Il n'y a rien d'alarmant», a assuré celui qui porte le maillot de l'équipe canadienne durant cette semaine loin de son équipe professionnelle AG2R.

Après avoir descendu un lait au chocolat et en mangeant un plat de riz aux oeufs, Houle est revenu sur cette première course avec de nouveaux coéquipiers. «Il n'y a pas de miracle, ç'a pris un peu de temps pour qu'on trouve nos repères, mais on a bien travaillé ensemble. On est là pour rivaliser», a analysé le leader de sa formation.

Outre Houle, les seuls autres membres de l'équipe canadienne à terminer dans le peloton ont été Ryan Anderson, qui détient aussi un potentiel de victoire, et le jeune Beauceron David Drouin. Les quatre autres ont franchi le fil d'arrivée au sein de gruppettos.

Houle a vu les autres équipes travailler pour limiter l'écart avec le vainqueur et il ressort que Rally, qui aligne entre autres Rob Britton et Pierrick Naud, a abattu la plus grande part de la besogne en tête du peloton. Les Jelly Belly et les Silber sont aussi restés dans le coup, «mais les Silber en gardent un peu sous le pied. Ils sont assez filous», selon Houle.

Prochaine étape : Mont-Mégantic, jeudi. «C'est là qu'on va voir si on a les jambes ou pas !» s'esclaffe celui qui n'avait pas couru depuis la fin du Giro d'Italie, il y a plus de deux semaines. En 2012, Houle était arrivé quatrième au pied de l'observatoire du Mont-Mégantic. L'année où il est passé à 19 secondes d'être sacré champion du Tour de Beauce, finissant deuxième au cumulatif. Le dernier triomphe québécois au cumulatif date de 1994.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer