Une randonnée cycliste pour sensibiliser au port du casque

Organisé par l'organisme Le Bouclier Prévention, cette randonnée... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Organisé par l'organisme Le Bouclier Prévention, cette randonnée entre St-Jérôme et Québec s'est terminée dimanche vers 16h15 à la microbrasserie l'Archibald, à Sainte-Foy.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une soixantaine de cyclistes ont parcouru 500 kilomètres de vélo en fin de semaine afin de sensibiliser la population à l'importance du port du casque et les conséquences des traumatismes crâniens.

Organisé par l'organisme Le Bouclier Prévention, cette randonnée entre Saint-Jérôme et Québec s'est terminée dimanche vers 16h15 à la microbrasserie Archibald, à Sainte-Foy.

«Notre organisme fait la prévention pour les blessures à la colonne vertébrale, les traumatismes crâniens et les commotions cérébrales dans les sports», indique l'organisateur de l'événement, Simon Poulin. «Le port du casque est l'un de nos mandats. Cela peut protéger une personne d'une blessure très grave. On parle parfois de vie brisée. Un traumatisme crânien, ce n'est pas une blessure orthopédique. Il y a des séquelles. Des pertes cognitives», poursuit l'ancien joueur des Gee Gees de l'Université d'Ottawa et des Lions de la Colombie-Britannique.

Il s'agissait de la deuxième édition du Défi Tête la Première. Le président de l'Association des médecins d'urgence du Québec, le Dr Bernard Mathieu, a tenu à participer à l'activité.

Des jeunes qui se croient invulnérables

«On voit encore beaucoup de jeunes qui se pensent un peu invulnérables et qui disent que c'est toujours aux autres que les accidents arrivent», déplore le Dr Mathieu. «C'est simple, porter un casque, c'est ajouter une couche de protection d'environ deux centimètres au-dessus de la tête. Le port du casque prévient 88 % des blessures à la tête», ajoute-t-il.

Simon Poulin a mis sur pied l'organisme Le Bouclier Prévention quelque temps après que son fils, Jean-Philippe, eut été victime d'un accident de planche à neige au centre de ski Le Relais. L'incident s'est produit le 24 mars 2011.

Aujourd'hui, Jean-Philippe a 22 ans. Il est paralysé au bas du corps. Avec du recul, il s'estime chanceux d'avoir eu son casque lors de son accident.

«J'ai tenté une manoeuvre sur une pyramide et je suis tombé sur la tête, mais j'avais mon casque», raconte-t-il. «C'est un bête accident. Lorsque j'étais à l'hôpital, il y avait une personne à côté de moi, d'environ mon âge, et il s'est blessé dans un accident similaire, mais il n'avait pas son casque. Il ne reconnaissait pas sa famille. Il était comme un enfant de deux ans», ajoute-t-il. «Le casque m'a sauvé. Cela a fait la différence.»

L'événement aura permis à l'organisme d'amasser près de 40 000 $.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer