L'équipe Garneau à la croisée des chemins

Louis Garneau vivra une dernière saison avec les... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Louis Garneau vivra une dernière saison avec les coureurs Rémi Pelletier-Roy et Bruno Langlois, tandis que David Boily effectue un grand retour avec l'équipe.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'équipe cycliste Garneau-Québecor est à la croisée des chemins. Ses deux figures de proue et co-capitaines, Rémi Pelletier-Roy et Bruno Langlois, donneront leurs derniers coups de pédale cette saison.

Louis Garneau l'admet lui-même: «Je vais perdre mes plus grands coureurs.» Mais une relève s'installe, ajoute-t-il du même souffle.

Il faut dire que la formation fondée par l'homme d'affaires et ex-cycliste se veut un tremplin. «Si tu ne réussis pas à faire le Tour de France, on va t'aider à réussir ta vie après, à avoir un métier», a expliqué Garneau, qui essaie de rouler au moins une fois par semaine avec ses jeunes athlètes.

Certes, Pelletier-Roy et Langlois ne suivront pas les traces de David Veilleux et de Hugo Houle, deux anciens de l'équipe Garneau qui ont atteint les grands tours européens. Mais leur après-carrière s'annonce bien remplie. Pelletier-Roy, 25 ans, poursuit des études en médecine. Langlois, le vétéran du groupe à 37 ans, vient de lancer sa compagnie, BL coaching.

«Je suis prêt à passer à autre chose», a dit le premier, un résident de Québec. «J'ai encore le goût de faire une dernière saison, mais je pense que pour continuer après ça, il faudrait que je fasse beaucoup de compromis.»

Pelletier-Roy a raté de peu les Jeux olympiques de Rio en cyclisme sur piste, plus tôt cette année. Cet échec n'a toutefois rien changé à l'ordre des choses : la retraite était déjà prévue. 

De son côté, Langlois demeure le mentor de l'équipe. Le Matanais admet trouver «dure» l'idée d'en être à ses derniers milles. Mais son nouveau projet, une entreprise qui offre des services de power coaching aux cyclistes, lui permet de partager son savoir. Comme un mentor.

«Je vais suivre mes athlètes, je vais me réaliser à travers eux», estime celui qui participera cet été à son 18e Tour de Beauce.

Le retour de Boily

Pendant que Pelletier-Roy et Langlois s'apprêtent à quitter la scène, David Boily y fait un grand retour. Le natif d'Alma était absent depuis les Championnats canadiens de 2013 en raison d'ennuis de santé.

«On a réalisé que tous mes organes avaient descendus», a expliqué Boily en pointant ventre et poitrine. «Mes muscles des côtes venaient frotter sur mon diaphragme et ça créait des crampes. À la fin, c'était rendu au point où j'avais des crampes en montant des escaliers.»

Après plusieurs mois d'inactivité complète, le vélo lui a manqué. Cette ancienne vedette montante, deuxième au Tour de l'Avenir en 2011, revient à bientôt 26 ans «plus motivé que dans ses bonnes années», même s'il admet devoir prendre cette saison une étape à la fois. Il s'entraîne «sérieusement» depuis novembre. «Je suis confiant, je suis prêt à avoir mal aux jambes», souligne Boily, dont l'entraîneur est son coéquipier Langlois.

Alexis Cartier, Marc-Antoine Soucy, Olivier Brisebois et Simon-Pierre Gauthier sont les autres Québécois du groupe. Michael Rice et Darcy Woolley, deux Australiens, font aussi partie de l'équipe professionnelle de niveau UCI Continental Amérique. Le Tour de Beauce et le Grand Prix de Saguenay comptent parmi les principales épreuves de la saison.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer