Rigoberto Uran remporte le Grand Prix cycliste de Québec

Le peloton du GP cycliste de Québec à... (Collaboration spéciale, Jean-Nicolas Patoine)

Agrandir

Le peloton du GP cycliste de Québec à mi-parcours.

Collaboration spéciale, Jean-Nicolas Patoine

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) On attendait le champion du monde Michal Kwiatkowski, c'est plutôt son coéquipier chez Etixx-Quick Step Rigoberto Uran qui a remporté le Grand Prix cycliste de Québec, vendredi après-midi, grâce à une poussée aussi spectaculaire qu'audacieuse.

Rigoberto Uran... (Photo Gian Mattia D'Alberto, Associated Press) - image 1.0

Agrandir

Rigoberto Uran

Photo Gian Mattia D'Alberto, Associated Press

Le Colombien s'est éloigné du peloton avec un kilomètre à faire. Il a tenu le coup juste assez longtemps pour franchir la ligne d'arrivée avec quelques roues d'avance, alors que le reste du groupe revenait en trombe. Une finale enlevante, comme celles auxquelles nous a habitués l'épreuve de la capitale, depuis ses débuts en 2010.

«Nous avions une grande équipe, avec Tony Martin et Kwiatkowski. Nous avons essayé d'avoir une tactique intelligente. Il fallait attendre jusqu'au dernier kilomètre, parce que c'est là où tout s'est joué. On a réussi», a dit Uran en espagnol après la course.

Julian Alaphilippe et Tom Boonen, deux autres solides coureurs, font aussi partie de cette formation. «C'est bien sûr un avantage d'avoir quatre, cinq coéquipiers capables de gagner, qui doivent être surveillés», a ajouté le vainqueur, reconnu pour ses qualités de grimpeur et non de sprinteur.

Aucun doute, Uran a surpris un peu tout le monde avec cette poussée téméraire. Ceux qui ont terminé juste derrière lui l'ont d'ailleurs reconnu d'emblée, lors de la conférence de presse d'après-course.

«À ce moment de l'épreuve, tout le monde est fatigué et personne ne peut répondre quand quelqu'un y va d'une forte attaque comme celle-là», a expliqué le Norvégien Alexander Kristoff (Katusha), troisième au fil d'arrivée. «Il aurait fallu être sur sa roue tout de suite, et on n'a pas pu.»

À sa première visite à Québec, l'Australien Michael Matthews (Orica GreenEDGE) s'est glissé entre Uran et Kristoff. «Une deuxième place à ma première tentative, c'est un bon résultat. Encore plus important, mes jambes étaient vraiment bonnes aujourd'hui. Mais Rigoberto a fait toute une course. On ne peut pas dire grand-chose quand un coureur s'échappe de cette façon après une longue épreuve.»

Hesjedalmeilleur canadien

Ryder Hesjedal a été le meilleur Canadien au classement, mais lui-même ignorait son rang lorsqu'il a rencontré les journalistes. «À quelle position ai-je terminé? Est-ce que quelqu'un le sait?», a demandé le grand athlète en rigolant. Seizième est la réponse, Ryder.

«Définitivement une course difficile. Je ne me sentais pas vraiment très bien aujourd'hui. Mais je me suis retrouvé à l'avant à la fin. Ça va me donner confiance pour dimanche [demain]», a-t-il ajouté, en parlant de l'épreuve montréalaise.

L'équipe Cannondale-Garmin de Hesjedal travaillait pour le Néerlandais Tom-Jelte Slagter, qui a terminé quatrième. Un résultat à la fois frustrant et satisfaisant, a dit le Canadien, qui en était à son 84e jour de compétition en 2015.

L'un des favoris, le Belge Philippe Gilbert, a fini septième. De son côté, le Polonais Kwiatkowski a dû se contenter du 14e rang. Les Québécois Guillaume Boivin (28e) et Hugo Houle (58e) ont offert de belles performances.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer