Coupe du monde de cross-country: trop forts, ces Suisses!

Le Suisse Nino Schurter a remporté hier sa... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le Suisse Nino Schurter a remporté hier sa première victoire de la saison en Coupe du monde de cross-country. Le cycliste de 29 ans a croisé le fil d'arrivée 14 secondes avant le Français Julien Absalon. Chez les femmes, Jolanda Neff a complété la domination des représentants de la Confédération helvétique en grimpant sur le podium au-dessus des Canadiennes Catharine Pendrel et Emily Batty.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) C'est un dimanche complètement suisse au Mont-Sainte-Anne. Pour une deuxième année de suite, Jolanda Neff et Nino Schurter ont réalisé un doublé dans l'étape de Coupe du monde de cross-country. La médaille d'argent de la Canadienne Catharine Pendrel a apporté une touche locale.

«C'est un endroit magique pour le vélo de montagne!» s'est exprimé Schurter, genre de phrase entendue par les organisateurs tout au long de ce 25e anniversaire couronné d'un succès de foule.

Il faut dire que l'Helvète de 29 ans a triomphé trois fois sur la Côte-de-Beaupré dans les quatre dernières années. Il venait surtout d'enregistrer sa première victoire de la saison après trois deuxièmes places.

Schurter a mis 1:27:19 pour négocier les 26,4 km sur un parcours de 3,9 km. Quatorze secondes plus vite que le Français Julien Absalon. Les deux maîtres ont roulé côte à côte durant plus de quatre tours, avant de voir Schurter semer Absalon au dernier passage d'une courte et intense montée.

«Je l'avais attaqué au même endroit l'an dernier dans l'avant-dernier tour et ç'avait fonctionné. Alors je me suis dit que j'allais réessayer la même chose cette année!» a souri celui qui prend la tête du classement mondial.

Le Français de 34 ans, cinq fois victorieux au Mont-Sainte-Anne, ne pouvait que constater la supériorité du jour de son rival. «Quand Nino a accéléré, mes jambes ont un peu coincé. Je ne pouvais pas faire mieux, j'ai tout donné. Ce circuit convient parfaitement à ses qualités d'explosivité», a résumé le détenteur du record de 30 victoires en Coupe du monde de cross-country.

Alors que la descente de samedi appartenait aux Britanniques, au tour des Suisses d'être partout, dimanche. Chez les hommes, cinq des sept plus rapides battaient pavillon d'une croix blanche sur fond rouge.

Domination totale

La victoire de Neff a quant à elle été une domination totale et complète. Du premier coup de pédale au dernier, en 1:28:15 (22,5 km), la tignasse blonde de 22 ans n'a jamais été inquiétée. «Pour moi, le meilleur est de rouler seule, sans les autres. Alors j'essaie de creuser l'écart dès le début et aujourd'hui, ç'a fonctionné», a-t-elle affirmé.

Comment expliquer une telle supériorité de la part d'une compétitrice si jeune? «C'est vraiment un plaisir de faire les courses, de m'entraîner et j'aime gagner. C'est une dépendance!» a lancé celle qui s'inspire de son père et entraîneur, Markus, vice-champion du monde chez les 30 à 39 ans en 1997. Neff a gagné trois des quatre étapes cette saison.

Par chance que derrière, deux Canadiennes maintenaient l'intérêt. Pendrel a fini deuxième à 34 secondes de la gagnante, tandis qu'Emily Batty prenait la quatrième position, à 1:56.

«Aujourd'hui, Jolanda était trop forte pour moi. Mais c'était ma meilleure course cette saison et j'espère bâtir là-dessus. Elle est rattrapable, mais il y a du travail à faire», a reconnu Pendrel, championne du monde en titre. Âgée de 34 ans, elle habite en Colombie-Britannique, mais vient du Nouveau-Brunswick.

L'Ontarienne Batty, jolie blonde de 27 ans, a eu droit à un groupe de partisans locaux masculins très... enthousiastes. «Quand tu vois les lettres de ton nom de famille tracées sur la peau de personnes, c'est indescriptible. J'espère qu'ils ont acheté leur billet pour Rio!» a conclu celle qui devrait représenter le Canada aux Jeux olympiques avec Pendrel, dans un an.

Dernière escale avant les JO

Après trois jours de compétitions d'élite relevées, de courses amateurs prisées et de soirées endiablées, les organisateurs parlaient d'une grande réussite. Pour une 25e fois.

Car la naissance de l'étape de Coupe du monde de vélo de montagne au Mont-Sainte-Anne, en 1991, coïncide avec la naissance de l'entreprise Gestev, que dirigent toujours Chantal Lachance et Patrice Drouin, de Beaupré. «C'est une des plus belles éditions», a estimé Drouin. «Il y avait plus de monde que jamais», renchérit Lachance.

Vrai que la population était au rendez-vous. Tout comme la météo qui, quelques jours avant la compétition, constituait un point d'interrogation. Cette présentation recentrée sur la montagne prouve que le vélo tout terrain est un sport en santé. Et la descente en hausse de popularité. Ce qui n'empêchera pas d'apporter encore des améliorations pour la 26e, tenue l'an prochain du 5 au 7 août.

Dernière étape au calendrier de la Coupe du monde avant les Jeux olympiques. En espérant que les meilleurs viennent s'échauffer à Québec avant de s'envoler pour Rio.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer