Une trentaine de cyclistes réunis pour encourager David Veilleux

Le frère et la soeur de David Veilleux,... (Photo Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le frère et la soeur de David Veilleux, Simon et Sonia, se sont réunis en compagnie d'une trentaine d'amateurs de vélo, samedi, pour assister en direct au départ du 100e Tour de France.

Photo Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Jean François Tardif
Le Soleil

(Québec) Cinq heures 30. Exceptionnellement ouvert un samedi matin de juin, le restaurant le Feu Follet de la Station touristique Stoneham était passablement animé. Une trentaine d'amateurs de vélo s'y étaient donné rendez-vous afin d'assister en direct au départ de la première étape du 100e Tour de France, mais surtout à la performance de David Veilleux qui prenait part, pour la première fois de sa carrière, à la Grande Boucle.

«Il y a ici des parents, des amis», a expliqué Sonia Veilleux, la soeur aînée du coureur québécois et l'initiatrice du rassemblement. «Comme j'avais surtout fait la promotion de l'évènement dans le coin de Stoneham via la boutique de vélo Reaktif et le club de vélo, beaucoup de monde des environs sont venus, des gens qui ne connaissent pas personnellement David, mais qui me connaissent et qui passent par moi pour l'encourager et lui montrer leur support.

«Il y a aussi deux messieurs, des fans de cyclisme, qui sont passés pour assister au départ du Tour. Eux avaient entendu parler de notre activité à la radio.»

Émotion palpable 

L'émotion était palpable au restaurant le Feu Follet. De tous les  sentiments qui animaient les amateurs présents, l'amour, la fierté et l'admiration faisaient l'unanimité. Et les instants qu'ils apprêtaient à vivre à quelques minutes du départ allaient être des moments empreints de magie.

«Pour moi, l'émotion la plus intense a cependant été quand David a mérité le maillot jaune au Critérium du Dauphiné, a avoué Sonia. On savait alors que ses chances de faire le Tour seraient bonnes. L'annonce de sa sélection sur l'équipe du Tour a aussi été un beau moment. Et aujourd'hui [hier], c'est un peu un soulagement que ça soit parti.»

Questionnée sur les prochaines émotions que pourrait lui faire vivre son jeune frangin Sonia a lancé : «S'il se démarquait dans une étape ça serait vraiment le fun. Et l'autre grosse émotion qu'il pourrait me faire vivre, c'est s'il arrivait sur les Champs-Élysées.»

C'est via Internet que les amateurs ont pu assister aux trois premières heures de la course, celles-ci n'étant pas présentées sur les ondes de la télévision québécoise. Malgré leur bon vouloir, les organisateurs ont cependant mis plus de temps que prévu à trouver un site Web retransmettant la course. Les amateurs présents au rassemblement ont donc raté les premières minutes de la mythique épreuve, dont le départ. Une mésaventure qui n'a en rien altéré leur enthousiasme, la grande majorité des gens est d'ailleurs restée jusqu'à la fin de la course, qui s'est terminée cinq heures plus tard. 

Sourire aux lèvres

Inquiet pour leur favori à la suite de la chute survenue à quelques kilomètres de l'arrivée, les amateurs ont par la suite été rassurés d'apprendre que le Québécois n'avait pas été impliqué dans celle-ci et qu'il terminerait la course avec le même chrono que le gagnant. C'est avec le sourire aux lèvres qu'ils sont retournés à la maison peu avant midi.

Interrogée si elle songeait à organiser une grande fête le 21 juillet alors que le 100e Tour de France se conclura sur les Champs-Élysées, Sonia a expliqué qu'elle attendrait d'abord de savoir si son frère cadet serait de cette dernière étape. 

«Je pourrais peut-être faire quelque chose lors de l'arrivée du Tour à Paris ou encore organiser une fête à David à son retour à l'aéroport. Mais il se pourrait aussi que je m'envole pour la France pour aller le rejoindre. C'est encore loin. Une semaine avant la fin du Tour je commencerai à y penser.»

Simon sur les Champs-Élysées

Simon Veilleux a déjà son billet d'avion pour Paris où il se rendra à la mi-juillet. Il sera donc sur les Champs-Élysées pour assister à la fin du 100e Tour de France et peut-être pour y accueillir son frère David. «On souhaite tous que David se rende jusqu'aux étapes finales», a indiqué l'aîné de la famille Veilleux. «Mais en vélo, tout peut arriver. Et c'est encore plus vrai au Tour de France. C'est une course de 21 jours. Le peloton roule serré et ça frotte. Il y a souvent des accrochages. Il peut donc arriver toutes sortes de choses. C'est ce qui fait que le Tour de France est unique en soi.» Questionné sur les premières paroles qu'il pourrait adresser à son frère David si jamais celui-ci réussissait à demeurer en selle jusqu'à la dernière journée de l'épuisante épreuve, Veilleux a lancé : «Si je lui parle avant l'arrivée, je vais lui dire "lâche pas, accroche-toi". S'il termine le Tour, je vais le féliciter mais pour le reste, je ne sais pas ce que je vais lui dire. J'imagine que les mots viendront à ce moment-là.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer