Appel au calme à Toronto

Lapidé sur la place publique à la fin... (La Presse canadienne, Nathan Denette)

Agrandir

Lapidé sur la place publique à la fin d'octobre, le gardien Frederik Andersen s'est replacé. Il est une des raisons des succès des Maple Leafs en novembre.

La Presse canadienne, Nathan Denette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

(Québec) CHRONIQUE / Les matchs entre le Canadien et les Maple Leafs sont pour la plupart, divertissants. Il y aura toujours cette rivalité Montréal-Toronto qui ajoute du piquant aux affrontements. Mais cette saison amène encore plus de munitions parce que les Torontois ne sont plus les «anonymes» des années passées. C'est une bande de jeunes loups qui s'amène au Centre Bell, samedi. Un club qui traverse une bonne passe contre un autre, le Tricolore, qui est censé être à maturité. Ou à peu près.

Les Leafs jouent du bon hockey depuis le début de novembre. Une fiche de 6-2, les deux défaites venant aux mains des Kings de Los Angeles et des Penguins de Pittsburgh. Lors de leurs deux dernières sorties, les protégés de Mike Babcock ont déclassé tour à tour Nashville (6-2) et la Floride (6-1).

Tout d'un coup, les voilà qui cognent à la porte d'une place en séries. Évidemment, aucun trophée n'est gagné après deux mois. Mais leur développement avance à la vitesse grand V. Aucun expert ne les voit participer au bal printanier. Sauf qu'ils sont tannants et ils vont causer des ennuis à certains prétendants dans l'association de l'Est. Ils patinent, marquent des buts et semblent s'amuser. Et le gars derrière le banc semble savoir ce qu'il fait.

Mais le plus drôle dans l'histoire, c'est que certains collègues de la Ville reine cherchent des poux. Et ça irrite au plus haut point Babcock, qui ne se gêne pas pour ramener à l'ordre la meute journalistique encore plus nombreuse que celle de Montréal. Il est vraiment le gars idéal pour manoeuvrer dans ce champ de mines.

Ce qui semble fatiguer certains inconditionnels de statistiques, c'est que Auston Matthews n'a pas réussi à secouer les cordages adverses lors des 11 derniers matchs. Et chaque fois qu'on l'aborde sur le sujet, Babcock devient de plus en plus rouge. Il y a quelques jours, le rouquin est devenu pourpre.

Et pour cause. C'est comme si on s'attendait à ce que Matthews marque quatre buts à chacun de ses matchs, comme il l'a fait en ouverture de saison. Mais lorsque l'on consulte la liste des meilleurs pointeurs du circuit, sa disette ne lui porte pas trop ombrage. Malgré le passage à vide, il revendique une fiche de 6-6-12 en 17 matchs, Pas si mal pour un jeune de 18 ans.

«Auston travaille fort et ses bons coups ne se traduisent pas tous par des points», a tempêté Babcock récemment. «C'est un jeune très fier et nous avons besoin qu'il soit dominant au centre pour nous. Et nous croyons qu'il le sera d'ici aux Fêtes.» La logique de Babcock, c'est que Matthews obtient beaucoup de chances de marquer, qu'il est souvent celui qui obtient le plus de tirs sur le filet. À un moment donné, ça va entrer.

Plus d'un surdoué

La chance des Maple Leafs, c'est que Matthews, le premier choix de la dernière séance de repêchage (2016), n'est pas le seul surdoué du club. Mitch Marner, quatrième choix au total en 2015, a trouvé sa vitesse de croisière après quelques heurts en début de campagne. On se demandait même après quelques semaines s'il était prêt pour la LNH. Eh bien, il a répondu de la meilleure façon possible. Le voilà avec une fiche de 7-9-16, tout juste un point derrière le meneur de la Ligue chez les recrues, le spectaculaire Patrik Laine, des Jets de Winnipeg.

Ce Marner, qui a mené les Knights de London à la Coupe Memorial le printemps dernier, est tout un joueur. Et il a le sens du spectacle. Son but de jeudi contre la Floride vaut la peine d'être vu. Une petite recherche et vous trouverez.

Les Leafs sont en voiture. Quand un Matthews en donne un peu moins, ils ont un Marner qui se lève. Et d'autres recrues, comme William Nylander et Connor Brown. Ce dernier est devenu jeudi la quatrième recrue de l'équipe à connaître un match avec plus d'un but cette saison après Matthews, Marner et Nylander.

En fait, selon la firme spécialisée de statistiques Elias, ce n'était pas arrivé à Toronto dans une même saison depuis 1982-1983 alors que Walt Podubny, Peter Ihnacak, Dan Daoust et Frank Nigro (!?!) avaient réussi l'exploit. Les derniers à le faire dans la LNH? Le Lightning de Tampa Bay de 2013-2014 avec Ondrej Palat, Tyler Johnson, J.T. Brown et Mark Barberio.

Andersen se replace

Les Leafs viennent de connaître un mois de novembre rêvé après un premier mois difficile. L'une des explications du réveil à Toronto est la tenue du gardien Fredrik Andersen, qui revenait d'une blessure et qui n'avait pas connu le camp d'entraînement souhaité. Lapidé sur la place publique à la fin d'octobre, il revendiquait une fiche de 2-2-3 et une moyenne d'efficacité de ,873. Les critiques avaient raison de le montrer du doigt. Mais en novembre, virage de 180 degrés. Sa fiche de 6-2 et sa moyenne d'efficacité de ,930 donnent raison aux dirigeants des Maple Leafs d'avoir acquis ses services des Ducks d'Anaheim.

Le seul problème avec un club qui aligne sept recrues, c'est la lourdeur du calendrier dans la LNH. Il y aura certes des hauts comme ceux que les Leafs vivent ces temps-ci, mais il y aura aussi des bas en cours de route. C'est ce qui s'est produit pendant trois ou quatre ans chez les Nordiques de la fin des années 80 et du début des années 90. Les espoirs étaient très talentueux, mais ils n'étaient pas prêts à porter le club sur leurs épaules. La profondeur n'était pas au rendez-vous et on connaît la suite.

Ce n'est que lors de l'arrivée des renforts des Flyers que ça s'est replacé un peu en 1992-1993. La saison suivante a été un désastre alors que les Fleurdelisés ont raté les séries. Par la suite, les jeunes étaient assez expérimentés pour prendre charge. Ils l'ont fait au Colorado!

Les Maple Leafs sont le fun à regarder aller. Mais ils ne feront pas les séries cette saison. Ils seront à prendre au sérieux dans quelques années.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer