Un nouveau «joueur» dans l'Ouest

L'addition de Milan Lucic a ajouté de l'expérience... (AFP, Jason Halstead)

Agrandir

L'addition de Milan Lucic a ajouté de l'expérience et de la méchanceté aux jeunes Oilers.

AFP, Jason Halstead

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

CHRONIQUE / Les Oilers affrontaient les Canucks tard vendredi soir. Avant de connaître le résultat de cette rencontre présentée à Vancouver, la troupe d'Edmonton était méconnaissable. Absente des séries éliminatoires depuis 10 ans, elle a connu un départ canon en ouverture de calendrier régulier. Un aperçu de choses à venir ou une situation inhabituelle qui va vite être corrigée vers le bas?

L'an II de l'ère McDavid s'avère plutôt concluant et déjoue les prédictions d'à peu près tous les experts et ceux qui prétendent l'être. La saison est jeune et les championnats ne sont jamais gagnés en octobre, mais il faut quand même souligner les changements d'attitude dans le vestiaire et sur la patinoire.

Après des victoires pour le moins convaincantes face à leurs rivaux provinciaux de Calgary en lever de rideau, c'était l'euphorie chez les partisans, qui avaient rarement vu leurs favoris gagner deux matchs de suite au cours de la dernière décennie. Puis, en plein Rogers Place, l'amphithéâtre le plus nouveau et le plus moderne de la LNH, une claque au visage. Rossés 6-2 par les Sabres de Buffalo, les Oilers se font vilipender par leur entraîneur-chef Todd McLellan pour leur piètre effort. La journée de congé du lendemain, obligatoire selon la convention collective de l'AJLNH, est annulée «à la demande des joueurs» nous dit-on. La cause est toujours débattue devant les autorités.

Une défaite «bénie»

Normalement, une telle défaite aurait fait crouler la confiance des jeunes joueurs d'Edmonton. Mais contrairement aux années passées, ils se sont relevés. Et ils n'ont pas perdu depuis.

«Ce match-là fut comme une bénédiction», a déclaré le vétéran Milan Lucic à NHL.com. «C'est arrivé très tôt dans la saison et ça nous a permis de mettre à l'épreuve la force de caractère des joueurs, dont plusieurs sont très inexpérimentés. Il faut apprendre que peu importe si on gagne ou si on perd un match, il faut tourner la page et commencer sa préparation pour la rencontre suivante. Il ne faut jamais être trop excité ou trop découragé. Ça prend un juste milieu dans une saison qui compte 82 matchs.»

Après ce revers de fortune aux mains des Sabres, ils ont battu les Hurricanes, les Blues, les Jets lors de la Classique Héritage et les puissants Capitals. «Il faut que les gars comprennent que s'ils offrent un effort honnête, qu'ils exécutent le plan de match comme lors des séances d'entraînement, qu'ils se donnent toujours une chance de gagner», a pour sa part dit McLelllan à NHL.com.

Ce n'est pas facile de transformer une culture perdante en culture gagnante. Surtout avec un club jeune. J'ai couvert les Nordiques de la fin des années 80, une équipe bourrée de jeune talent. Il aura fallu l'arrivée de vétérans acquis dans la transaction Lindros avec les Flyers pour donner un souffle nouveau. Mais même là, rien n'était acquis.

Pas encore persuadé

Les amateurs d'Edmonton ont été patients et maintenant, l'avenir est tout d'un coup moins sombre. Cam Talbot fait le boulot devant le filet. Il y a plus de profondeur à la ligne bleue avec l'addition d'Adam Larsson et de Kris Russell. En attaque, les Lucic, Zach Kassian et Patrick Maroon amènent de la méchanceté pour bien appuyer les McDavid, Eberle, Nugent-Hopkins, Draisaitl et Puljujarvi.

Terry Jones, chroniqueur au Edmonton Sun, note que les Oilers avaient déjà gagné cinq matchs contre leurs adversaires de l'Ouest cette saison. L'an dernier, cette cinquième victoire était survenue le 18 mars. Il y a deux ans, ils avaient dû patienter jusqu'au 27 mars. Quand on vous dit que le club s'en va dans la bonne direction.

Mais un mois n'est pas une saison. Après 82 matchs, c'est souvent un peu différent au classement général. On en a eu un bel exemple à l'autre bout de la 20 l'hiver dernier. Le Canadien avait amorcé sa campagne 2015-2016 avec une fiche de 7-0. On se souvient du reste. Est-ce que les Oilers seront des séries? Je n'en suis pas encore persuadé. À mes yeux, San Jose, St. Louis, Dallas, Chicago, le Minnesota, Los Angeles, Anaheim et les Predators de Nashville, ces derniers malgré un début de saison atroce, leur sont supérieurs. Du moins sur papier. Et comme seulement huit clubs par association passent au bal printanier...

La persévérance de Jonathan Marchessault

En consultant la liste des meilleurs pointeurs de la LNH avant les matchs de vendredi, Connor McDavid (Oilers) était premier avec 11 points (4-7), suivi d'un autre surdoué, Auston Matthews (Maple Leafs) avec 10 points (6-4). Puis, sorti de nulle part, Jonathan Marchessault, des Panthers, occupe le troisième rang, lui aussi avec 10 points (5-5).

Nous, on l'a connu avec Audy intercalé entre Jonathan et Marchessault. Une portion de son nom de famille qu'il a fait disparaître parce qu'il voulait que ses enfants James et Victoria puissent aussi porter le nom de famille de sa conjointe. C'est du moins ce qu'il expliquait dans un article publié dans Sportsnet.ca cette semaine.

D'ailleurs Marchessault, l'ancien franc-tireur des Remparts que l'on a toujours dit trop petit, même dans le hockey mineur à Québec, a été l'objet de plusieurs articles au cours des derniers jours. Débarqué en Floride l'été dernier comme joueur autonome - un rabais à 750 000 $ par saison avec les Panthers -, il s'est retrouvé au bon endroit au bon moment. Une blessure grave à un tendon d'Achille a parachuté Jonathan Huberdeau sur la liste des blessés pour au moins trois mois et voilà que Marchessault, qui devait pivoter un troisième trio, se retrouve à l'aile gauche du premier trio avec Aleksander Barkov et Jaromir Jagr. Et il en profite. C'est toujours plaisant de voir un jeune de chez nous réussir, surtout un jeune comme Marchessault qui a toujours eu à se battre pour se faire justice.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer