L'art de faire oublier

P.K. Subban va profiter d'un environnement favorable avec... (Archives, La Presse)

Agrandir

P.K. Subban va profiter d'un environnement favorable avec les Predators. Il devrait devenir un meilleur joueur à Nashville, car il sera mieux entouré.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

(Québec) CHRONIQUE / La devise du Québec, «Je me souviens», on la connaît bien. Celle du Canadien et de ses rusés dirigeants pourrait être «L'art de faire oublier». Parce que, mine de rien, grâce aux coups d'éclat de la semaine dernière, on semble avoir oublié que la formation montréalaise vient de rater les séries après avoir connu l'une des pires fin de saison de l'histoire de la LNH. Chapeau!

La transaction un pour un ayant fait passer l'inimitable P.K. Subban aux Predators de Nashville en retour de l'arrière-étoile Shea Weber continue de laisser perplexe. Les deux clubs se disent gagnants et affirment avoir comblé des besoins de part et d'autre. Personne n'est devin et c'est pourquoi il faudra attendre à la fin de la prochaine saison pour vraiment prendre le pouls du changement de décor des deux défenseurs.

Ce qui ne m'empêche pas de croire que Nashville a eu le dessus. Oui, Weber est un sacré bon arrière. Capitaine, leader, gros, habile, solide lancer, il possède le coffre à outils idéal, comme on dit dans le jargon. Mais il a également bénéficié d'un environnement drôlement favorable chez les Predators.

Entouré par des arrières de qualité comme Roman Josi, Mattias Ekholm et Ryan Ellis, il avait une certaine marge de manoeuvre. Et on dit même au pays du country que Josi était devenu le meilleur du groupe. Imaginez la profondeur à la ligne bleue quand on peut se permettre d'échanger la vedette en devenir Seth Jones pour aller chercher du renfort en attaque en Ryan Johansen.

De son côté, P.K. avait comme compagnons défenseurs Andreï Markov, Jeff Petry, Alexeï Emelin et Nathan Beaulieu. Pas le même calibre, n'est-ce pas? Automatiquement, Subban devient meilleur à Nashville parce qu'il sera mieux entouré. Ce même Subban que plusieurs ont vilipendé pendant la descente aux enfers du CH, mais qui curieusement avait maintenu les meilleures statistiques du club pendant la deuxième moitié de saison.

J'ai bien hâte de voir comment Weber va composer avec la surcharge de travail. Il est capable d'en prendre et Carey Price va certainement changer la donne. Mais à Nashville, il avait aussi un bon gardien en Pekka Rinne.

L'état-major du Canadien trouvait Subban trop osé sur la patinoire, un gars à risques qui étirait l'élastique jusqu'à ce qu'il pète de temps en temps. J'ai bien aimé les commentaires de son nouveau patron, David Poile, lorsqu'on lui a parlé du style quelques fois sur les chapeaux de roue de Subban.

«Nous sommes dans le monde du divertissement», a déclaré Poile. «Nous faisons tout en notre possible pour offrir un bon spectacle à nos amateurs. Moi, j'aime bien le mélange des styles chez nous actuellement.» Bien dit, M. Poile. De temps à autre, il faut sortir du moule conservateur dans lequel la LNH est enfermée.

L'autre coup d'éclat

Quant à l'autre coup d'éclat de Marc Bergevin, la mise sous contrat d'Alexander Radulov, je suis bien content de constater que l'on ait mis de côté les moqueries pour finalement admettre que l'addition de Radu à l'alignement du Canadien devrait amener une bouffée d'air frais en attaque. Le pauvre ne l'avait pas eue facile lors de son premier passage à Nashville, ne parvenant pas à s'imposer dans la formation en grande partie parce qu'il était incompris.

Visiblement pas assez mature pour se retrouver dans le monde des X et des O du circuit Bettman, il a tourné en rond. Malheureux comme les pierres du chemin, il était renté à la maison où il a réussi, nous dit-on, à grandir comme joueur et comme personne. Oui, il a gaffé à son deuxième passage chez les Predators. Mais des erreurs, tous en ont commis. Donnons la chance au coureur.

Reste maintenant à voir si le Canadien va renouer avec le bal printanier l'an prochain. Pour l'instant, les déboires de 2015-2016 semblent déjà oubliés. Mais si ça commence comme ça vient de se terminer, on va vite se souvenir. Bonnes vacances en attendant...

Un pas dans la bonne direction, mais...

La décision de la Ligue américaine de hockey d'imposer des pénalités plus sévères aux joueurs qui engagent des combats jugés non nécessaires n'est pas une mauvaise idée. Si une bagarre éclate avant ou tout juste après une mise en jeu, les joueurs écoperont d'une pénalité d'inconduite de partie en plus des pénalités habituelles pour les infractions commises. Et un peu comme dans le hockey junior de la Ligue canadienne, un joueur sera suspendu un match dès qu'il atteindra le plafond de 10 combats. D'autres sanctions sont prévues lorsque le seuil de 14 est atteint.

Il y a eu trois fois plus de bagarres dans la LAH que dans la LNH la saison dernière. Les intentions sont bonnes, mais il me semble qu'il y a une façon plus directe et plus facile pour enrayer les combats qui n'ont plus leur place de nos jours. On n'a qu'à les interdire une fois pour toutes. Les fameuses justifications que les joueurs ont besoin de laisser sortir leurs émotions et que les combats font réfléchir ceux qui s'adonnent aux coups sournois ne tiennent plus la route.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer