Petit baiser devenu gros

Ryan Reaves tente de ralentir Travis Moen lors... (AFP, Dilip Vishwanat)

Agrandir

Ryan Reaves tente de ralentir Travis Moen lors du quatrième match entre St. Louis et Dallas. L'attaquant des Blues a fourni une belle source de motivation aux Stars avec son baiser en direction du banc adverse à la fin de la troisième rencontre.

AFP, Dilip Vishwanat

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

(Québec) CHRONIQUE / Ah ces lois non écrites du monde macho du sport! Surtout le monde du hockey. Paraît qu'il faut toujours être politiquement correct. Une directive non respectée par Ryan Reaves de St. Louis qui s'est permis de souffler un baiser vers le banc de Dallas à la toute fin du troisième match de deuxième ronde. Les Blues menaient 6-1, une victoire qui allait leur permettre de prendre les devants 2-1 dans la série. Ce geste a toutefois soulevé l'ire des Stars, qui venaient de se trouver une source de motivation.

Un peu plus de 48 heures plus tard, Dallas remportait en prolongation l'important quatrième duel entre les deux clubs pour égaler les chances dans la série. Et reprendre l'avantage de la patinoire. Décomptés après le cuisant revers de mardi, les Stars sont subitement de retour dans le siège du conducteur. Et voilà que le petit baiser innocent de Reaves est devenu le baiser de la mort pour les Blues.

Avec trois minutes à faire, mardi, le défenseur Stephen Jones des Stars sert une percutante mise en échec à l'arrière étoile Alex Pietrangelo, qui est projeté tête première dans la bande. Pietrangelo se relève aussitôt, mais Jones est chassé pour deux minutes. Voulant venger son coéquipier, l'homme fort Reaves se rue sur Jones, qui ne veut rien savoir. Curtis MacKenzie de Dallas s'amène et lui et Reaves laissent tomber les gants. Reaves l'emporte facilement.

C'est en retournant vers le vestiaire que le pas trop subtil Reaves se tourne vers le banc des Stars et souffle un beau baiser. Et c'est de ce baiser qu'on a le plus parlé dans le vestiaire de Dallas après la déconfiture de 6-1. Les intervenants étaient unanimes, Reaves était allé trop loin. Plutôt que de se moquer de ses adversaires au tapis, il aurait dû se garder une petite gêne. Mais avouons que le geste était bien cute.

Évidemment, la bande du Texas s'est emparée de l'incident pour s'en servir comme source de motivation. Dont le bouillant entraîneur-chef Lindy Ruff et le capitaine Jamie Benn. «Les joueurs ont pris bonne note de ce qu'il a fait», a déclaré Ruff après l'entraînement matinal des siens, jeudi. «Nos gars se sont sentis humiliés. Ils l'étaient déjà en raison du pointage et encore plus après ce qu'il a fait. Nous puisons notre énergie où nous pouvons aller la chercher. Nous sommes un club fier.»

De son côté, Benn s'est tourné la langue avant de finalement aborder le sujet. «C'est quelque chose que l'on n'oublie pas», a-t-il dit. «Il n'avait pas besoin de le faire.»

Sans Seguin et Eaves

Quant à Reaves, il n'était pas du tout repentant. «J'ai fait ça dans le feu de l'action, ce n'était pas prémédité. J'ai eu des échanges verbaux avec eux tout au long de la soirée. Ils me cherchaient. Benn en parle-t-il parce qu'il a attrapé mon baiser et l'a mis dans sa poche?»

Bien drôle, M. Reaves. Surtout venant de la bouche d'un gars qui n'a passé que 4 min 32 s sur la patinoire lors du quatrième match. Toujours est-il que les Stars ont gagné en prolongation, une rencontre au cours de laquelle les Blues n'étaient que l'ombre du club qui avait rossé ses adversaires deux jours plus tôt.

Quant aux Stars, ils disputeront deux des trois derniers matchs de la série à domicile si ça va à la limite. Vous me direz que l'avantage de la patinoire ne vaut pas grand-chose depuis le début des séries et vous avez raison. Mais plus la série Dallas-St. Louis se prolonge, plus les chances de voir l'excellent Tyler Seguin renouer avec la compétition sont bonnes.

Dallas joue sans les services de Seguin et de Patrick Eaves, deux morceaux très importants. Les deux ont patiné cette semaine et pourraient revenir avant la fin de la série. Peut-être même samedi dans le cas de Eaves. Si jamais les deux réapparaissaient dans l'alignement, ce serait véritablement le baiser de la mort pour les Blues.

Patrik Laine continue d'impressionner

Patrik Laine... (Archives AP) - image 3.0

Agrandir

Patrik Laine

Archives AP

Les deux plus beaux espoirs de la prochaine séance de repêchage de la LNH ont disputé leurs premiers matchs au Mondial, vendredi.

Auston Matthews a fait ses débuts avec les États-Unis, qui ont perdu 5-1 face au Canada, et il a trouvé que ça bougeait pas mal plus vite que dans la Ligue nationale suisse, où il a passé l'hiver. L'Américain originaire de l'Arizona a bien fait, brillant surtout lors des mises en jeu. Il a également réussi un beau jeu en défensive, mais en attaque, il n'a pu se démarquer.

Quant à Patrik Laine, il a continué de faire grimper sa valeur et ce sont les Jets de Winnipeg, qui détiennent le deuxième choix, qui se frottent les mains. Presque tous s'entendent pour dire que Matthews va être choisi par les Leafs au premier rang, ce qui donne le prix de consolation aux Jets. Laine n'avait pas l'opposition de Matthews lors de son premier match du Mondial, se retrouvant face à la Biélorussie. Il en a profité pour marquer deux buts et récolter une aide dans une victoire de 6-2. Il évoluait en compagnie d'Aleksander Barkov et de Jussi Jokinen.

En touchant la cible, Laine est devenu le plus jeune joueur de l'histoire de la Finlande à marquer dans un match de Mondial. Le gros ailier prend beaucoup de place sur la patinoire et il n'est pas gêné de jouer avec les plus vieux. Il va évoluer dans la LNH la saison prochaine, celui-là. À Winnipeg, on voit d'ailleurs en lui un autre Teemu Selanne, même si ce sont deux joueurs complètement différents sur la glace.

Gagnant de la médaille d'or avec la Finlande au Mondial junior, choisi sur l'équipe d'étoiles de la compétition, Laine s'est aussi permis de mener Tappara au championnat des séries de la grosse ligue finlandaise. Avec 10 buts en 18 matchs, il a été choisi joueur le plus utile des éliminatoires, l'équivalent du trophée Connie-Smythe. Impressionnant à tous les niveaux. Faudrait pas que les Leafs se trompent de gars!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer