Avalanche de problèmes

Déjà privés des deux meilleurs compteurs, Patrick Roy... (Archives La Presse Canadienne, David Zalubowski)

Agrandir

Déjà privés des deux meilleurs compteurs, Patrick Roy et l'Avalanche du Colorado devront en plus survivre à un calendrier compliqué d'ici la fin de la saison s'ils espèrent participer aux séries.

Archives La Presse Canadienne, David Zalubowski

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

(Québec) CHRONIQUE / Quand une avalanche se met à dévaler une pente, ça descend de plus en plus vite jusqu'au bas de la montagne. Tout baignait dans l'huile dans les vallées du Colorado jusqu'à ce que la malédiction des blessures vienne contrecarrer les plans de l'Avalanche qui se retrouve, en pleine course aux séries, privé des services de ses deux meilleurs compteurs, Matt Duchene et Nathan MacKinnon.

Faut que je le précise d'entrée de jeu, je ne croyais pas trop aux chances de la bande à Patrick Roy de faire les séries lors de mes projections avant le début du calendrier régulier. Le gros handicap des gars de Denver, c'est qu'ils évoluent dans la section Centrale, la plus relevée et la plus compétitive de toute la LNH. Pour réussir à batailler à armes égales avec les Stars, les Blues, les Blackhawks, les Predators, le Wild et les Jets, ça prend du talent, de la chance et, surtout, tous tes joueurs en santé.

Et voilà qu'après une solide saison, tout risque de s'écrouler pour l'Avalanche. Dommage, parce que tous les espoirs étaient permis. Mais de retour à la maison après un voyage parfait dans l'Ouest canadien (3-0), on apprend que Duchene et MacKinnon, tous deux blessés à un genou, vont probablement rater une couple de semaines alors qu'il ne reste... qu'une couple de semaines à la saison.

Jeudi, les Flyers de Philadelphie, un autre club qui se bat pour sa survie, étaient de passage au Pepsi Center. La veille de cet important match, Roy avait mis son chapeau de positiviste en déclarant que «l'adversité faisait partie du paysage dans le monde du sport, que chaque équipe devait faire face à la même situation à un moment donné dans une saison et que c'était aux autres joueurs de compenser pour l'absence de leurs coéquipiers blessés.»

De bien belles paroles, mais il faut aussi être réaliste. Et ce qui devait arriver arriva. En avant 2-1 avec moins de six minutes à jouer, l'Avalanche a vu les Flyers revenir de l'arrière avec trois buts sans riposte pour l'emporter. Du coup, la bande de Philadelphie maintenait le rythme des Red Wings de Detroit avec qui ils sont dans une lutte sans merci pour le dernier rang de quatrième as dans l'Est. Tous deux ont 85 points, les Flyers ayant disputé un match de moins.

Pendant ce temps, les grands rivaux de l'Avalanche, le Wild du Minnesota, l'emportait 6-2 sur les Flames de Calgary pour prendre une avance de trois points pour le dernier rang de quatrième as dans l'Ouest. Le Colorado a cependant disputé un match de moins. Et samedi après-midi, le Wild visite l'Avalanche dans ce que l'on pourrait désigner comme étant le match le plus important de la saison pour les deux clubs. Jusqu'à leur prochain, bien entendu.

Roy garde le moral

Après le choc de la défaite de jeudi, Roy gardait le moral en disant que la rencontre face aux Flyers était «un match-clé». «Mais nous avons l'occasion de nous reprendre dès notre prochaine sortie», a-t-il ajouté en parlant de la visite du Wild. «Un match au cours duquel il faudra démontrer énormément de caractère.» Et peu importe ce qui se passe samedi, il n'y aura pas de répit, car l'Avalanche joue à Nashville lundi et à St. Louis, mardi. Par la suite, il devra affronter Washington, Nash­ville et St. Louis une fois de plus, Dallas et Anaheim. Quand on parle de calendrier compliqué...

Avec Duchene et MacKinnon dans l'alignement, tout demeurait possible. Mais à un moment donné, c'est la profondeur du personnel d'une équipe qui y goûte. Et quand on lutte contre un club en santé comme celui du Wild qui compte sur une force de frappe composée des Koivu, Parise, Coyle, Vanek, Niederreiter, Granlund et Pominville, ça devient presque impossible.

Des matchs faciles en raison d'adversaires déjà qualifiés pour les séries, il n'y en aura pas. Parce que même les clubs de tête bataillent pour un positionnement plus avantageux. Nashville cherche à intégrer le top 3 de sa section, St. Louis veut terminer au premier rang, Dallas aussi. Plusieurs chialent contre la parité qui nous amène des matchs plus souvent qu'autrement serrés. Mais dans une course pour les séries, la parité, c'est du bonbon...

Pourquoi en veut-on autant aux Bruins?

Décidément, les dieux du hockey en veulent aux Bruins de Boston. Et je ne parle pas ici de religion, mais bien des soi-disant décideurs de la LNH installés dans leurs sièges confortables du centre de contrôle vidéo de Toronto. Depuis une couple de semaines, les pauvres Bruins, qui ont déjà assez de problèmes, sont injustement désavantagés.

Jeudi, on a eu droit au summum du summum. Une décision incompréhensible qui a probablement coûté le match aux Bruins. Pourtant, la reprise vidéo montrait clairement la rondelle dans le filet des Panthers de la Floride. Si le but de Patrice Bergeron avait été accordé comme il aurait dû l'être, les Bruins créaient l'égalité 2-2 à mi-chemin en troisième. Mais c'est demeuré 2-1 pour la Floride qui l'a finalement emporté 4-1.

À ce moment-ci de la saison, tous les points sont importants, surtout pour un club qui en arrache et qui est sur le bord d'une place. Même un entraîneur adverse a communiqué son désarroi à Claude Julien par texto pendant le match. Si le proprio des Bruins Jeremy Jacobs est aussi influent qu'on le dit, il serait grand temps qu'il brasse les individus responsables de ces décisions ridicules. Le positionnement de ses Bruins en dépend!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer