Un peu d'objectivité, svp!

Même si le style parfois échevelé de P.K.... (Archives La Presse)

Agrandir

Même si le style parfois échevelé de P.K. Subban mène à des revirements, le défenseur est un des rares joueurs du Canadien à présenter une fiche positive dans la colonne des plus et des moins.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

(Québec) On se calme, tout le monde. On prend une grande respiration. On inspire... on expire. P.K. Subban a commis une erreur, mercredi. Un revirement qui a mené au but de la victoire de l'Avalanche du Colorado. Et à une autre défaite du Canadien. Rien de neuf là-dedans, Montréal perd tout le temps et le style parfois échevelé du 76 mène à ces gaffes spectaculaires.

P.K. n'en était pas à son premier revirement, loin de là. Même qu'il trône au sommet de toute la LNH dans le domaine. De quoi faire frémir son entraîneur-chef Michel Therrien, qui ne l'a pas ménagé sur la place publique à Denver.

Le coach avait raison d'être de mauvais poil, parce que son club venait de disputer un match respectable. Mettons qu'il se voyait déjà quitter le Pepsi Center avec au moins un point en poche. Mais l'audace de P.K. et la nonchalance de ses coéquipiers à se replier ont renvoyé tout le monde au vestiaire la tête basse.

Et voilà que la nation tricolore s'enflamme. Conflit entre l'entraîneur et son as défenseur. Lequel des deux a raison? Lequel doit partir? Subban est détesté par ses coéquipiers? Il y a des cliques dans le vestiaire. Bref, du n'importe quoi. C'est drôle que pendant les mois d'octobre et de novembre, c'était l'harmonie totale, tout le monde souriait, tout le monde s'aimait.

Après l'entraînement de vendredi, Therrien a senti le besoin de déclarer son «amour» pour son «adorable» défenseur. A-t-il senti qu'il avait été trop loin avec lui mercredi? Toujours est-il qu'il a parlé du marché de Montréal pour expliquer l'ampleur qu'a prise l'affaire.

Mais quand c'est rendu que certains commencent à mentionner le nom de Pernell Karl dans des discussions de transaction, le gros bon sens est balancé par-dessus bord. Ça ne se peut pas de vouloir se départir de son deuxième meilleur joueur après Carey Price, de celui qui est le visage de la concession montréalaise justement en raison de son style flamboyant, tant sur la patinoire que dans la vie de tous les jours.

On comprend les entraîneurs. Le plus grand désir de la plupart d'entre eux, c'est d'envoyer 20 petits robots préprogrammés sur la patinoire et de les voir suivre le plan de match à la lettre. La créativité, on en veut le moins possible. Et c'est ça qui est triste. Subban lui-même a noté, vendredi, que l'instinct représentait une partie importante de son jeu et que le hockey était un jeu d'erreurs. Excellente analyse.

Gagner avec des pur-sang

C'est drôle comment les temps changent. Lorsqu'il s'était amené chez le Canadien pour son deuxième mandat à Montréal, Therrien avait déclaré à un moment donné que «P.K. est un pur-sang et c'est avec des pur-sang que tu gagnes des courses». Il semble qu'il aurait changé d'avis en cours de route, et c'est bien dommage.

Plusieurs observateurs affirment sans gêne que Subban est un problème à Montréal. Mais si le problème était plutôt la plupart des autres joueurs de l'organisation qui jouent sans hargne, sans réelle conviction? Je penche plutôt vers ce côté.

Si on analyse de près la douzaine des arrières élites du circuit Bettman, on se rend compte qu'ils présentent à peu près tous les mêmes statistiques. À part peut-être Erik Karlsson (Sénateurs), qui brille un peu plus fort. Mais les Letang, Suter, Keith, Seabrook, Doughty, Hedman, Weber, Byfuglien, Giordano, Josi, Klingberg, Burns et Ekman-Larsson ont tous les mêmes qualités... et défauts que l'on accole à Subban. Alors, plutôt que de dramatiser avec P.K., apprécions donc ce que l'on a sous la main.

Subban est un des rares joueurs du CH à revendiquer une fiche positive dans la colonne des plus et des moins. Pas si mal pour le gars qui est le plus utilisé par ses patrons.

À 26 ans, Subban a ses meilleures années devant lui. On n'a qu'à regarder ce qui s'est passé à Washington avec Alex Ovechkin, longtemps désigné le joueur le plus individualiste de toute la LNH. Il a vieilli, est finalement tombé sur un entraîneur-chef qui sait comment l'utiliser. Plus important encore, on l'a entouré des bons éléments pour qu'il devienne encore meilleur. La parole est maintenant à Marc Bergevin. Lui, je ne l'envie pas.

Lutte à finir en Californie

Tout d'un coup, voilà les trois clubs californiens de la section Pacifique qui sont nez à nez pour l'honneur de finir premier au classement. Un retour à la normale après une saison plutôt bizarre l'année dernière, alors que les Kings de Los Angeles et les Sharks de San Jose avaient tous deux raté les séries pendant que les Ducks d'Anaheim dominaient l'association de l'Ouest.

Los Angeles, comme prévu, est en tête. Loin devant il y a à peine un mois, les Kings sont maintenant talonnés par Anaheim, deux points derrière, et San Jose, trois points derrière (avant les matchs de vendredi). Faudra voir comment les Kings vont réagir si Anze Kopitar, blessé à St. Louis jeudi, rate beaucoup de matchs. 

Ce qui impressionne, c'est le rendement des Ducks. Après un début de saison lamentable, voilà qu'ils revendiquent la meilleure fiche de toute la LNH depuis les Fêtes (18-4-2). Le capitaine Ryan Getzlaf a retrouvé sa touche et ça paraît. Le gardien John Gibson fait très bien lui aussi. Et les vieux Sharks brillent eux aussi, les Marleau, Pavelski, Burns et Thornton. Et maintenant qu'ils ont un gardien solide en Martin Jones, ils rêvent eux aussi. À suivre...

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer