Deux ligues dans une

Avant les matchs d'hier, seulement deux joueurs de... (AFP, Patrick Smith)

Agrandir

Avant les matchs d'hier, seulement deux joueurs de l'association de l'Est, Evgeny Kuznetsov (Capitals, 6e- photo) et Erik Karlsson (Sénateurs, 7e), se glissaient parmi les 10 meilleurs marqueurs de la LNH.

AFP, Patrick Smith

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

(Québec) CHRONIQUE / La parité dicte le ton depuis quelques saisons dans la LNH. Jamais le classement n'aura été aussi serré, la grande majorité des équipes pouvant toujours espérer se tailler une place en séries après le premier quart de la campagne. Mais parité ne signifie pas nécessairement que tous les clubs sont coulés dans le même moule. Parce qu'il y a une véritable différence entre le jeu préconisé dans l'Est et celui mis de l'avant dans l'Ouest.

Rien de nouveau, me dites-vous? N'a-t-on pas toujours avancé que c'était plus ouvert dans l'association de l'Ouest? Il fut un temps, dans les années 90 et début 2000, où il y avait les équipes flamboyantes de Detroit, du Colorado et de Dallas d'un bord, et les éteignoirs du New Jersey et de Buffalo de l'autre. Ça s'était cependant stabilisé un peu dans la deuxième moitié des années 2000, mais c'est redevenu plus frappant que jamais.

En fait, on n'a qu'à consulter les statistiques pour se rendre compte qu'il y a véritablement deux ligues dans une seule. Surtout qu'il y a moins de matchs extra-associations comparativement à ce que l'on vivait il y a une vingtaine d'années. Toujours est-il qu'en examinant les meneurs dans les différentes catégories offensives et défensives, on remarque que l'Ouest domine en attaque et l'Est fait de même en défensive.

Avant les matchs d'hier, seulement deux joueurs de l'Est, Evgeny Kuznetsov (Capitals, 6e) et Erik Karlsson (Sénateurs, 7e) se glissaient parmi les 10 meilleurs marqueurs de la Ligue. Côté buteurs, Max Pacioretty (Canadien), Alex Ovechkin (Capitals) et Kyle Turris (Sénateurs) sont les trois seuls à s'infiltrer dans le top 10.

Des gars comme Patrick Kane (Blackhawks), Jamie Benn et Tyler Seguin (Stars), Daniel Sedin (Canucks) et Taylor Hall (Oilers) sont partis en peur cet automne et ne devraient avoir aucune difficulté à surpasser les totaux du meilleur marqueur de la LNH la saison dernière, Benn, qui n'avait amassé que 87 points (35-52). Avec 34 points après 22 matchs, Kane s'enligne pour une année de plus de 125 points, des chiffres nettement plus dignes d'un meilleur marqueur.

Forts devant le filet 

Si les joueurs de l'Est font figure d'enfants pauvres en attaque, c'est une tout autre histoire devant le filet, alors que seulement deux gardiens de l'Ouest se classent dans le top 10. Dans le bas du top 10, devrais-je dire. Jake Allen (Blues) vient au neuvième rang pour la moyenne de buts contre et au septième rang pour la moyenne d'efficacité. Martin Jones, l'ancien, deuxième à Los Angeles devenu homme de confiance à San Jose, vient au 10e rang dans les deux catégories.

Évidemment, les Lundqvist (Rangers), Price (Canadien), Neuvirth (Flyers), Bishop (Lightning), Holtby (Capitals), Reimer (Maple Leafs) et Schneider (Devils) présentent les meilleures statistiques chez les gardiens. Ils font souvent la différence, ce qui n'arrive pas souvent dans l'Ouest.

Comment expliquer un écart aussi marqué entre deux associations d'un même circuit, sinon que de dire que les entraîneurs vont de l'avant avec ce qu'ils ont sous la main. Ça me semblerait l'explication logique de dire que l'on se sert des forces en présence. Parce qu'un Lindy Ruff, un Ken Hitchcock ou un Joel Quenneville, ce n'est pas bien différent d'un Alain Vigneault, un Michel Therrien ou un Barry Trotz. Du moins, je ne le crois pas.

La seule exception à la règle, et il fait jaser pas à peu près, c'est Patrick Roy, qui continue de miser sur l'attaque en faisant fi de cette invention satanique que sont les statistiques avancées. Le problème, c'est qu'il se marque beaucoup de buts au Colorado... d'un bord comme de l'autre. Et pas mal plus contre. Avec comme résultat que l'Avalanche piétine au dernier rang de la puissante section Centrale.

Radu va-t-il vraiment déménager?

Les rumeurs reprennent de plus belle du côté d'Alexander Radulov. Selon différents médias russes, Radu aurait refusé une prolongation de contrat pour demeurer avec le CSKA de Moscou. Son contrat actuel, qui lui rapporterait 9 millions US$ par année, prend fin cette saison. Il voudrait tester le marché des joueurs autonomes, autant dans la KHL que dans la LNH. Il avait d'ailleurs laissé filtrer au cours de l'été qu'il pourrait effectuer un retour dans le circuit Bettman. Fiction ou réalité?

Est-ce que l'Avalanche et son ex-entraîneur des Remparts, Patrick Roy, pourraient se laisser tenter par celui que plusieurs considèrent comme le meilleur joueur à l'extérieur de la LNH? Le problème, c'est autant il est spectaculaire et divertissant, autant il est une bombe à retardement. Ses sautes d'humeur sont légendaires et plusieurs de ses ex-coéquipiers chez les pros le trouvaient «dérangeant». À 29 ans, bientôt 30, il a plusieurs belles années devant lui. Note intéressante, sa copine, l'ancienne gymnaste rythmique Daria Dmitrieva, vient tout juste de donner naissance au premier enfant du couple. Est-ce assez pour assagir Radulov? Ou le forcer à demeurer dans sa Russie natale?

Sergei Fedorov, nouveau membre du Temple de la renommée du hockey, est son dg à Moscou. Il n'aurait pas dit son dernier mot. Et il y a le SKA de Saint-Pétersbourg, seul autre club de la KHL capable de répondre aux exigences salariales de Radulov, qui lui ferait de l'oeil. Ilya Kovalchuk, qui parle lui aussi de revenir en Amérique, y joue.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer