La première étoile à Michel Therrien

Depuis son retour à Montréal, Michel Therrien est... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Depuis son retour à Montréal, Michel Therrien est en plein contrôle de son équipe.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

(Québec) Le départ canon du Canadien cet automne est pour le moins étonnant. Déjà 12 victoires en 15 matchs, 25 points sur une possibilité de 30. Une quasi-invincibilité qui se veut une affaire d'équipe et non pas d'un seul ou de deux joueurs.

Ma première étoile jusqu'ici n'est pas un Price, un Markov, un Subban ou même un Weise. C'est plutôt Michel Therrien qu'il faut applaudir, un entraîneur-chef en parfait contrôle de la situation.

Trop souvent, les entraîneurs sont ceux qui sont montrés du doigt lorsque ça va mal. On a congédié Todd Richards après seulement sept matchs, tous perdus, à Columbus. Mike Johnston était sur la sellette avant que ses Penguins redressent la barre. Et Bruce Boudreau l'est toujours à Anaheim, où les Ducks commencent à sécher leurs plumes même s'ils en arrachent toujours en attaque.

Dans le cas de Therrien, ça va bien. Ça va très bien. Il a la pleine confiance de son patron Marc Bergevin, qui lui a fourni de bons outils avec lesquels il a su implanter un système de jeu pour le moins efficace. L'offensive produit à un bon rythme et domine de loin toute la Ligue nationale avec 55 buts. En défensive, seuls les Penguins et les Rangers sont meilleurs, mais ils ont disputé trois matchs de moins.

Quant aux unités spéciales, longtemps le talon d'Achille du Tricolore, c'est plutôt bien. Troisième sur l'attaque massive et premier en infériorité numérique. La différence en ces temps modernes de parité se joue souvent dans les petits détails. Et pour l'instant, tout baigne dans l'huile à Montréal.

En plein contrôle

Therrien vient de loin. Il s'est assagi et, surtout, raffiné au fil des ans. Lors de son passage chez les juniors à Laval et à Granby, il crachait le feu. Mais il gagnait plus souvent qu'à son tour et ses Prédateurs ont mis fin à la longue disette québécoise au tournoi de la Coupe Memorial en 1996.

Ses longues années dans la Ligue américaine avec le club-école du Canadien n'ont pas été sans heurts. On l'a connu à Québec alors qu'il dirigeait les Citadelles. À l'époque, une faction de vétérans s'était même révoltée. Mais la rébellion a vite été étouffée à la façon Therrien. Il a ensuite fait le saut chez le Tricolore pour quelques saisons, est allé se ressourcer dans la LAH avec le club-école des Penguins à Wilkes-Barre. Promu chez les Penguins, il a été congédié tout juste avant de pouvoir savourer une Coupe Stanley avec les Crosby, Malkin, Letang, Fleury et compagnie.

De retour à Montréal, il a touché au monde des médias avant de revenir, à la surprise générale, à la barre du Canadien. Ses trois années de recul avant de revenir derrière le banc semblent l'avoir transformé. Depuis, le «nouveau» Michel Therrien a dirigé 227 matchs de saison régulière derrière le banc du Tricolore, totalisant 137 victoires contre seulement 66 défaites et 24 défaites en prolongation ou fusillade. Pas mal du tout.

Il est en plein contrôle dans la métropole du Québec, ses joueurs sont en mission et, les victoires aidant, s'amusent. Carey Price est blessé? Pas grave. Un dénommé Condon prend la relève et, bien servi par le système, gagne ses matchs. Max Pacioretty ne marque plus? Pas grave. Un dénommé Weise a huit buts à sa fiche. Le troisième trio est le premier, le quatrième est le troisième, le premier est le deuxième. Tout semble interchangeable. Même chose en défensive.

Un seul bémol

En fait, il n'y a qu'un seul bémol à apporter. Alex Galchenyuk, deuxième centre du club, n'a pas d'ailiers capables de le seconder de façon acceptable. L'expérience Semin à sa droite n'a rien donné. À sa gauche, Eller est fidèle à lui-même avec des hauts, des bas et d'autres bas. Paul Byron est bien gentil, mais il y a sûrement mieux.

C'est ici qu'entre en jeu Michel Therrien. Doit-il commencer à jongler avec des trios qui fonctionnent pour relancer Galchenyuk? Pour l'instant, il semble que le club peut se passer de la contribution du jeune américano-russe. Je dis bien pour l'instant. À un moment donné, on en aura bien besoin. Doit-on jumeler à nouveau le dynamique Gallagher à Galchenyuk et placer l'énigmatique Semin avec Pacioretty et Plekanec? À Therrien de trancher. Mais quand ça va bien, on ne touche à rien.

Expansion : rien ne sert de s'exciter

Que les gouverneurs de la LNH soient invités ou non à voter sur une possible expansion en décembre 2015, en janvier 2016 ou en juin 2016 ne change pas grand-chose. De toute manière, Gary Bettman avait été très clair lorsqu'il avait mis en marche le processus d'élargissement des cadres de son circuit au début de l'été. Pas question d'envoyer un 31e ou un 32e club sur la patinoire avant le début de la saison 2017-2018. Au plus tôt.

Comme je l'écrivais il y a quelques mois, chronique qui m'a valu une volée de bois vert de quelques lecteurs qui me disaient «négatif» et «casseux de party», au bout du compte, ce sont Bettman et les gouverneurs qui auront le dernier mot. Ça va bien à 30 clubs, actuellement. Oui, quelques équipes tirent la patte, mais les revenus n'ont jamais été aussi élevés et la croissance se poursuit. Le problème actuel, qui n'en est pas vraiment un, est qu'une belle stabilité semble s'être installée. Les gouverneurs les plus conservateurs, et Dieu sait qu'ils sont en majorité dans le club sélect, sont hésitants à changer quelque chose qui fonctionne bien.

Expansion ou déménagement? On verra. Est-ce vrai que l'on garde Québec en réserve au cas où? Est-ce que c'est l'incertitude à Seattle qui retarde? Ou le dollar canadien? Ou les interrogations, soulevées par le gouverneur en chef Jeremy Jacobs, des Bruins, sur la petitesse du marché de Québec?

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer