LNH : le jeu des prédictions

L'arrivée de Phil Kessel à Pittsburgh ajoute à... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

L'arrivée de Phil Kessel à Pittsburgh ajoute à la force de frappe des Penguins, qui comptent déjà Sidney Crosby et Evgeni Malkin.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

(Québec) La saison 2015-2016 de la Ligue nationale de hockey s'amorce mercredi avec une visite du Canadien de Montréal à Toronto. Plusieurs équipes ont les yeux rivés sur les séries et la Coupe Stanley, mais au bout d'un long périple ponctué de surprises et de déceptions, il n'y en a qu'une qui pourra mettre la main sur le gros trophée. Notre chroniqueur Kevin Johnston se prête au jeu des prédicitions.

La fameuse disparité qui existait entre les associations de l'Est et de l'Ouest de la LNH depuis une demi-douzaine d'années est chose du passé. La domination des clubs de l'autre bout du continent va prendre fin en juin 2016. Reste à voir qui du Lightning, du Canadien ou des Penguins va hisser la Coupe Stanley à bout de bras.

C'est tellement serré. Un peu à l'image du circuit Bettman d'ailleurs. Et les trois prétendants de l'Est ne pourraient être plus différents les uns des autres. Tampa Bay mise sur la vitesse de transition et sur son attaque. Mont­réal, c'est Carey Price et un club équilibré. Et Pittsburgh, c'est le talent brut et l'expérience de ses vedettes Crosby, Malkin et... Kessel. Oui, vous avez bien lui, Kessel. J'aurais une petite tendance pour le Lightning, surtout en raison de leur style de jeu endiablé.

Au tour des Ducks

Dans l'Ouest, la logique veut que ce soit au tour des Ducks d'Anaheim. Je vous le dis tout de suite, je ne suis pas un admirateur de «l'autre» équipe de la région de Los Angeles. Mais force est de reconnaître qu'ils sont les meilleurs, potentiellement parlant, de leur association.

Ce qui ne veut pas dire qu'ils ne se feront pas chauffer les fesses par leurs voisins les Kings, champions il y a deux ans, qui ont raté les séries le printemps dernier. Ils y seront, cette fois-ci, avec la rage au coeur. Et que dire de la division Centrale, qui sera tout aussi puissante et imprévisible. Chicago, Dallas, le Minnesota, St. Louis, Nashville, Winnipeg et le Colorado, qui diable va continuer de jouer après la mi-avril?

Les Blackhawks, champions en titre et gagnants de la Coupe Stanley trois fois au cours des six dernières saisons, ne seront jamais à prendre à la légère. Le noyau vieillit, mais il est encore jeune. Le problème, c'est qu'en cette ère de parité et de plafond salarial, les meilleurs clubs doivent sacrifier leur profondeur. Encore cet été, le directeur général Stan Bowman a dû laisser partir des éléments importants.

Et il y a toute l'affaire Patrick Kane qui m'a laissé un goût amer dans la bouche. Qu'il soit coupable ou non, les Hawks auraient pu agir de façon différente. Un nuage noir qui est venu assombrir ce qui aurait dû être un été fantastique et un début de saison de célébrations.

Mais il y a 30 clubs, jusqu'à nouvel ordre, et plusieurs d'entre eux rêvent de succéder à Chicago. Un rêve légitime pour au moins une dizaine d'équipes. Oui, vous avez bien lu, pour une dizaine d'équipes tellement le calibre de jeu est bien équilibré. Seulement 13 points séparaient les 12 premiers clubs au classement général de la LNH la saison dernière. Seulement 10 points séparaient les 11 clubs suivants. Deux ou trois victoires de plus par-ci et deux ou trois défaites de plus par-là et ça change tout le portrait. Et ça s'annonce encore plus palpitant cet hiver!

Association de l'Est

DIVISION ATLANTIQUE

Le Lightning a fait écarquiller bien des yeux la saison dernière. Il n'y a certes pas de hockey éteignoir sur la côte ouest de la Floride. Steven Stamkos sera-t-il distrait par ses négociations de contrat? Je dirais plutôt le contraire. Il voudra en donner plus. Jonathan Drouin, qui a connu une saison de misère l'an dernier, jouera un rôle plus important en sa compagnie. Et que dire du trio des «Triplets» Johnson-Kucherov-Palat? Et Viktor Hedman est une vedette à la ligne bleue. Il y a juste le grand Ben Bishop devant le filet qui inquiète. Même s'il indique tout le contraire, je ne suis pas encore convaincu.

Le Canadien sera dans la course jusqu'au tout dernier jour. Carey Price se veut la fondation de la Sainte-Flanelle, une fondation sur laquelle les 29 autres clubs voudraient bâtir. À la ligne bleue, pas de problèmes avec Subban, Markov et Petry. À l'attaque, il manquerait toujours un buteur naturel, mais avec le capitaine Pacioretty au poste dès le jour I et avec Alex Galchenyuk qui sait maintenant où il s'en va, le Tricolore compte sur quatre trios équilibrés.

Les Red Wings de Detroit vieillissent, ils ont perdu leur âme Mike Babcock derrière le banc, mais ils semblent avoir déniché un clone de leur ex-entraîneur-chef en Jeff Blashill et la transition devrait bien se faire. Mike Green s'amène en renfort à la ligne bleue et ça ne nuira pas. Ils seront des séries pour une 25e année de suite.

Les Bruins de Boston vont réussir à terminer plus haut au classement que les Sénateurs d'Ottawa cette saison, mais pas assez pour un retour en séries. La perte de Milan Lucic et de Dougie Hamilton va faire mal, la blessure à Dennis Seidenberg aussi. Le retour en forme de David Krejci va aider, mais pas assez. Quant aux Sénateurs, les prouesses d'un gardien surnommé le «Hamburglar» ne seront pas garantes d'un laissez-passer en séries.

Ni l'afflux de sang neuf chez les Sabres. Jack Eichel, Evander Kane et Ryan O'Reilly, ainsi qu'une défensive revampée et Robin Lehner devant le filet, vont redonner le goût de gagner à Buffalo, mais la marche est haute. Les Panthers seront également divertissants à regarder aller avec tous leurs jeunes, mais comme les Oilers dans l'Ouest, il leur en manque encore un peu. Les Maple Leafs ne seront pas un facteur.

=> PRÉDICTION

  1. Lightning de Tampa Bay
  2. Canadien de Montréal
  3. Red Wings de Detroit
  4. Bruins de Boston
  5. Sénateurs d'Ottawa
  6. Panthers de la Floride
  7. Sabres de Buffalo
  8. Maple Leafs de Toronto
aucun meilleur deuxième

***

DIVISION MÉTROPOLITAINE

L'acquisition du mal-aimé des Maple Leafs Phil Kessel par Pittsburgh change la donne dans la division. Il y en aura toujours pour dire que la défensive des Penguins sera toujours leur talon d'Achille, que Marc-André Fleury ne fait pas partie de l'élite des gardiens, mais il n'en demeure pas moins qu'avec Kessel dans le décor, peu de clubs ont une telle force de frappe. Crosby et Malkin ne s'en porteront que mieux. Le retour en santé de Kris Letang et de Pascal Dupuis ne nuira pas non plus.

Avec T.J. Oshie et avec Justin Williams dans l'alignement, les Capitals ont maintenant une belle profondeur qui leur manquait tant. Barry Trotz a tous les outils pour chauffer les meilleurs. Alex Ovechkin est en mission et continuera d'être le favori pour mettre la main sur le trophée Maurice-Richard tout en étant plus conscient de sa défensive. Chapeau à l'entraîneur-chef Trotz pour ce fait d'armes.

Les Rangers ne seront pas à dédaigner non plus. Alain Vigneault a su inculquer de saines habitudes de travail au Madison Square Garden. Et quand un club compte sur un gardien comme Henrik Lundqvist, tout est possible. Il sera intéressant de voir comment Rick Nash va rebondir après une difficile fin de saison l'an passé.

Et les Rangers ne sont plus seuls à New York. Déménagés à Brook-lyn, les Islanders vont continuer leur progression vers la respectabilité. Leur nouvel environnement devrait les stimuler. John Tavares en tête, ils vont faire les séries. Comme les Blue Jackets de Columbus, qui ont mis la main sur Brandon Saad des Black-hawks. Décimés par les blessures l'an dernier, ils ont totalisé pas moins de 500 matchs perdus par des joueurs au rancart en raison de différents bobos. Les Bobrov-sky, Johansen, Dubinsky, Murray et Jenner, entre autres, vont les mener en séries.

Dommage pour les Flyers qui vont continuer leur reconstruction avec un nouvel entraîneur-chef sorti de l'Université North Dakota, Dave Hakstol. Giroux, Voracek, Couturier, Simmonds et le nouvel arrière Russe Evgeny Medvedev ne suffiront pas. Les Devils du New Jersey et les Hurricanes de la Caroline ne seront pas des facteurs.

=> PRÉDICTION

  1. Penguins de Pittsburgh
  2. Capitals de Washington
  3. Rangers de New York
  4. Islanders de New York*
  5. Blue Jackets de Columbus*
  6. Flyers de Philadelphie
  7. Devils du New Jersey
  8. Hurricanes de la Caroline
*meilleur deuxième

Ryan Getzlaf et les Ducks d'Anaheim sont les... (Photothèque Le Soleil) - image 4.0

Agrandir

Ryan Getzlaf et les Ducks d'Anaheim sont les favoris logiques dans l'Ouest.

Photothèque Le Soleil

Association de l'Ouest

DIVISION PACIFIQUE

La terre va trembler sur la côte Ouest! Plus particulièrement dans la région de Los Angeles. Les Ducks d'Anaheim partent favoris, mais les Kings sont en mission. Le bois mort a quitté le vestiaire, les problèmes aussi. C'est du moins ce que les dirigeants espèrent là-bas après les départs de messieurs Richards, Stoll et Voynov. L'arrivée de Milan Lucic, qui sera jumelé à Anze Kopitar, ne pourra qu'être positive. Personne n'a digéré rater les séries après avoir gagné la Coupe Stanley l'année précédente. Parions que l'entraîneur-chef Darryl Sutter va trouver les bons mots pour motiver sa bande.

À l'autre bout de l'Interstate 5, Bruce Boudreau espère que ce sera enfin l'année de ses Ducks, qui sont passés bien près de venir à bout des Blackhawks, le printemps dernier. À ses as Ryan Getzlaf et Corey Perry, il a ajouté Carl Hagelin et Kevin Bieksa. La seule question demeure dans le filet. Gibson, Andersen ou Khudobin? Pas convaincu.

Les Flames de Calgary, révélation de l'hiver dernier sous la gouverne de Bob Hartley, vont continuer de voir leurs jeunes progresser. Bon gardien, très solide défensive et attaque équilibrée, ils vont donner des maux de tête à plusieurs. À San Jose, le changement d'entraîneur-chef ne changera rien. Pas un mauvais club, mais pas aussi bon que les trois ci-dessus mentionnés.

Les Oilers sont probablement le club, avec les Sabres de Buffalo, qui va connaître la plus belle progression. Pas assez cependant pour faire les séries. Connor McDavid va, malgré son jeune âge, montrer le chemin aux autres jeunes de l'organisation qui tardaient à se mettre en marche. Mais il manque encore de la profondeur là-bas. Faudra sacrifier un espoir ou deux pour passer à la prochaine étape.

Malheureuse situation, mais les Canucks vont graviter dans les bas-fonds du circuit. On a commencé la reconstruction beaucoup trop tard là-bas et on en paie le prix aujourd'hui. Quant aux Coyotes de l'Arizona, ça va faire pitié. Quand on dit que les jeunes comme Max Domi et Anthony Duclair devront traîner le club, c'est une bonne indication de choses à venir. Seule consolation, ils seront bien placés dans le boulier pour la prochaine séance de repêchage alors que le plus bel espoir, Auston Matthews, est un p'tit gars de... l'Arizona. Pour relancer une franchise, ce ne serait pas si mal.

=> PRÉDICTION

1. Ducks d'Anaheim

2. Kings de Los Angeles

3. Flames de Calgary

4. Sharks de San Jose

5. Oilers d'Edmonton

6. Canucks de Vancouver

7. Coyotes de l'Arizona

aucun meilleur deuxième

DIVISION CENTRALE

Dans la Centrale, l'important, c'est de se tailler un poste en séries. Par la suite, n'importe lequel club qui s'y classe a une chance d'aller jusqu'au bout tellement le calibre est fort. L'an dernier, Nash-ville a surpris tout le monde en prenant le deuxième rang avant d'être éliminés, de justesse, par les Blackhawks au premier tour.

Chicago ne semble pas accorder beaucoup d'importance au premier rang de sa division, mais cette année, les Hawks y seront. Même s'ils ont perdu les Saad, Sharp, Versteeg, Vermette, Richards et Oduya. Le noyau est fort, dominant même. À moins bien sûr que Patrick Kane soit tenu à l'écart du jeu en raison de ses démêlés avec la justice. Ça changerait la donne.

Les Stars de Dallas vont surprendre bien du monde cette saison. Jamie Benn et Tyler Seguin ont dominé l'an dernier et on vient d'ajouter Patrick Sharp et Johnny Oduya des Hawks, qui ont l'habitude de gagner. Le duo finlandais Lehtonen-Niemi devant le filet va contribuer à la relance. Ajoutez les Hemsky, Spezza, Nichushkin, Roussel et Eaves à l'attaque et vous avez là un club pas piqué des vers.

Ken Hitchcock a du mal à mener ses Blues jusqu'au bout en séries alors qu'ils sont favoris ou presque depuis trois ans. Et ce n'est pas cette année que ça va se produire. Je dirais même que leur chance, elle est passée. Quant aux Jets de Winnipeg, ils vont progresser dans cette puissante division et seront de retour en séries pour une deuxième saison de suite. Au grand plaisir de leurs inconditionnels.

Pour le Wild du Minnesota, tout passe par le gardien Devan Dubnyk. S'il brille comme l'an dernier, la bande de St. Paul passe. Sinon, ça casse.

Dommage pour Patrick Roy et l'Avalanche. Ils seront certes meilleurs, mais pas assez. L'ajout des Beauchemin, Zadorov et Gorm-ley à la ligne bleue va permettre à Symeon Varlamov de souffler un peu devant le filet, mais il va leur manquer quelques points. Quant aux Predators de Nashville, eux aussi seront victimes de la puissance de la division. Pekka Rinne ne peut tout faire devant le filet. Son club vieillit. C'est ingrat, mais c'est ça.

=> PRÉDICTION

  1. Blackhawks de Chicago
  2. Stars de Dallas
  3. Blues de St. Louis
  4. Jets de Winnipeg*
  5. Wild du Minnesota*
  6. Avalanche du Colorado
  7. Predators de Nashville
*meilleur deuxième

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer